La marque finlandaise a sorti plusieurs mises à jour. Des options de navigation, de GPS avec économie d’énergie et un nouvel affichage sportif pour la Suunto7 et de nombreuses fonctionnalités outdoor pour les Suunto 3, 5 et 9.

Quoi de neuf pour la Suunto 7 ?

Depuis son lancement en janvier 2020, cette montre GPS connectée qui apporte des fonctionnalités essentielles aussi bien pour le sport que pour la vie de tous les jours a remporté de nombreuses distinctions (Best of CES – Las Vegas 2020) Elle a par ailleurs été unanimement reconnue comme l’un des premiers objets connectés de sa catégorie à offrir un mariage parfait entre montre connectée et montre de sport. Grâce aux dernières fonctionnalités qui arrivent sur Suunto 7, il devient encore plus facile de profiter des activités sportives et des aventures outdoor :

  • Navigation hors ligne le long d’itinéraires (synchronisée à partir de l’appli Suunto) avec un traçage des activités sportives en extérieur. Cette fonctionnalité enrichit le confort d’utilisation des cartes sur la montre. Celle-ci comprend déjà des cartes de fréquentation spécifiques à chaque sport. Ainsi vous pourrez aller encore plus facilement où vous voulez, et revenir sans encombre.

  • Mode GPS avec économie d’énergie prenant appui sur l’algorithme FusedTrack™ de Suunto. Grâce à ce mode, Suunto 7 tiendra plus longtemps en sollicitant moins la batterie pendant les séances prolongées.
  • Nouvel affichage sportif « toujours allumé » à basse consommation. Pendant vos activités sportives, l’affichage reste toujours allumé afin de vous indiquer les données essentielles tout en sollicitant très peu la batterie.

Mise à jour de l’application mobile

L’appli Suunto permet aux utilisateurs de planifier sans effort des itinéraires, de télécharger des activités depuis leurs montres, et de se connecter à des applications partenaires comme Strava et Training Peaks.

Cette mise à jour regorge de nouvelles fonctionnalités, notamment un nouvel écran d’accueil avec un accès plus facile au calendrier, aux totaux d’activités et aux cartes. Une multitude d’ajouts et d’améliorations vient enrichir les fonctions cartographiques de l’application. Les utilisateurs peuvent désormais suivre leurs propres cartes de fréquentation personnelles basées sur les activités individuelles réalisées au cours de la semaine précédente, du mois écoulé ou de l’année calendaire. En outre, ils ont la possibilité de découvrir des itinéraires et des points de départ populaires accessibles à proximité de leur position et basés sur les exercices rendus publics par les membres de la communauté Suunto. Grâces à ces nouvelles fonctionnalités, il devient encore plus facile de se lancer dans de nouvelles aventures.

Du nouveau aussi pour les Suunto 9, 5 et 3

Cette version est la mise à jour logicielle la plus importante de l’histoire de Suunto. Elle apporte, via SuuntoPlus™, un certain nombre de fonctionnalités pour les activités outdoor et l’entraînement. En voici certains points essentiels : un nouveau cadran de montre inspiré des activités outdoor avec notamment les heures de lever et de coucher du soleil et la pression atmosphérique (selon le modèle). La navigation au relèvement permet de définir un objectif, d’obtenir une direction et de trouver son chemin, sur un sentier ou en dehors de tout sentier balisé.

Voici quelques-unes des nouvelles fonctionnalités* de SuuntoPlus™ :

  • Weather : heures de lever et de coucher du soleil, température de l’eau, tendance barométrique, alarme orage, niveau d’oxygène pour les hautes altitudes, entre autres détails.
  • Climb : élévation actuelle, ascension cumulée, pourcentage de pente de l’ascension et vitesse verticale.
  • Safe : coordonnées GPS (latitude et longitude) de l’emplacement actuel, distance, altitude et relèvement par rapport au point de départ.
  • Loop : détails des tours basés sur votre position. Pour chacune des boucles que vous créez, vous pouvez suivre et comparer vos efforts au tour.

.

En gravissant 278 fois le terril de Nœud-les-Mines, dans le Pas de Calais, Élise Delannoy a réalisé le record du monde féminin de dénivelé positif sur 24h avec 16 572,6 mètres D+ cumulés.

La championne nordiste, 7e de l’UTMB 2019, avait planifié sa tentative pour essayer de battre le record du monde masculin, réalisé le 5 septembre par Aurélien Dunand-Pallaz à Marthod en Savoie en 17 218 mètres de dénivelé positif en 139 km.

Le record du monde est “battable”

Pendant 18h, Elise fera jeu égal, et aura même de l’avance sur ce record d’Aurélien Dunand Pallaz « Ce défi avait pour but de me challenger, mais aussi de montrer que plus la distance est longue, plus les femmes se rapprochent du niveau des hommes. Sans mon souci gastrique en fin de nuit, j’avais le bon tempo pour tenter de dépasser le record masculin. Malheureusement, ne pouvant plus m’alimenter, j’ai baissé de régime. Mais c’est l’occasion aussi de lancer l’idée aux femmes de tenter ce record, car je sais que le record du monde masculin est battable ! »

« Ce défi fou a été l’occasion d’avoir un moment de partage comme je n’avais jamais connu jusque-là ». Sa famille, son équipe, des pacers, des traileurs qui se sont déplacés de toute la région, des spectateurs qui sont venus voir un exploit de dénivelé positif se réaliser sur un terril du nord de la France, et enfin une communauté tout entière derrière Élise sur les réseaux sociaux : « Quand je cours un ultra, je suis seule la plupart du temps, et j’ai mon équipe qui m’attend aux ravitaillements. Ici, sur cet aller-retour de 520m, je n’étais jamais toute seule, toujours soutenue, encouragée, supportée, on me lisait même les commentaires des réseaux sociaux tout au long de la journée ! Ce fut un moment unique de partage que je vais garder longtemps en mémoire. » Les records du monde absolus sont la propriété des hommes, toutefois, celui-ci, pour le moment, est atteignable par une femme. Si les records du monde féminin n’ont pas encore autant d’échos médiatique que les records du monde masculin, il est évident qu’une femme devenant la première à détenir un record du monde absolu provoquera une onde qui dépassera son propre sport. 

La Fédération Française d’Athlétisme lance le Run 2K Challenge, une opération “portes ouvertes” dans les clubs de France jusqu’au 23 septembre. L’objectif : découvrir la pratique du running encadrée dans les clubs et ses avantages : coach, suivi, émulation de groupe…

Depuis le 16 septembre et jusqu’à ce mercredi 23 septembre, près de 200 clubs d’athlétisme, répartis sur l’ensemble du territoire national participent à ce challenge imaginé par la FFA. Le principe est simple et accessible à tous : courir une, deux, trois fois ou plus la distance de 2 kilomètres.

L’objectif de cette opération : faire découvrir la pratique du running au sein d’une structure spécialisée et qualifiée afin d’en ressentir tous les avantages : vie de groupe, conseil, suivi, évaluation, motivation, émulation…Pour participer, une seule règle : se rendre dans le club running le plus proche de chez soi et courir 1, 2, 3… 5 fois 2000 mètres ou plus ! Chacun peut ainsi tenter sa chance au Run 2K Challenge et bénéficier gratuitement de l’expertise des coaches ou échanger avec les coureurs de sa ville.

Les participants pourront :

– Repartir avec un livret « warm up running » comprenant les meilleurs conseils et outils des coaches,
– Estimer leur VMA (vitesse maximale aérobie) et leur chrono sur différents formats de course,
– Échanger avec les coaches running du club sur leurs sensations, motivations, chronos et objectifs,
– Bénéficier d’une invitation à 2 séances découverte en club et d’un plan d’entrainement personnalisé jaimecourir.fr

L’équipementier suisse On lance Cyclon, un service d’abonnement proposant des équipements de sport entièrement recyclables, dont une chaussure de running haute performance.

On progresse dans le durable. Après Salomon qui annonçait il y a peu la commercialisation prochaine de l’Index 01, running conçue avec des matériaux recyclés et recyclable en fin de vie, On Running va plus loin dans la démarche. L’équipementier suisse lance Cyclon, un service d’abonnement qui permettra de recevoir, de porter les derniers équipements running, puis de renvoyer les produits en fin de vie à la marque, en échange des nouvelles versions.

On Running Cyclon abonnement

Un équipement, plusieurs vies

Autrement dit, ces équipements qui auront plusieurs vies, ne vous appartiendront pas. Une fois l’article usagé retourné, il sera entièrement recyclé par On, qui réutilisera les matériaux pour créer de nouveaux produits. Une démarche circulaire par abonnement que la jeune marque française Circle Sportswear avait déjà mise en place ce printemps.

« Le service Cyclon est une nouvelle façon révolutionnaire de devenir plus durable, tout en garantissant à nos clients que la performance des produits ne sera pas altérée » explique Caspar Coppetti, co-fondateur d’On. « Les clients qui s’inscrivent aujourd’hui seront les premiers à obtenir la dernière innovant en matière de running performance durable. »

Le nom choisi pour ce service, Cyclon, est inspiré du puissant phénomène météorologique circulaire caractérisé par des nuages en rotation, soulignant la nature circulaire du service et le puissant impact qu’il aura sur l’industrie du sportswear.

On Running Cyclon

Une running recyclée, recyclable et ultra-légère

Le premier produit commercialisé sera une chaussure de running entièrement recyclable, également appelée Cyclon. Créée à partir de plus de 50% de matériaux biosourcés à base de graines de ricin notamment, cette Cyclon sera ultra-légère (moins de 200 g !) et ses caractéristiques de retour d’énergie et d’amorti sont parmi les plus élevées de la gamme On.

« Fabriquer une chaussure de course performante et entièrement recyclable est un énorme accomplissement dont nous sommes extrêmement fiers », déclare Olivier Bernhard, co-fondateur d’On.« Mais nous sommes allés plus loin. Nous voulions montrer que durabilité et performance vont de pair. Le service d’abonnement permet aux coureurs non seulement de recevoir l’une des chaussures les plus performantes que nous ayons conçues, mais de recevoir en permanence les dernières technologies et les chaussures les plus à jour de notre laboratoire. »

Pour 29,95€ par mois, on peut s’inscrire à Cyclon sur on-running.com/cyclon. La chaussure sera disponible exclusivement via le service d’abonnement dans la seconde moitié de 2021.

.

Depuis le 31 août, l’insuable Luca Papi poursuivait son défi : parcourir 4 Transgrancanaria 360 à la suite. Après treize jours à courir nuit et jour en autosuffisance, victime d’une douloureuse lésion au quadri et de températures caniculaires, il arrête sa #transgrancanaria1000. Bilan de sa folle épopée : 850 km et 41 242m de dénivelé positif.

Luca Papi, roi de l’inédit. Un extraterrestre comme beaucoup le définissent, une machine à avaler les kilomètres qui aujourd’hui vient encore d’écrire une page de l’ultra-fond. Le coureur italien s’était donné comme objectif d’enchaîner les quatre éditions de la Transgrancanaria 360, en parcourant plus de 1100 km avec un dénivelé positif et négatif de plus de 100 000 m en un temps de 15 jours. Mais après treize jours après le début de l’aventure, le coureur a décidé d’arrêter le chrono le 13 septembre, à 850km et 41 242 m D+.

L’athlète italien, qui réside en Ile-de-France est parti lundi 31 août à 23h du Porto de las nieves d’Agaete. Il a d’abord faire un échauffement de 46 km jusqu’au Roque Nublo, d’où le 1er septembre, il a pris le départ de la première Transgrancanaria 360 de son défi sur le parcours de la dernière édition qui s’est tenue en mars cette année.

Il a commencé son aventure en complétant en environ 72h l’édition 2020 de la Transgrancanaria 360, sur un circuit engagé de 262 km depuis le centre de Gran Canaria jusqu’au Phare de Maspalomas. Ensuite, il a rempilé sur le tracé correspondant à l’édition 2018 (269 km et 12 000 mD+), en passant par l’un des endroits le plus emblématiques de l’île : la plage de “las canteras” mais aussi “calle Triana”. Ensuite il a (re)parcouru la version 2019 (264 km et 13 265 m D+). La chaleur et une lésion au quadriceps droit l’ont obligés à marcher sur une grande partie du parcours, en terminant avec un temps de 102h et 10 minutes. D’une manière générale, la météo a compliqué son épopée avec un thermomètre dépassant 40°C la journée et 32°C la nuit, avec de longs passages sans points d’eau et très peu de sommeil. Malgré cela, le champion n’a jamais perdu son sourire et sa bonne humeur, appréciant l’accueil des habitants de Gran Canaria venus l’encourager, le ravitailler, le masser. Sa#transgrancanaria1000 restera une grande aventure.

Et si on se faisait “La Nièvre en courant” ? Trois jours plus tard et 400 km de relais plus loin, 9 irréductibles nivernais ils l’ont fait, la grande traversée de leur département. Avec l’envie, on fait de grandes choses !

La fine équipe nivernaise est arrivée le 26 juillet, vers 18h sur l’esplanade du palais ducal de Nevers. 400 km en relais en trois étapes pour traverser la Nièvre. Un projet monté à la va-vite autour d’Antoine De Wilde, organisateur de La Bottine de Nevers et du Nevers marathon (entre autres). L’idée a fait “tilt” le lundi, ils ls sont partis le vendredi même. Juste le temps de monter un roadbook et d’organiser la logistique…

Un petit bout de la France en courant

Dans l’équipe, certains sont rodés, bons coureurs ayant déjà participé à la célèbre France en courant, annulée cette année. Cette Nièvre en courant s’en fait l’écho, en hommage à cette aventure en relais qui sillonne la France et laisse depuis plus de trente ans des souvenirs impérissables à ses participants. Mais dans le lot de cette team ’58’, l’effort cumulé sur plusieurs jours fût une grande première, un vrai challenge sportif. Au final, tous ont bouclé la boucle, ravis par cette échappée belle à domicile et l’accueil spontané reçu dans les villages traversés. Ebahis aussi par la variété des paysages de leur département. Leur tracé : une grande boucle autour de Nevers. Pour la première étape , Marzy, Fourchambault, La Charité-sur-Loire, Pouilly-sur-Loire, Cosne-sur-Loire, soit 74 km avalés en une matinée en partie au fil du fleuve royal.

Entre lacs, forêts et villages et bocages

Rebelote le lendemain avec un départ à la fraîche, à 4h du matin depuis Cosne. Direction Donzy, Prémery, Corbigny, ses bocages et pâturages puis cap sur le Morvan et ses beaux lacs, Settons et Pannecière, avec finish de l’étape à Château-Chinon. Bilan la journée de course, achevée vers 18h, 157 km et 2 229m de dénivelé. Une bonne nuit de sommeil, puis ce sera la “der”. Cap sur Nevers. 124 bornes rythmés par deux ascensions : le Haut Folin et le Mont Beauvray. Pour le final, un accueil triomphal autour du palais ducal de Nièvre. Et une conclusion à l’ unisson : cette Nièvre en courant presque improvisée, en forme de coup d’essai, en appelle d’autres !

Les courses virtuelles UTMB for the planet rassemblent déjà 8500 coureurs de 98 pays qui ont collecté 10 000 euros pour WWF France.

Jusqu’au 30 août, il est possible de participer aux 4 courses virtuelles UTMB for the planet, et ainsi se mesurer à l’une des quatre épreuves mythiques de l’événement que sont l’OCC, la CCC®, l’UTMB® et la PTL®.

Cette initiative digitale et solidaire lancée le 20 juillet permet de participer à un UTMB® virtuel en enregistrant ses activités depuis chez soi où que l’on se trouve sur la planète.

La plateforme digitale intègre un classement en temps réel qui file jusqu’à la date de clôture d le 30 août.

Il reste donc un mois pour se tester et se mesurer à ses amis et aux meilleurs athlètes de la discipline !

On peut réaliser sa course virtuelle en plusieurs étapes et en kilomètres-effort. La participation à l’une des courses virtuelles UTMB® for the Planet est gratuite mais il est donné la possibilité aux coureurs de faire un don à WWF France. En 10 jours, 10 000 euros ont été collectés. Lorsqu’une course virtuelle est terminée, les participants débloqueront un badge exclusif de Finisher.

Quant aux coureurs qui choisissent de supporter WWF France, ils obtiendront un dossard virtuel exclusif.

A noter que 3 dossards pour l’UTMB® Mont-Blanc sont à gagner pour les Finishers de l’UTMB® Virtual 50, UTMB® Virtual 100 et UTMB® Virtual 170. L’organisation s’engage elle aussi à soutenir WWF France.

Le couple franco-américain vient de relier Cervinia à Chamonix en 4 jours et demi. 188 km et 13 500mD+ ponctués par deux ascensions, le Breithorn (4 164m) et le Mont-Blanc (4 809m). 

Katie Schide et Germain Grangier ont bouclé le 23 juillet une aventure unique. Le couple franco-américain, ambassadeurs de l’équipementier suisse On, ont rallié Cervinia à Chamonix en 4 jours et demi. À l’aube du dimanche 19 juillet, au départ de Cervinia en Italie, Katie et Germain ont débuté leur aventure par l’ascension du Breithorn (4 164m). Après une nuit au refuge de Schonbiel, ils se sont alors lancés sur la Haute-Route, un itinéraire de 120 kilomètres ralliant Zermatt en Suisse à Chamonix en France. Aux Houches, ils ont temporisé une journée pour qu’une fenêtre météo s’ouvre et sont partis gravir le Mont-Blanc pour finalement boucler leur aventure ce jeudi 23 juillet.

Après plus de 41 heures d’effort en 4,5 jours, Katie et Germain auront parcouru 188 kilomètres, cumulé plus de 13 500 mètres de dénivelé positif et gravi deux sommets à plus de 4 000 mètres d’altitude, ensemble.

« Ces derniers jours avec Germain définiront vraiment mon été 2020. Nous sommes partis sans aucun stress pour atteindre des objectifs de temps précis ou battre tout type de record, juste pour passer de longues journées en haute montagne, voir où nos corps pourraient nous mener. Avec la plupart des événements annulés cette année, ce projet était une bonne occasion de revenir aux racines de ce que nous aimons le plus: passer de longues journées à se déplacer à travers les montagnes. » dit Katie Schide.


Ce projet de longue date a nécessité plusieurs mois d’organisation logistique et de préparation physique. Reconnus en tant qu’athlètes élites sur le circuit mondial de trail running (tous les deux dans le top 10 de leur catégorie sur l’UTMB 2019), Katie et Germain avaient à coeur de lier alpinisme et ultra trail sur une aventure unique en son genre.  

« Quelques jours à passer du temps à l’extérieur, à écouter la montagne, à tester nos limites, à mesurer les risques et à s’adapter constamment au moment présent. Nous partageons des aventures en haute montagne pour explorer de nouveaux sommets, crêtes, vallées et glaciers comme un simple défi d’endurance. C’est ce pour quoi nous vivons. » précise Germain Grangier.

Résumé de leur épopée Stage 1 – de Cervinia à Schönbielhütte – 35 km, 2 700D+ en 6 heures // Stage 2 – traversée de la Haute-Route de Zermatt à Chamonix – 115km, 7 000D+ en 24 heures // Stage 3 – Les Houches, ascension du Mont-Blanc – 33km, 3 800D+ en 11 heures et 30 minutes

Ce 5 Km Athlé Open de France Virtuel se déroulera du 11 au 14 juillet. Cette course connectée gratuite, ouverte à tous ceux qui veulent se challenger donnera le coup d’envoi d’un nouvel indice de comparaison entre les runners mis en place par la Fédération.

Cette première échéance athlétique post-coronavirus, organisée par la Fédération Française d’Athlétisme du 11 au 14 juillet, permettra à tous les coureurs de se mesurer les uns aux autres, à distance mais sans pour autant être privés d’émulation : tous les participants se retrouveront intégrés au même challenge et soumis au même verdict : celui du tout nouvel Index National Running qu’inaugure la fédération.

L’Index National Running, nouvel indice de comparaison entre runners. A partir de ce challenge 5 KM Athlé et pour toutes les courses sur route qui suivront, tous les runners pourront retrouver sur JaimeCourir.fr, la plateforme running de la Fédération, cet indice d’évaluation et de comparaison sous la forme d’un classement de tous les participants aux plus de 5000 courses sur route – de 3 à 100 km – recensées par la FFA. Chaque coureur retrouvera sur la plateforme son Index National Running, qui pourra évoluer selon ses différents chronos enregistrés, quelle que soit la distance, lui permettant ainsi de se situer dans un classement national, de suivre l’évolution de son niveau ou encore d’identifier les types de courses sur lesquels il pourra réaliser ses meilleurs résultats.

Cette course de 5 km est gratuite. Le principe : courir seul ou avec ses amis – en respectant évidemment les gestes barrières et la distanciation sanitaire – sur 5 km, sur le tracé de leur choix. 5 km, une distance accessible à tous, des débutants aux champions, , licencié(e)s ou non dans un club d’athlétisme. Les plus ambitieux pourront tenter de se rapprocher des recordman/woman de France de la distance : respectivement Jimmy Gressier en 13’18’’ (record d’Europe), et Liv Westphal en 15’31’

Classement sur Strava et lots à gagner

L’ensemble des résultats sera collecté et centralisé sur Strava, partenaire technique de l’évènement. Les performances de chacun seront consultables en direct, rendant le challenge encore plus réaliste. Et comme sur toute échéance de haut niveau, il y aura bien sûr de nombreux lots à gagner : des équipements Asics, des dossards pour le MAIF Ekiden de Paris, des billets pour les prochains événements athlétiques, des réductions de 30€ sur la licence FFA.

Pour s’inscrire gratuitement et télécharger son dossard, cliquer ici

Le champion jurassien est venu à bout du mythique GR 20 corse (180 km et 13 000mD+) en 32h32, signant le 3e chrono sur ce sentier mondialement connu. S’il n’a pas battu le record de François D’Haene (31h06 en juin 2016), le coureur du Team Asics a vécu une superbe aventure et démontré toute sa force mentale.

Sur la ligne d’arrivée du GR 20, à Conca, dans le sud-est de la Corse, l’émotion est forte ce mardi 7 juillet. Longtemps, très longtemps, les applaudissements ont résonné. Après 32h32 d’un effort extrême, Xavier Thévenard vient d’en terminer avec un périple entamé, lundi 6 juillet, à 4 heures, à Calenzana, au nord-ouest de l’île. Sa famille, ses amis, tous sont là pour le féliciter et saluer sa performance. Certes, le record établi par François D’Haene en 2016 n’a pas été vaincu. Mais en cet instant, peu importe.

Sur les 15 derniers kilomètres, je n’en avais jamais autant bavé depuis 10 ans où je pratique l’ultra ! En marche arrière, je serais allé plus vite. 

“Franchement, le chrono, la performance on s’en fout un peu”

« Je ne sais pas comment je pourrais remercier la communauté corse à la hauteur de ce qu’elle m’a offert, confie Xavier, la voix étranglée par l’émotion. C’était un partage permanent, une convivialité de chaque instant. Il n’y a pas de mots pour décrire les émotions vécues. C’est vraiment très fort. C’est dans ces instants que l’on prend conscience de la force de la passion et que l’être humain a vraiment des bons côtés. Tous ces gens qui nous aident, qui sont passionnés par la montagne… Franchement, le chrono, la performance on s’en fout un peu. On est des passionnés de montagne. Ce qui est le plus important c’est de faire des trucs dehors avec tout le monde. Le record, c’est pas ça qui compte. Ce qu’on a vécu, c’était tellement fort. J’aurai la Corse dans mon cœur jusqu’à la fin de mes jours. »

©Ben Becker

Longtemps, le Jurassien de 32 ans, déjà vainqueur des plus grands ultra-trails mondiaux (dont trois fois l’Ultra-Trail du Mont-Blanc) fut en avance sur le record. Parti sur un tableau de marche devant le conduire à un chrono d’environ 30 heures, Xavier a tenu la cadence jusqu’à un peu plus de la mi-course. Malheureusement, sous une grosse chaleur, le rythme allait ensuite baisser. Si la nuit lui permit de retrouver davantage de fraicheur et de lucidité, l’avance sur le temps du record finit par fondre au fil des kilomètres. Les dernières heures scellèrent ses espoirs de faire tomber la marque référence. « Nous avons lancé la traversée avec de solides coureurs et nous sommes partis sur un bon tempo, analyse-t-il. Nous avons fait de belles descentes et nous avions un peu d’avance à Vizzavona (km 83). Ensuite j’ai eu un passage dans le dur mais le monde à côté m’aidait beaucoup. J’en ai bavé sur des parties techniques bien dures. Je me suis quand même fait bien plaisir après la mi-course sur une partie roulante. Sur la fin, c’était un chemin de croix. Sur les 15 derniers kilomètres, je n’en avais jamais autant bavé depuis 10 ans où je pratique l’ultra ! En marche arrière, je serais allé plus vite. » 

Avec le soutien des coureurs corses

©Ben Becker


Encouragé par les « pacers » officiels (30 coureurs dont 27 coureurs locaux étaient présents pour assister Xavier), mais aussi par de nombreux traileurs venus partager la foulée du champion pendant quelques kilomètres, Xavier a pu bénéficier d’une véritable escorte tout au long de son périple. Parmi les pacers, Guillaume Peretti, qui en 2014 avait fait tomber le record de Kilian Jornet (32h54, 2009) en bouclant le GR 20 en 32 h, avait lui aussi tenu à apporter son aide dans ce projet où le Jurassien avait souhaité associer un maximum de coureurs corses. « Ça m’a vraiment fait plaisir d’être là, commente le « pacer » de luxe, présent aux côtés de Xavier pendant une soixantaine de kilomètres. C’était important de l’accompagner et de montrer que dans notre sport, nous sommes solidaires, que l’esprit trail existe vraiment. Et puis c’est mon île alors c’était cool. » L’ex recordman a également pu apprécier de très près la performance sportive. « Il a eu le cran de partir sur des bases de 30 heures, insiste-t-il. C’était audacieux, il a eu ce courage. Mais le GR 20, c’est vraiment différent de tout le reste. Il a quand même réussi une superbe performance. Il s’est accroché et a montré qu’il avait un mental d’acier. Il m’a vraiment impressionné. C’est un très grand champion. » « Je sais ce que ça représente d’abnégation, poursuit Pierre Santucci, « légende » du sentier dont il fut longtemps recordman, en 36h53, présent lui aussi sur le bord des chemins. Il faut tout le temps être présent sur deux fronts : la fatigue musculaire et la fatigue mentale. Alors quand il y a une tentative de record, je viens apporter mon soutien car c’est important de sentir les gens autour. »

Dans le top 3 du GR 20


Avec ce chrono, Xavier s’inscrit parmi les trois athlètes les plus rapides sur ce sentier mythique (François D’haene en 31h06 ; Guillaume Peretti en 32h). Avant son départ, il avait résumé le projet en quelques mots : « C’est l’amour de la montagne, la passion de l’activité, le partage, la convivialité et puis cet aspect de la compétition-performance avec l’envie de se rapprocher des temps réalisés par des coureurs de haut niveau. Je ne prétends pas forcément les battre mais je vais faire du mieux possible pour être dans leurs temps. » Malgré l’absence du record, le « cahier des charges » a donc été pleinement rempli.

« Pour les prochains qui s’attaqueront au GR 20, je leur conseille de ne pas trop réfléchir, glisse-t-il à l’arrivée. Et puis il faut vraiment rester calme et lucide tout au long de la course car sinon, on peut vite péter les plombs, parce que les cailloux, à un moment, on en a marre ! Je n’avais jamais couru plus de 24h et les parcours techniques ne sont pas trop ma tasse de thé. Cela faisait donc deux défis à relever et j’étais curieux de voir comment j’allais réagir. C’est un projet qu’on ne fait qu’une fois dans sa vie. Je reviendrai faire des parties mais pas sûr que je le referai en entier. C’est un sacré morceau. Mais c’était une aventure incroyable. J’aurai plein de belles histoires à raconter. »

Pour que les événements sportifs perdurent et que le sport triomphe en cette année si particulière, ChronoCompétition et Le-Sportif.com proposent la Run Again. Plus qu’une course virtuelle, c’est un message de soutien positif à envoyer à sa course de cœur et à l’ensemble des acteurs du milieu. Au choix : 5 km, 10km ou 21.1km à courir près de chez vous, jusqu’au 14 juillet.

Cette Run Again est née d’un constat. Les coureurs ont besoin des organisateurs (et inversement) pour vivre des expériences sportives et humaines fortes. Les plus grands événements ont besoin des plus petits (et inversement) pour faire découvrir l’activité aux néo-pratiquants et offrir un nombre incroyable d’événements sur l’ensemble du territoire. Les organisateurs ont besoin des prestataires (et inversement) pour rendre possible leurs projets les plus fous.

L’idée de cette course virtuelle, c’est donc d’envoyer un message de soutien aux organisateurs d’événements. Afin d’apporter un objectif supplémentaire et de participer à la relance du secteur, la Run Again reversera une partie des droits d’inscriptions (7 €) aux manifestations sportives ayant remportées les différents “challenges organisateurs” pour les aider à préparer au mieux leur prochaine édition.

Comment ça se passe ?

L’évènement se déroule jusqu’au 14 juillet à 23h59. N’importe où, partout, autour de chez vous. Au choix : 5 km marche, 5 km, 10 km, 21,1km.

Lors de l’inscription en ligne, le coureur déclare la manifestation sportive qu’il souhaite soutenir (sa course “de cœur”, sa course “préférée”) et qui pourra donc être l’une de celles qui gagnera l’un des “challenges organisateurs”. 

Tout le monde a sa chance : organisateurs, coureurs. Pour chacune des épreuves, les manifestations sportives les plus soutenues seront récompensées. 4 épreuves, ce sont donc 4 manifestations minimum qui seront récompensées.

Des “challenges coureurs” seront organisés sur les réseaux sociaux. Chaque soir, des dossards cadeaux à gagner (valables sur la prochaine édition des courses partenaires) sont mis en jeu.

Informations & inscriptions sur www.run-again.com

Facebook : https://www.facebook.com/runagain2020/

Instagram : https://www.instagram.com/runagain20/

Le champion Jurassien de 32 ans s’est élancé sur le mythique GR 20 qui traverse la Corse du nord au sud sur 180 km (13 000 m de dénivelé positif). Objectif du coureur Asics : battre le record détenu depuis juin 2016 par François D’haene, en 31h06’.

Xavier Thévenard, déjà vainqueur de quelques-unes des plus grandes classiques mondiales de trail (Ultra Trail du Mont-Blanc à trois reprises, Trail des Templiers, Ultra trail du Mont Fuji etc.), a attaqué son nouveau défi, ce lundi 6 juillet, à 4 heures du matin.

©Ben Becker

En plein cœur de la nuit, une trentaine de supporters sont venus à l’oratoire Saint-Antoine de Padoue de Calenzana, au nord-ouest de l’île de beauté, pour l’encourager. Un compte-à-rebours du responsable de la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME), seule habilitée à valider les records, avant d’enclencher les chronos et très vite, seuls le souffle des coureurs et le bruit de leurs bâtons sur les pierres pour interrompre le silence de la nuit. Et pour éclairer les premiers kilomètres de ce GR 20 qui fait rêver les randonneurs et coureurs du monde entier, la lune encore presque pleine était venue en renfort des frontales avant que le soleil ne prenne le relais.

© Ben Becker

Pour cette tentative de record, les conditions devraient être optimales avec un terrain sec, un vent modéré et un grand soleil. Seule la chaleur, avec des températures proches de 30 degrés, pourrait venir compliquer la quête de Xavier, très heureux de se lancer dans cette aventure. « C’est un parcours qui fait très envie, confie-t-il. C’est montagnard donc ça me correspond bien. Il faut rester vigilant et lucide notamment sur la première partie car il y a beaucoup de cailloux. La vigilance, la lucidité, la fluidité seront essentielles. C’est une nouvelle aventure qui commence et ça y est, on y est. Y a plus qu’à… ». Pour l’accompagner, trente « pacers », dont 27 coureurs locaux, vont se relayer régulièrement tout au long du parcours par groupe de trois ou quatre. Objectif : boucler les 180 km jusqu’à Conca, point final du GR 20 au sud-est de la Corse, avant mardi, 11h06.

Running Heroes et Puma proposent le 10K Free To Race : une course virtuelle et solidaire organisée sur deux jours, les 20 et 21 juin, partout en France.

Le principe : courir 10km entre le 20 juin 00h01 et le 21 juin 23h59, où l’on veut, quand on veut. Les performances seront mesurées grâce à une montre GPS ou une application de tracking. Il faudra courir 10km (pas plus, pas moins) en une seule fois, sans pause et veiller à bien s’inscrire préalablement au challenge Running Heroes.

Tout au long du week-end, un classement en temps réel permettra aux runners de suivre leurs performances (classement général, par sexe et par catégories d’âges)À la clé des dotations premium Puma pour les femmes et hommes les plus rapides (les trois premiers du classement général et les trois premiers de chaque catégorie), et de nombreux lots de la collection Puma x First Mile faite à partir de plastique recyclé seront à gagner, grâce à un tirage au sort parmi tous les participants.

page1image16012928

Participer au 10K Free to Race, c’est aussi un geste solidaire, puisqu’une partie des bénéfices seront reversés à l’UNICEF pour répondre à l’urgence liée au Covid-19.

Les runners auront des adversaires de choix puisqu’une partie des athlètes Puma participeront aussi à la course : des assets tracks & fields aux joueurs de football, toute la Puma Fam s’engage pour soutenir l’UNICEF via la course à pied. L’occasion de se mesurer aux meilleurs, tout en courant près de chez de soi ! Une course totalement green puisque sans ravitaillement ni transport.

Inscriptions sur http://runningheroes.10kfreetorace.com/ 

A partir de 10€

Cette année, la No Finish Line Paris aura lieu en connecté du mercredi 10 au dimanche 14 juin. Un challenge universel, sportif et solidaire de 5 jours avec un seul objectif : récolter un maximum de dons pour combattre l’épidémie en cours en soutenant l’Alliance « Tous unis contre le virus », la Chaîne de l’Espoir et le Samu social de Paris.


En raison de la situation sanitaire connue ces derniers mois, la No Finish Line Paris n’aura pas lieu en physique comme initialement prévue sur le Champ de Mars, mais elle se déroulera bien du mercredi 10 au dimanche 14 juin 2020 via un événement connecté grâce à une application mobile « No Finish Line Paris ». 

1 km = 1 € de don

L’épreuve a décidé de soutenir l’alliance « Tous unis contre le virus », en plus de la Chaîne de l’Espoir et du Samu social de Paris, associations historiquement soutenues l’évènement. Pour chaque kilomètre parcouru, c’est 1 € de promesse de dons qui est reversé aux trois associations soutenues. Les dons sont financés grâce aux partenaires, Atos et la Banque de France, aux entreprises participantes et aux dons récoltés lors des inscriptions. Chaque participant peut également faire un don de son choix pour financer les kilomètres qu’il effectuera.

Comment participer ?

  • Rendez-vous sur le site :  https://inscription-event.com/no-finish-line-paris-connectee/select_competition pour vous inscrire
  • Recevez votre mot de passe par email suite à votre inscription
  • Téléchargez l’application No Finish Line Paris sur  PlayStore pour Android et AppStore pour iOS
  • Connectez-vous et parcourez des kilomètres pour les associations soutenues. ll s’agit de courir ou marcher quand et où vous voulez, du 10 juin au 14 juin et le plus possible, pour la bonne cause.
  • Chaque activité, marche et course à pied, rapporte, en plus des promesses de dons par kilomètre, un nombre de points en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Ces points permettront d’établir un classement des différentes équipes mobilisées durant ces 5 jours. Les participants pourront faire gagner encore plus de points à leur équipe grâce aux QUIZ, aux BOOSTS et aux MISSIONS qui rythmeront ce challenge virtuel. 

NN Running proposera un marathon virtuel les 6 et 7 juin, à courir en relais à 4. Dans les starting-blocks : Kenenisa Bekele, Eliud Kipchoge, Joshua Cheptegei et Geoffrey Kamworor. 

Encore une course virtuelle en vue, mais celle-là, donnera peut-être à ses participants la possibilité de faire équipe avec les plus grands champions. Ce MA RA TH ON organisé par NN Running est un marathon relais à 4. Chaque participant devra courir 10,5 km entre le 6 juin et le 7 juin avant minuit. 

Pour participer, il est possible de monter sa propre équipe de 4 ou bien de s’en remettre au hasard, auquel cas, l’un de vos co-équipiers sera peut-être Eliud Kipchoge (premier marathonien de moins de deux heures de l’histoire), le champion olympique Kenenisa Bekele, le recordman du monde du semi-marathon Geoffrey Kamworor ou encore Joshua Cheptegei, recordman du monde 5K et champion du monde du 10 000m.

La course est enregistrée sur Strava, et chaque membre de l’équipe devra publier son meilleur temps de 10,5 km en ligne pour être officiellement inclus dans le classement final. Selon les règles du site NN Running, on peut publier autant d’entraînements 10,5K que l’on veut sur deux jours. Le meilleur temps comptera pour le résultat de l’équipe. 

@nnrunningteam

##RUNASONE