Dans quelques jours, le déconfinement. Une nouvelle saison commence, sans dossard. L’occasion tout de même de se fixer de nouveaux objectifs, de nouvelles ambitions, mais surtout, de reprendre sur de bonnes bases. Le point avec Jean-Claude Le Cornec, entraîneur.

Depuis mi-mars, en restant confiné, vous avez forcément perdu un peu de vos acquis. Toutefois pour certains, ce confinement imprévu a permis de recharger l’organisme, de diminuer le stress de la compétition et de l’entrainement. Sachez que tout principe de l’entrainement est le maintien des acquis. Alors il faudra recommencer vos gammes. « Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage ! », dit la maxime.

Mais pas d’inquiétude, vous ne repartez pas de zéro, bien heureusement pour vous. Surtout si pendant ce confinement vous vous êtes entretenu pour garder une condition physique optimale sous une forme plus ludique avec les différentes séances ” à domicile” proposées via les réseaux sociaux. Ces séances de cardio training et le petit footing autour du pâté de maison vous ont permis de maintenir une condition physique optimale qui va maintenant vous servir pour la reprise.

Qui est Jean-Claude Le Cornec ? Fondateur de SDPO organisation, entraîneur, membre du bureau Directeur de l’AEIFA

Un mot clé : progressivité

La première des choses est de ne pas reprendre le même rythme d’entrainement, je veux dire par là, le même nombre de séances. Tout doit être progressif...Si vous aviez l’habitude de courir 3 fois, reprendre à 2 séances, 4 fois, reprendre à 3. Pour les confirmés, reprendre à 4 séances.

©Brooks

 Lors de vos sorties, ne pas reprendre le même kilométrage d’avant la coupure. Comme dans le nombre de séance à effectuer, l’augmentation du kilométrage devra lui aussi être progressif…

  Ne pas vous imposer une durée d’entrainement trop longue, bien que cette durée soit corrélée avec le kilométrage. Donc priorité au temps de travail et non au kilométrage. Au même seuil de travail, le kilométrage sera automatiquement différent suivant le niveau du coureur. Le premier ne pourra faire que 8km en une heure comme le second 16 km s’il en a le niveau. L’idéal est une reprise sur 45 – 50 minutes puis passer à 1h avec une intensité de 50 – 60% de la précédente VMA.

 Plutôt que vous imposer des vitesses de travail, courir à la sensation vous fera le plus grand bien pour une reprise.

 Incorporer dans vos footings de récupération des petites accélérations de 30’’ à 50’’, toujours à la sensation, sans toutefois faire du sprint. (Récupération mi marche – mi trot sur la distance). Ce petit travail d’accélération va vous permettre de revenir plus vite dans un travail plus qualitatif de « fractionné »

Tous les points qui viennent d’être énumérés tournent autour de la progressivité, gage de réussite pour une bonne reprise. Lors de vos entrainements, observez la nature et utilisez la comme obstacle, ce qui vous sera bénéfique pour effectuer une musculation légère des membres inférieurs, comme des montées d’escaliers, courir sur des sentiers avec franchissement d’obstacles, faire des accélérations en côtes, etc… observez bien vous allez trouver vos propres exercices pour développer plus efficacement votre système cardio-vasculaire..

©Drobot-Dean-Adobestock

 A domicile, continuez les séances d’abdominaux et de gainage que vous avez effectuées pendant le confinement. Passez ce petit cycle de reprise, trois semaines environ, il va de soi qu’il va falloir programmer un travail plus qualitatif et ordonné type fractionné sans oublier de bien identifier les objectifs. Pour ce travail qualitatif, une piste d’athlétisme serait l’idéal mais si vous n’en avez pas à portée de main un stade, un parc ou un chemin fera l’affaire. A condition toutefois de bien mesurer les distances de travail que vous aurez à effectuer. Faites des repères sur des portions de 200m, 300m, 400m, etc…En rappel, la coupure que vous venez de faire pendant ce confinement a permis de régénérer votre organisme mais a provoqué une diminution de votre VO2max et de votre VMA.La VO2 max déterminera la VMA du coureur.

La VO2 max déterminera la VMA du coureur

  1. Il ne faudra donc pas perdre trop de temps pour reprendre assidument ce travail qualitatif. Vos vitesses d’entrainement aux différents seuils ainsi que votre vitesse de compétition dépendent en effet de votre VMA (Vitesse Maximale Aérobie). Plus votre VMA sera élevée, plus hautes seront vos vitesses de travail et votre vitesse en compétition.

Depuis de nombreuses années, le travail par intervalles a été retenu comme méthode de référence pour améliorer la VO2max. Pour que ce type de travail soit efficace, il doit se courir à une intensité élevée (proche de VO2max) en répétant des fractions d’efforts (à intensité régulière) entrecoupées de récupérations courtes. De cette manière, il permet d’augmenter le débit cardiaque de façon maximale et ainsi d’augmenter l’apport d’oxygène vers les muscles squelettiques. Voir les articles (1) et (2)

Vous avez maintenant tous les artifices pour une bonne reprise et essayer d’oublier le confinement que vous venez de vivre. Tout en gardant en mémoire que rien ne sera plus comme avant et que vous devrez rester vigilant en respectant certaines règles hygiènes de bon sens.

En dernier conseil, si le respect de la progressivité est gage de réussite pour une bonne reprise d’entrainement, cette même progressivité devrait être également appliquée dans le choix de vos courses, surtout si vous envisagez de vous engager sur des épreuves à fort kilométrage type marathon ou ultra-trail d’arrièr- saison. Prenez part à ces distances qu’une fois votre organisme prêt pour ce défi. N’hésitez pas à vous engager sur des distances plus courtes type 10km ou semi ou encore cross-country. Dans cette dernière discipline, votre organisme s’en trouvera renforcé.