Elise-delannoy-2-csports-drones

En gravissant 278 fois le terril de Nœud-les-Mines, dans le Pas de Calais, Élise Delannoy a réalisé le record du monde féminin de dénivelé positif sur 24h avec 16 572,6 mètres D+ cumulés.

La championne nordiste, 7e de l’UTMB 2019, avait planifié sa tentative pour essayer de battre le record du monde masculin, réalisé le 5 septembre par Aurélien Dunand-Pallaz à Marthod en Savoie en 17 218 mètres de dénivelé positif en 139 km.

Le record du monde est “battable”

Pendant 18h, Elise fera jeu égal, et aura même de l’avance sur ce record d’Aurélien Dunand Pallaz « Ce défi avait pour but de me challenger, mais aussi de montrer que plus la distance est longue, plus les femmes se rapprochent du niveau des hommes. Sans mon souci gastrique en fin de nuit, j’avais le bon tempo pour tenter de dépasser le record masculin. Malheureusement, ne pouvant plus m’alimenter, j’ai baissé de régime. Mais c’est l’occasion aussi de lancer l’idée aux femmes de tenter ce record, car je sais que le record du monde masculin est battable ! »

« Ce défi fou a été l’occasion d’avoir un moment de partage comme je n’avais jamais connu jusque-là ». Sa famille, son équipe, des pacers, des traileurs qui se sont déplacés de toute la région, des spectateurs qui sont venus voir un exploit de dénivelé positif se réaliser sur un terril du nord de la France, et enfin une communauté tout entière derrière Élise sur les réseaux sociaux : « Quand je cours un ultra, je suis seule la plupart du temps, et j’ai mon équipe qui m’attend aux ravitaillements. Ici, sur cet aller-retour de 520m, je n’étais jamais toute seule, toujours soutenue, encouragée, supportée, on me lisait même les commentaires des réseaux sociaux tout au long de la journée ! Ce fut un moment unique de partage que je vais garder longtemps en mémoire. » Les records du monde absolus sont la propriété des hommes, toutefois, celui-ci, pour le moment, est atteignable par une femme. Si les records du monde féminin n’ont pas encore autant d’échos médiatique que les records du monde masculin, il est évident qu’une femme devenant la première à détenir un record du monde absolu provoquera une onde qui dépassera son propre sport.