Denis Clerc, alias Zinzin Reporter, journaliste à France 3 Occitanie, filme ses ultra-trails depuis quinze ans. En 2022, ce passionné bien inspiré se lance dans une nouvelle grande aventure en organisant le premier Zinzin Ultra-trail au cœur du parc national des Cévennes. 

« Raconter des histoires à dormir debout », c’est la devise de Zinzin Reporter. Marathon des Sables, Diagonale des Fous, TransMartinique, 6000D, ultras à Madagascar ou en Nouvelle Calédonie ; ce trailer filme ses ultras-trails pour les partager. Derrière la caméra, Denis Clerc, journaliste sportif à France 3 Occitanie. Avec 3 millions de vues sur Youtube, 25 000 abonnés sur Facebook et 10 000 abonnés sur Instagram ; Zinzin Reporter est une figure du trail/running. C’est aussi un pionnier. Car Denis Clerc, 57 ans, partage ainsi ses reportages depuis 2007. Une autre ère… celle d’avant les GoPro et les réseaux sociaux. 

Reportages télévisés

« Au début des années 2000, pour faire un reportage sur une course, il fallait être accompagné d’un caméraman trimballant une caméra de 12 kilos. Les images se résumaient aux premiers filmés aux ravitaillements facilement accessibles. Nous n’avions aucune image des coureurs en action sur les sentiers. Cela ne rendait pas la course vivante ! » raconte le journaliste.

« Un jour, mon ami Ludovic Trabuchet, journaliste au Midi-Libre, m’a filmé lors d’une sortie avec un petit appareil photo en mode vidéo. C’est ce qui m’a donné envie de le faire en course. A l’époque, cela ne s’était jamais fait. C’était parfois flou mais au moins, c’était un témoignage vivant. Mon reportage de 6 minutes pour France 3 sur les Templiers, qui était alors mon premier trail, a d’ailleurs reçu le Micro d’or ».

En 2009, Denis se filme sur l’UTMB, son premier ultra-trail. Et son reportage de 26 minutes sera également diffusé à la télévision. En 2014, à 50 ans, il crée sa chaîne sur la nouvelle plateforme Youtube, son site internet Zinzin Reporter et sa page Facebook dans la foulée. Puis il enchaîne les courses, bientôt équipé d’une GoPro tenue à bout de bras. Ses reportages bien ficelés – c’est son métier – plongent au cœur des courses et fourmillent d’informations. Denis, le trailer s’y efface derrière Denis, le reporter. « Depuis le début, je fais cela pour m’amuser à côté de mon boulot, sur mon temps libre. On me reconnaît souvent sur les courses, et l’on me remercie, cela fait plaisir ! »

Du marathon aux ultras-trails 

Coureur pourtant, ce père de famille ne l’a pas toujours été. Ancien footballeur, il nourrissait même une aversion pour la course sans ballon rond. Puis à l’aube de la quarantaine, son ami Ludovic Trabuchet le met au défi de courir le Marathon de Paris. Denis termine ainsi son premier 42 km à 42 ans, en 3h01. La même année, il enchaîne avec Berlin en 2h59’.

Très vite, ce Haut-Savoyard d’origine est rattrapé par son amour pour la montagne. Il découvre l’ultra-trail. Au total, Denis en a couru une trentaine à travers le monde. Dans le lot, quelques courses à part. Comme la Diagonale des Fous, bouclée quatre fois. Ou encore le Tor des Géants (330 km à travers la vallée d’Aoste) terminé 100e sur 800 finishers. 

Car ce reporter est aussi bon compétiteur. « Il m’arrive parfois de ralentir pour faire un focus sur un personnage que j’imagine au cœur de mon film. Tout cela se fait au feeling, sur l’instant. Mais même si jai ma caméra, l’idée c’est d’aller le plus vite possible », explique-t-il.

Souvent classé dans sa catégorie, Denis a même gagné un ultra. Une victoire improbable ! « J’ai été le premier et le dernier vainqueur de la Pyréanica, près de Font Romeu. Il y avait 17 partants, tous affûtés comme Kilian Jornet. La météo était très mauvaise, avec beaucoup de neige. Au bout de 10h, nous n’étions plus que cinq en course, et trois devant. Nous sommes arrivés ensemble. Comme au niveau alphabétique j’étais le premier, j’ai gagné cette course tellement mal organisée qu’il n’y a pas eu de deuxième édition !» s’amuse ainsi Zinzin reporter. Une anecdote qui fait bien rire les copains.

Zinzin Reporter
ZinZin Reporter lance un ultra-trail dans les Cévennes.

Un grand tour du Causse Méjéan 

Les copains justement, on y vient. Avec deux amis ultra-traileurs, Ludovic Trabuchet, déjà cité, et Pierre Toussaint, organisateur du Trail des Avens, Denis organise un ultra-trail cette année. Le nom est tout trouvé : Zinzin Ultra-Trail ou « ZUT ». Un acronyme accrocheur et un sacré décor, les Cévennes. Plus précisément, le Causse Méjéan. Ce vaste plateau calcaire de Lozère, département le moins peuplé de France, évoque les steppes mongoles. Les gorges de la Jonte et du Tarn seront deux temps forts de ce tour en 160 km depuis Florac, siège du Parc National des Cévennes, partenaire de l’évènement. « Malheureusement, la première édition est prévue en même temps qu’une course de la région que j’adore, le Trail du Mont Aigoual. Nous n’avons pas eu le choix. En fonction de la nidification des vautours-moines et des espèces de fleurs protégées du parc, il n’y avait que deux possibilités, ce premier week-end de juillet, ou le même week-end que les Templiers en octobre, ce qui n’aurait pas eu de sens. », explique Denis Clerc.

Zinzin reporter mais pas fou

Hasard de calendrier, Les Templiers lancent aussi un nouvel ultra dans les Cévennes ce printemps, le Tarn Valley Trail. Zinzin Reporter, blessé au ménisque depuis novembre, compte bien y aller s’il est sur pied. « Ce n’est pas parce que je vais être organisateur d’un ultra-trail que je me vais me priver d’aller courir et faire des reportages sur les courses qui me plaisent ! », insiste le trailer-reporter. 

Mais au fait, pourquoi « zinzin » ? « Cela vient de mon métier. En 2000, je couvrais les championnats d’Europe de handball, en Croatie. Je suivais l’équipe de France qui enchaînait les victoires. Ma rédaction m’avait demandé plusieurs sujets pour les JT télévisés. Je travaillais beaucoup, de 8h jusqu’à plus de 4h du matin. Un jour, mon caméraman m’a dit ‘mais c’est fou, tu n’es jamais fatigué, tu es zinzin toi… Un zinzin reporter !’ Ce surnom m’a amusé car j’ai toujours été un fan de Tintin. Ce sont ses voyages extraordinaires qui m’ont donné envie de devenir journaliste ».

La boucle est bouclée avec ce Zinzin Reporter qui nous inspire à son tour, d’aventure en aventure.