A une semaine du marathon capital, faisons le point sur ce qui attend les marathoniens dimanche prochain, au départ des Champs-Élysées.

©ASO-Aurélien Vialatte- Schneider Electric Marathon de Paris

Combien de coureurs dimanche prochain sur l’asphalte parisien ? Impossible à dire. A.S.O, la société organisatrice ne souhaite pas communiquer sur les chiffres. Une certitude toutefois : le peloton sera indubitablement moins dense que d’habitude.  

Dernier départ vers midi !

A titre indicatif, début septembre, le Semi-marathon de Paris avait rassemblé 15 632 finishers, contre 33 842 classés en 2019. La dernière édition du Marathon de Paris avait comptabilisé 49 155 partants.

On s’attend donc en cette année si particulière, à voir déferler entre 20 000 et 25 000 marathoniens dans la capitale. 

Afin de respecter le protocole sanitaire, les départs seront plus échelonnés qu’à l’accoutumée sur les Champs-Elysées. Il y aura des départs par vague de 500 coureurs au sein de chaque SAS, comme sur le récent Semi-marathon de Paris. 

Le premier coup de pistolet résonnera à 8h50 pour les athlètes handisports. Il sera suivi par les départs des élites féminines (8h54) et celui des élites masculins (9h10).

Le dernier SAS, celui des coureurs visant 4h30 commencera à s’élancer à partir de 11h42. Près de trois heures après le premier départ ! Il y aura donc des coureurs dans Paris jusqu’en pleine après-midi dimanche prochain. 

Le parcours en détails

Côte parcours, il n’y aura pas de changement. En 42.195 km, ce marathon fera le tour des plus beaux monuments, de la Concorde à l’Arc de Triomphe.

Comme en 2019, il y aura un petit crochet après la place de la Concorde par la Place Vendôme et l’Opéra. On retrouvera vite la Rue Rivoli en passant par l’Hôtel de ville puis la nouvelle Place de la Bastille.

Vers le km7-8, une première difficulté, la côte de la Rue de Reuilly. Un bon kilomètre en montée progressive, avant une redescente menant dans le Bois de Vincennes (km9 à 19). 10 kilomètres que l’on courra à pas feutrés, au calme, avec quelques faux-plats ici et là.

Ensuite, ce sera le retour dans Paris intra-muros, tambours battants. Fanfares et groupes de musique seront postés régulièrement sur les bas-côtés où le public s’attroupera volontiers.

Bientôt, ce sera les quais de Seine (km24 à 32) et les fameux tunnels. Le premier de la série, celui des Tuileries. Il s’étire sur un kilomètre, en faux-plat montant, avec une bonne côte pour en sortir. Ensuite, 3 autres au programme, et autant de bosses jusqu’au 30ekm que l’on passe face à la Tour Eiffel.

Au km34, alors que les jambes tirent, il faudra encaisser une côte sur le Boulevard Exelmans. 500 mètres à 3% de moyenne. Mieux vaut ne pas y forcer. Histoire de ne pas caler sur les 8 km restant dans le Bois de Boulogne.

Ensuite, bonne nouvelle, du km35 au km39, le profil sera favorable, en légère descente. Mais il y aura bien un léger faux-plat montant sur les trois derniers kilomètres. On touche au but, un virage à droite Porte Dauphine, puis c’est l’Avenue Foch.

Enfin l’Arc de Triomphe dans le viseur, la délivrance !

POUR RAPPEL : Le pass sanitaire sera requis à la remise des dossards. Le port du masque sera obligatoire dans la zone de départ. On pourra l’ôter après quelques foulées. A l’arrivée, avenue Foch, un masque propre sera distribué.