NN Running proposera un marathon virtuel les 6 et 7 juin, à courir en relais à 4. Dans les starting-blocks : Kenenisa Bekele, Eliud Kipchoge, Joshua Cheptegei et Geoffrey Kamworor. 

Encore une course virtuelle en vue, mais celle-là, donnera peut-être à ses participants la possibilité de faire équipe avec les plus grands champions. Ce MA RA TH ON organisé par NN Running est un marathon relais à 4. Chaque participant devra courir 10,5 km entre le 6 juin et le 7 juin avant minuit. 

Pour participer, il est possible de monter sa propre équipe de 4 ou bien de s’en remettre au hasard, auquel cas, l’un de vos co-équipiers sera peut-être Eliud Kipchoge (premier marathonien de moins de deux heures de l’histoire), le champion olympique Kenenisa Bekele, le recordman du monde du semi-marathon Geoffrey Kamworor ou encore Joshua Cheptegei, recordman du monde 5K et champion du monde du 10 000m.

La course est enregistrée sur Strava, et chaque membre de l’équipe devra publier son meilleur temps de 10,5 km en ligne pour être officiellement inclus dans le classement final. Selon les règles du site NN Running, on peut publier autant d’entraînements 10,5K que l’on veut sur deux jours. Le meilleur temps comptera pour le résultat de l’équipe. 

@nnrunningteam

##RUNASONE

Les “Superhalfs”, circuit qui regroupe les semi-marathons les plus populaires de la planète (Lisbonne, Prague, Copenhague, Cardiff et Valence), proposent aux coureurs de participer à un semi virtuel entre juin et juillet.

Pour entretenir notre motivation sans dossard à l’horizon, les Superhalfs, qui ont fait équipe avec realbuzz.com, proposent à chacun un semi-marathon virtuel entre le 1er juin et le 31 juillet. L’inscription coûte 15 euros (+ 5 euros de frais de port) pour l’envoi d’une médaille exclusive du semi-marathon virtuel SuperHalfs, envoyée partout dans le monde, et une photo “finisher”. Il est possible en inscrivant de s’engager à soutenir une cause parmi la liste des organismes de bienfaisance proposée.

Pour s’inscrire, quelques clics :


1/ Rendez-vous sur realbuzz.com pour vous inscrire

2/ Courez la distance de 21.1 km entre le 1er juin et le 31 juillet, en une ou plusieurs fois, sur tapis comme en extérieur.

3/ Enregistrez votre chrono (ou le cumul de vos chronos) sur realbuzz.com.

4/ Telechargez un selfie pour l’envoi de votre photo officielle.

5/ Recevez votre médaille et votre photo dans la foulée par voie postale.

The 2.6 Challenge, initié par l’organisation du Marathon de Londres pour soutenir les organismes caritatifs du pays a fait exploser les compteurs. Le but : courir ou marcher 2,6 miles, 2,6 km ou 26 minutes en s’engageant pour aider une cause. Lancé le 26 avril, date initiale du marathon (reporté au 3 octobre), ce défi viral a généré en quinze jours 10 millions de livres sterling (soit plus de 11,3 millions d’euros) de dons au profit de 3 961 associations. Ce bel élan solidaire vient combler le déficit, estimé à 4 milliards de livres sterling, lié aux annulations d’évènements ce printemps. Rappelons que ce marathon majeur avait à lui seul généré l’an dernier plus de 66 millions de livres sterling de dons en une journée. 

On le redoutait, on s’en doutait, c’est désormais officiel : le sommet mondial du trail n’aura pas lieu du 24 au 31 août à Chamonix. Voici les précisions de l’organisation.

Après avoir examiné attentivement toutes les alternatives en accord avec les consignes gouvernementales, mais aussi mené une concertation auprès des coureurs, des collectivités locales et des partenaires, l’équipe d’organisation de l’UTMB® Mont-Blanc a le regret d’annoncer qu’en raison de la pandémie de COVID-19, l’édition 2020 ne pourra pas avoir lieu du 24 au 31 août.

UTMB 2019 ©Thomas Bekker

Cette décision, prise après avoir consulté la commission médicale de l’UTMB® Mont-Blanc, est la plus responsable pour préserver la santé et la sécurité de tous les participants, qu’il s’agisse des 10 000 coureurs venus de 111 pays, des 100 000 spectateurs et habitants du Pays du Mont-Blanc, des 500 prestataires, 60 partenaires et 2 300 bénévoles.

« En montagne, nous sommes habitués à la notion de risque et d’engagement. Quand les conditions ne sont pas réunies, il est plus raisonnable de faire marche arrière et de rentrer à la maison. La prise de risque fait partie de notre culture, le renoncement aussi. Renoncer c’est faire preuve de courage. Lorsque l’on renonce à une ascension, on sait qu’il y aura d’autres occasions de revenir, lorsque les conditions seront réunies, lorsque nous seront prêts, lorsque l’orage sera passé. » – explique Catherine Poletti, fondatrice de l’UTMB® Mont-Blanc.

Depuis la première édition en 2003, l’UTMB® Mont-Blanc est devenu une expérience unique : un parcours mythique autour du plus haut sommet d’Europe, une course qui traverse 3 pays et 18 communes, 7 épreuves allant de 300 à 15km s’adressant aux trailers de tous les niveaux. Autant d’ingrédients qui en font une expérience convoitée par plus de 32 000 coureurs inscrits au tirage au sort. En faisant le choix d’annuler l’événement, l’organisation ne souhaite pas proposer aux coureurs une expérience qui ne soit pas à la hauteur de leurs rêves.

« Le trail c’est aller à la rencontre de l’autre, c’est prendre le temps de discuter à un ravitaillement, c’est la liberté de mouvement. Difficile dans ces conditions d’organiser des courses qui offrent ce plaisir et ces possibilités. Nous avons bien sûr envisagé un événement adapté aux consignes sanitaires, avec des départs par vague, des jauges extrêmes réduites, le respect de distanciations physiques sur les ravitaillements. Dans ces conditions, l’UTMB® Mont-Blanc ne serait pas celui que nous connaissons et surtout celui que chaque participant souhaite pouvoir vivre. Participer à l’UTMB® Mont-Blanc est un long chemin pour les coureurs, chacun d’entre-deux s’attend à vivre une course pleine et entière. Soyons patients. » – déclare Michel Poletti, fondateur de l’UTMB® Mont-Blanc.

En donnant rendez-vous aux coureurs l’an prochain, l’organisation souhaite faire preuve de responsabilité et de solidarité envers tous les coureurs qui ne pourraient pas participer cette année à l’événement à cause du contexte sanitaire, économique, social et territorial. L’UTMB® Mont-Blanc souhaite également adresser son soutien à ses amis suisses et italiens, pays co-organisateurs de l’événement, mais aussi à tous les acteurs de l’événementiel et de l’outdoor, eux-aussi durement impactés par la pandémie

Conformément au règlement de l’épreuve, les coureurs inscrits en 2020 bénéficieront d’un remboursement de 55% des frais d’inscription. L’annulation de l’événement est un réel risque financier pour l’organisation qui a déjà engagé de nombreuses dépenses dans différents secteurs. L’organisation a mis à jour son site internet pour répondre à toutes les interrogations des coureurs

Pour chaque coureur, participer à l’événement est une aventure qui se prépare depuis plusieurs années au rythme des entraînements, des points de qualification et du tirage au sort. Chaque coureur bénéficiera d’une place réservée sur la même course à son choix en 2021, 2022 ou 2023. Une mesure exceptionnelle qui permet davantage de flexibilité. Ils recevront les modalités d’utilisation de cette réservation par email avant l’ouverture des inscriptions 2021. Cette mesure s’applique également aux coureurs titulaires d’un dossard solidaire.

Malgré l’annulation de l’édition 2020, l’équipe d’organisation de l’UTMB® Mont-Blanc ne baisse pas les bras et reste engagée pour mobiliser la communauté des trailers du monde entier, ainsi que tous les acteurs du sport, autour d’une cause commune afin de contribuer ensemble à rendre le monde meilleur. UTMB® Mont-Blanc vous invite à suivre ses différentes plateformes pour tout savoir sur les initiatives en préparation.

Concernant 2021, la 19e édition de l’UTMB® Mont-Blanc aura lieu du 23 au 29 août et traversera, la France, l’Italie et la Suisse.

Nouvel exploit pour Zach Bitter. Déjà détenteur du record du monde des 100 miles parcourus sur piste, l’Américain ambassadeur Altra s’est aussi adjugé celui sur tapis roulant.

Distanciation sociale et annulation des courses obligent, les athlètes tentent de rester motivés en relevant toutes sortes de défis. Depuis son domicile, l’ultrarunner et ambassadeur Altra, Zach Bitter, s’est attaqué au record du monde des 100 miles (158 km) sur tapis roulant. Une tentative réalisée samedi et entièrement diffusée sur Youtube. 1500 personnes ont assisté en direct à sa performance. 250 coureurs étaient connectés via Zoom pour participer à l’expérience “Run with Zach”.

12h09′ d’efforts

Après 12h09’15’’ d’effort (7’17 de moyenne), l’Américain s’est offert un nouveau chrono de référence battant le record précédent de Dave Proctor de plus de 20 minutes.

Cet événement était destiné à lever des fonds pour l’association “Fight for the forgotten” qui aide une tribu pygmée du Congo. Zach a utilisé l’Escalante Racer pour la première partie de la course, puis la Torin 4 Plush pour la dernière partie.

L’inimitable marathon du Médoc, grand carnaval de la course à pied n’aura pas lieu à Pauillac cette année. L’organisation nous donne rendez-vous le 11 septembre 2021.

Voici le communiqué de l’organisation : ” Après avoir consulté les autorités du monde médical, les membres de l’association, les bénévoles, et le monde du vin, l’AMCM, association organisatrice a préféré reporter l’édition 2020 qui devait se dérouler le samedi 12 septembre prochain, au samedi 11 septembre 2021.

La fête d’accord, la santé d’abord

« C’est probablement la décision la plus importante prise depuis la création de notre belle épreuve. Elle a été prise avec tristesse et chagrin parmi toute l’équipe des bénévoles, mais c’est aussi la plus raisonnable pour la santé de tous. » Les organisateurs du marathon des châteaux du Médoc ont décidé après une longue et sage réflexion, de reporter la 36e édition de l’épreuve la plus festive au monde, en 2021, le samedi 11 septembre, plus précisément.

Particulièrement attaché à la santé des coureurs depuis sa création, l’organisation du marathon du médoc a conclu unanimement, après concertation avec les autorités, du monde médical, des membres de leur association, des bénévoles et du monde du vin, que le marathon du Médoc, exemple d’organisation et de convivialité, ne pouvait se dérouler dans des conditions optimales, cette année, en raison de la « nécessaire distanciation physique » et des incertitudes liées à l’évolution de l’épidémie du virus Covid-19.

Cette décision permet aussi aux coureurs de prendre leurs dispositions, bien en amont de la date prévu de l’événement. L’organisation reviendra dans les prochains jours vers les participants, pour préciser les modalités de ce report. Il sera possible de décaler son inscription, gratuitement, sur l’une des 3 prochaines éditions.

Un même thème en 2021

La 36e édition du marathon des  Châteaux du Médoc, conserve pour thème, « Le Médoc fait son cinéma », « saison 2 », précise l’organisation, qui ne perd ni son sens de l’humour, ni son désir de faire vivre aux participants, une expérience inoubliable.Rendez-vous, donc, le samedi 11 septembre 2021, au départ de Pauillac.

Envie de reprendre la course en vous sentant utile ? Envie de vous fixer de nouveaux objectifs ? Azur Sport Organisation, qui organise notamment le Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes, propose une course connectée et solidaire.

C’est quoi l’idée ?

Cette “Course du Déconfinement” regroupe 4 challenges pour tous en 5 km, 10 km, 21.1 km ou 42.195 km. On peut marcher ou courir ces distances en une ou plusieurs fois.

Quand ? Entre le 16 mai à 6h du matin et le 24 mai à 19h.

Où ? N’importe où ! Où vous voulez, avec ou sans montre connectée.

Cet événement sera solidaire

100% des bénéfices seront reversés à la Fondation du Souffle pour soutenir les chercheurs dans la lutte contre le COVID-19.

Solidarité en prison aussi. Sur le bitume de la cour, entre les deux bâtiments de la Maison d’Arrêt de Nice, les détenus vont chausser leurs baskets afin de prendre part à cette course solidaire sur les différentes distances.

Plusieurs personnalités sont déjà engagées comme Christian Estrosi, Sébastien Camus, Dominique Chauvelier, Christophe Pinna, Nathalie Simon ou encore Paul Belmondo…

Infos et inscriptions sur : la coursedudeconfinement.fr

Pour cette édition anniversaire, la fête s’annonce complète sur ce dernier beau marathon du calendrier avec cadeaux et animations à gogo autour du vieux port.

Ce marathon d’automne, on l’aime autant pour la qualité de son organisation – toujours aux petits oignons – que son décor, iodé et rythmé, autour du vieux port. C’est aussi un parcours à record : l’an dernier, les vainqueurs avaient signé les 2e meilleures performances de l’année ! Une belle occasion de taper un “RP”.

©La Rochelle

Cette année, le duo sera mis entre parenthèses pour gonfler les rangs de l’épreuve phare avec 8 000 dossards disponibles pour l’occasion. On pourra aussi carburer sur le 10 km (3 000 dossards) sur un tracé plus roulant partageant l’arrivée du marathon : rue du Palais, passage sous la grosse horloge, vieux port et finish au pied des fameuses tours. Les inscriptions sont ouvertes. Dossard affiché à 56 € jusqu’au 15 juin pour le marathon. Pour s’inscrire sans tarder, c’est par ici .

La Fédération Française d’Athlétisme a choisi de suspendre jusqu’à fin juillet l’ensemble des compétitions nationales et propose une saison athlétique courant d’août à fin octobre si les conditions sanitaires le permettent. Différentes mesures d’accompagnement des clubs sont, par ailleurs, actuellement en cours de discussion.


Plusieurs décisions importantes sont à retenir du bureau fédéral, réuni à titre exceptionnel en visioconférence le 7 avril, en conséquence de la crise sanitaire mondiale.

Sur le calendrier des compétitions

Toutes les compétitions nationales sont suspendues jusqu’à fin juillet. S’il reste envisageable que la sortie du confinement permette une reprise de la pratique sportive avant cette date, un retour trop rapide des compétitions pourrait entraîner un grand nombre de blessures. Le bureau fédéral a pu prendre cette décision suite aux recommandations de la Commission médicale de la FFA.« Bien sûr, nous devons encore composer avec de nombreuses incertitudes, liées à l’évolution de la pandémie et aux différents scénarios de sortie du confinement encore à l’étude par les autorités, précise André Giraud, président de la FFA. Mais cela ne nous empêche pas de pouvoir anticiper en prenant certaines décisions, grâce notamment aux recommandations fournies par le Ministère des Sports et le Comité national olympique et sportif français, avec qui nous sommes en contact permanent. Les compétitions nationales, qu’il s’agisse des différents championnats de France, meetings ou courses running, sont donc suspendues jusqu’à la fin du mois de juillet. Sur le plan des compétitions régionales et départementales en revanche, nous avons la volonté de laisser à chaque territoire la liberté de prendre les initiatives qu’il souhaite, dès lors que les conditions sanitaires le permettront. Certaines zones pourront peut-être reprendre une activité avant d’autres, en fonction des annonces faites par les autorités, et auront donc la possibilité d’organiser des rassemblements locaux. »

©Sportpoint_Adobestock


Sur la date et le lieu des Championnats de France Elite

La nouvelle programmation des championnats de France Elite, initialement prévus du 19 au 21 juin à Angers, est conditionnée à la date de reprise possible de l’activité sportive et au choix du maintien ou non des Championnats d’Europe Paris 2020 du 25 au 30 août. Les championnats de France Elite pourraient, en effet, constituer le support de qualification de ces championnats continentaux. L’engagement de la Fédération Française d’Athlétisme auprès de la ville d’Angers, unis par une convention prévoyant la tenue sur le territoire angevin de Championnats de France Elite qui soient supports des Jeux Olympiques, induit que les championnats de France Elite 2020 ne se tiendront vraisemblablement pas dans la Ville d’Angers.



Sur la tenue des Championnats d’Europe Paris 2020

L’Association Européenne d’Athlétisme est propriétaire de l’évènement. La Fédération Française d’Athlétisme travaille étroitement avec les services de l’Etat et le Comité d’Organisation Paris Athlé 2020 sur plusieurs scénarios, basés sur l’analyse des enjeux sanitaires, économiques, techniques, sociaux, et sportifs, afin d’optimiser la livraison de l’événement en fonction de la sortie définitive du confinement sur le continent européen.


Sur le plan de relance post-crise sanitaire

La Fédération travaille d’ores et déjà à l’élaboration d’un plan d’action de sortie de crise sanitaire, avec pour volonté de se positionner comme actrice de la reprise du lien social, convaincue par l’idée que le sport peut et doit contribuer à la bonne remise en marche de la société.Plus encore dans pareil contexte, les clubs auront un rôle majeur à tenir pour assurer cette mission qui dépasse le seul cadre sportif. La FFA ntend ainsi apporter à l’ensemble de ses 2 485 clubs les moyens et outils nécessaires à leur reprise d’activité et au bon accomplissement de cette mission d’envergure. La FFA travaille avec plusieurs acteurs sur un dispositif d’optimisation de la licence 2020 ainsi que la mise en place d’un fonds de solidarité pour les accompagner dans cette relance d’activité.« Nous voulons contribuer à l’après-confinement en animant nos clubs et notre communauté, en proposant une autre façon de consommer l’athlétisme, explique André Giraud. Je dis souvent que dans toute crise il y a une opportunité. En l’occurrence ici, une opportunité pour la population de mieux prendre soin d’elle-même. On n’a, en effet, jamais vu autant de personnes se mettre à la pratique de la course ou de la marche que depuis cette période de confinement. Les outils de coaching sportif à domicile que nous diffusons pour toutes les catégories d’âges depuis le début de la crise rencontrent d’ailleurs également un grand succès. Il est désormais de notre devoir, en tant que fédération délégataire de service public, de permettre à ces nouveaux pratiquants de pérenniser leur pratique et de profiter sur le long terme des bienfaits de l’activité physique, pour le corps, l’esprit, et le lien social. Nous sommes en effet persuadés que les personnes vont vouloir se retrouver, partager du lien après ces longs moments d’isolement. Toutes nos structures déconcentrées (nos clubs, mais aussi nos comités départementaux et nos ligues régionales) sont là pour les y aider. La famille de l’athlétisme doit rester unie afin que notre sport puisse jouer à plein son rôle de locomotive lorsque viendra l’heure de prendre un nouveau départ. Si aucune fédération ne va sortir indemne de cette crise, nous avons la volonté d’aller de l’avant et de réinventer l’athlétisme de demain. »

Les défis sportifs solidaires se multiplient ces temps-ci et l’on s’en réjouit. Nous relayons celui de jumeaux marathoniens. Ils ont récolté près de 3 000 euros pour les soignants de l’hôpital de Lens en une matinée. Un bel appel du pied. 

David et Guy devaient participer dimanche dernier au Marathon de Paris. Ces jumeaux marathoniens et ultra-trailers ne sont pas restés les bras croisés ce 5 avril, se lançant un défi sportif mais surtout solidaire. «  Nous ne voulions pas rester sans rien faire face à ce coronavirus et aider nos soignants, nos héros. Nous avons lancé une cagnotte Leetchi en nous engageant à reverser 1 euro par 1 kilomètre parcouru pour le personnel soignant de l’hôpital de Lens, où nous habitons », raconte David.

150 participants

Leur initiative, relayée par la presse locale et France 3 a été largement partagée. « A la base ce défi était juste pour nous et notre entourage, mais la solidarité a été grandiose » s’enthousiasme le coureur : « Nous avons été plus de 150 à participer ce dimanche à ce projet #jecourssolidairele5avril. C’est énorme à nos yeux, 150 participants, quasi 3000 euros récoltés, pour un projet qui a été mis en place mercredi dernier ! ».

Les jumeaux, qui pour leur part ont couru 42.195 km en 820 tours sur leur gazon avaient une grosse motivation pour tenir bon « nous avons pensé très fort à nos soignants » explique David, qui nous a contacté dans le but de faire passer ce message : « Si nous, à notre petit niveau, nous avons réussi à récolter 3000 euros en 1 journée avec un run solidaire, pourquoi pas d’autres, avec des appels aux dons pour les hôpitaux, les soignants, les pompiers près de chez eux ? ». 

La 10e édition de la Maxi-Race d’Annecy, prévue les 30 et 31 mai est reportée au mois de juillet suite à l’épidémie que nous connaissons. Les précisions de l’organisation sur ce report, les nouveaux formats proposés et les dédommagements envisagés.

(Communiqué de l’organisation)

A défaut d’organiser la course comme prévue, l’organisation s’est littéralement pliée en 4 pour pouvoir proposer une alternative, la meilleure possible, pour les coureurs. Et ne pas se cantonner seulement à un remboursement partiel. Un important travail mené en collaboration avec la ville d’Annecy permet d’envisager un report de l’évènement les 11 et 12 juillet, sous un format différent (lieu d’arrivée, formats, parcours…)

Ce report reste néanmoins conditionné aux nouvelles réglementations concernant la levée du confinement et aux autorisations accordées pour l’organisation d’événements sportifs en Juillet. Dans ces conditions, l’organisation ne sera pas en mesure de prendre une décision définitive (report ou annulation) avant le 20 avril, en fonction des informations officielles communiquées. 
– Si les dispositions permettent l’organisation de l’évènement, chacun pourra alors choisir entre un report de l’inscription sur le week-end du 11 et 12 juillet ou un dédommagement.
– Si l’évènement ne peut pas avoir lieu, les coureurs seront tous dédommagés.

Stéphane Agnoli, Directeur de course confirme : « Cette décision ne fut pas facile à prendre et toutes les équipes ont été très mobilisées depuis plus de 15 jours pour pouvoir réagir au plus vite et sadapter aux informations qui arrivent au compte-gouttes et qui sont parfois contradictoires : « les certitudes dhier ne sont pas celle daujourdhui »  Cette édition, sera évidemment un peu spéciale, mais nous souhaitons tous quelle garde ses objectifs initiaux annoncées pour 2020, avec des nouveautés, de la solidarité, et une évolution vers plus deco-responsabilité comme laction 0 bouteilles plastiques menées avec le Grand Annecy. Léquipe de la MaXi-Race souhaite, malgré les difficultés rencontrées, proposer un rendez-vous sportif et festif pour partager ensemble la passion de courir ! »

MaXi-Race, juillet 2020 : une édition solidaire et spéciale

Les courses seront condensées sur une seule journée en réduisant les formats proposés avec 4 formats au choix : la Short Race – 16km, 950 m D +, la Marathon-Experience – 42 km, 2500m D+, la Marathon-Race – 39km, 3200m D+ et nouveau format de 75km – 4900m D+ avec un départ depuis Doussard.

Il s’agit bien de s’adapter aux difficultés à sentrainer durant le printemps mais également de réduire la durée de mobilisation des personnels de secours sur l’évènement, ceux-ci étant actuellement en première ligne pour lutter contre cette épidémie.

L’organisation de cet évènement sera aussi l’occasion de remercier l’ensemble du personnel de santé, durement touché. Un partenariat a été crée avec le Rotary Club d’Annecy qui se rapprochera, une fois l’épidémie terminée, des services hospitaliers locaux afin de mettre en place une opération de remerciements et d’aide. L’organisation reversera une partie des recettes de l’évènement au Rotary afin de financer des actions en fonction des besoins. Les coureurs pourront également participer à la cagnotte solidaire.

Les modalités de reports ou de dédommagement

La situation actuelle et exceptionnelle impacte tout le monde, sportif, personnel, mais également professionnel. L’organisation d’un évènement comme la MaXi-Race représente une année entière de travail pour le staff, les bénévoles. C’est également un moment important pour la vie économique locale et pour les fidèles prestataires.

Les modalités de reports et de remboursements proposées par l’équipe de la MaXi-Race semblent être le meilleur équilibre entre la volonté d’offrir un dédommagement important tout en permettant d’honorer les frais déjà engagés.
Les coureurs auront le choix entre un report de l’inscription ou un dédommagement, le choix se fera une fois que l’évènement sera confirmé.

Détails et infos sur le nouveau site dédié: https://www.2020.maxi-race.org/fr/france/

Le 5 avril devait se dérouler le marathon de Paris, repoussé au 18 octobre prochain pour les raisons que l’on connaît. La Fondation du Souffle et la marque américaine de chaussures de running Altra, vous proposent de participer ce dimanche 5 avril au marathon de Paris de manière virtuelle pour faire avancer la recherche contre le Coronavirus.

Comment participer ?

 Inscrivez-vous sur la plateforme GoFundMe et faites un don de votre choix à La Fondation du SouffleAltra s’engage à verser 5 euros pour chaque participant inscrit sur Google Form.

Qu’est-ce que la Fondation du souffle ? Fondation reconnue d’utilité publique, elle se mobilise au quotidien sur plusieurs fronts pour lutter contre toutes les maladies respiratoires. Dans un contexte sanitaire bouleversé par le coronavirus, il est plus que jamais important pour la Fondation du Souffle de financer la Recherche sur le Covid-19 qui affecte toute particulièrement les personnes atteintes de pathologies respiratoires.

42 squats, 42 marches à chacun son défi

En amont de l’événement, ce vendredi 3 avril à 18h, Gregory Herlez, coach et blogueur de course à pied et trail depuis plus de 10 ans, vous prodiguera quelques conseils sur son compte Instagram (@greg_runner) dans le cadre d’une pratique sportive en confinement.

Préparez vos tenues les plus insolites et réalisez votre dossard spécial marathon virtuel en utilisant le #virtualbib. Les plus créatifs seront récompensés.

Le jour de l’événement, soyez imaginatif et respectez ce chiffre qui nous obsède tous en tant que runner : le 42. Sautez 42 fois, faites 42 squats, montez 42 marches, etc. 

Partagez vos expériences sur les réseaux sociaux en taguant @altrarunning_europe et en utilisant le #virtual42

Seul impératif : respectez les soignants en faisant du sport chez vous pour soutenir la cause.

Pour plus d’informations sur les missions de la Fondation du Souffle : https://www.lesouffle.org/la- fondation/nos-missions/

Les industries textiles du Trentin, province située au Nord-Est de l’Italie, reconvertissent leur production afin de faire face dans la région au manque de dispositifs médicaux sanitaires tels que blouses et masques certifiés.

Comme d’autres industries textiles italiennes, La Sportiva, entreprise de Ziano di Fiemme, connue dans la production de chaussures et de vêtements outdoor, reconvertit une partie des machines de son site de production pour couper et coudre des matériaux tels que le cuir et le caoutchouc afin de produire des masques et des blouses au service de la Protection civile de Trente.

L’usine, implantée depuis 1928, qui en temps normal accueille 369 employés et produit environ 2 000 paires de chaussures par jour, a rappelé huit personnes parmi les ouvriers et les techniciens de R&D mis au chômage technique dans le but de réaliser les prototypes de masques conformes aux normes requises par l’Institut supérieur de la santé de Turin. La production lancée depuis vendredi dernier n’attend plus que la certification officielle. L’objectif est d’atteindre 3 000 pièces par jour une fois que la machine sera pleinement opérationnelle.

Objectif 55 000 masques

« Notre grand sens de la responsabilité nous a fait dans un premier temps contribuer à l’effort collectif pour contenir la contagion, en décidant d’anticiper la fermeture de notre site de production. Aujourd’hui, nous sommes appelés à nous engager pour faire face à la deuxième phase de cet état d’urgence. Pour cela, nous nous sommes équipés des matières premières appropriées pour pouvoir produire un premier lot de 55 000 masques qui iront à la Protection civile de Trente par l’intermédiaire d’Allergo System à Rovereto. En parallèle, nous sommes de notre côté en train d’essayer de certifier d’autres matériaux afin de produire indépendamment des blouses et autres équipements de protection pour pouvoir passer à une production industrialisée qui permettra en très peu de temps d’atteindre des productions quotidiennes beaucoup plus importantes. Bien évidemment, en convertissant plus de machines et en rappelant progressivement plus d’employés à l’usine. En espérant que cela contribuera à sécuriser les centaines d’agents de santé qui travaillent dans la région du Trentin et qui ont aujourd’hui besoin de tout notre soutien. Même si nous sommes séparés, nous sommes unis, et nous gravirons ensemble cette montagne, c’est ce que j’ai dit à mes collaborateurs au début de l’urgence et c’est ce message que je veux transmettre aujourd’hui également à tous ceux qui sont en première ligne pour mener cette bataille. La Sportiva est là et vous soutient.» a déclaré Lorenzo Delladio, PDG et président de La Sportiva.

Initialement prévus le 14 juin à Superdévoluy, les “France” de course en montagne sont reportés au 27 septembre.

 La Fédération Française d’Athlétisme et l’association Dénivoluy, avec son directeur de course Tristan Calamita, dans le contexte sanitaire lié au Covid-19, ont décidé de ce report au 27 septembre. A noter que l’épreuve pourrait devenir support de sélection pour les championnats du monde (les 14 et 15 novembre à Lanzarote, Espagne).

4 courses au programme

Départs et arrivées seront organisés sur le front de neige et à la base de loisirs de Superdévoluy.

Course 1 : Cadets, cadettes et juniors féminins + open cadettes, cadets, juniors féminines 5km500 /320m D+.

Course 2 : Juniors masculins + open juniors masculins. 7km500 / 420m D+

Course 3 : Espoirs, Séniors et Masters Masculin + open espoirs, seniors et masters masculins. 12km500 / 850m D+

Course 4 : Espoirs, Séniors et Masters Féminin + open espoirs, seniors et masters féminines. 12km500 / 850m D+

Inscriptions : pour le championnat de France : 22€ (dossard + repas du dimanche midi), inscription “open” : 25€ (dossard + repas du dimanche midi), en ligne sur https://genialp.com/inscription/Championnats-de-France-de-courses-en-montagne-2020-et-courses-open

Elisha Nochomovitz, coureur de la banlieue Toulousaine, a terminé hier un marathon sur son balcon, preuve qu’on peut bien se challenger chez soi !


Elisha Nochomovitz @ Marathonman1987, restaurateur de 32 ans habitant dans la banlieue de Toulouse n’est pas du genre à se laisser aller. “Comme toutes mes compétitions ont été annulées, j’ai voulu soutenir le corps médical en prouvant qu’il est possible de faire du sport en restant à la maison.”, explique-t-il à Eurosport.
” J’avais la possibilité de sortir pour courir autour de la maison, mais si tout le monde pense pareil on aurait été nombreux dehors…Mon travail a été reconnu d’inutilité public,donc le meilleur moyen de ne passe laisser abattre c’est de faire du sport. La consigne était de rester à la maison, c’est ce que j’ai fait. Juste pour vous montrer qu’on a pas d’excuses, et s’il vous plaît penser à toutes ces aides soignants qui sont en première ligne face à ce virus “ explique le coureur sur son mur Facebook.

Son GPS a craqué

Pari réussi en 6h48′ minutes selon les coordonnées de son GPS, lequel a “littéralement craqué” devant tant de kilomètres parcourus dans un si petit espace, son balcon mesurant 7 mètres de long par 1 mètre de large. Près de 6000 allers-retours pour boucler son 37e marathon avec Brooks et sa Run happy Team.

Belle initiative du champion espagnol Kilian Jornet en cette période de confinement : les trois films de son projet « Summits of My Life » sont en accès libre sur son blog. De quoi s’évader et prendre un peu de hauteur depuis son canapé !

Summits Of My Life, c’est le projet personnel de Kilian Jornet, par lequel depuis 2012 il a tenté d’établir des nouvelles marques de vitesse des des montagnes les plus importantes de la planète.

Le champion met ses trois films sont en accès libre Un “Summits at home“, belle récréation pendant cette période de confinement. «  A Fine Line », retrace son aventure sur les sommets des Alpes. « Déjame Vivir» explique son projet de gravir les sommets qui le fascinent depuis son enfance, ses joies et ses peines entre Mont Blanc, Mont Cervin et Mont Elbrouz. Dans « Langtang », on embarque au Népal en avril 2015, après le séïsme qui a dévasté la région de Langtang.