Dominique Cado, marathonien breton, auteur du livre La Ligne Bleue de A à Z (Amphora) et du site internet lalignebleue.net a testé à l’entraînement et en compétition quatre produits phares de la gamme Overstim.s.

Overstim.s en bref… Entreprise bretonne créée en1982, Overstim.s est passée de la vente locale depuis le garage familial à la distribution nationale dans plus de 1 200 points de ventes puis à l’international avec une présence dans plus de 15 pays.

Si vous fréquentez les villages des semis, des Marathons et des trails, vous connaissez obligatoirement les produits de la marque Overstim.s qui n’ont jamais eu la prétention de vous faire gagner des courses ou d’améliorer vos chronomètres d’une façon supersonique mais de vous alimenter le mieux possible pour compléter une préparation “aux petits oignons” qui a rythmé les semaines précédant le jour de l’épreuve.

Après, que l’on soit un adepte ou un opposant à ce type de produits nous sommes obligés de reconnaitre (quelle que soit la marque) que leur efficacité n’est plus à démontrer au sein des pelotons. Leur solution isotonique plutôt qu’une préparation personnelle hypertonique (ICI) sera toujours plus efficace au fil des kilomètres et des heures de course. Tous les goûts étant dans la nature, à vous de faire les bon choix dans les gammes de produits et surtout de bien les consommer pour qu’ils soient le plus efficace possible. Quelques produits de la marque m’ont été livrés pour en donner un avis d’utilisateur le plus sincère, honnête et authentique possible.

Gatosport Muffins

Note : 8/10

Son avis : J’ai toujours eu un a priori favorable de ce type produit quelle qu’en soit la marque. Ne serait-ce que pour éviter de se lever trèèèèès tôt le jour de la course et éviter d’ avaler un petit déjeuner copieux qui sera à peine digéré quand le starter me fera franchir l’arche des bips. La préparation est simple : mélanger de l’eau et de la poudre. Ensuite la verser dans les moules à muffins fournis, ce qui est une bonne surprise. C’est précisé sur l’emballage, mais “comme tout le monde” je ne lis jamais comme je devrais les emballages et les notices.

Quand la préparation est terminée, si vous attendez quelques minutes avant de la verser dans les moules, prenez le temps de la “re-mélanger” pour éviter de retrouver toutes les myrtilles dans le dernier moule. Il n’est pas nécessaire d’être fan de ce fruit pour apprécier son goût très discret. Consommable dès la sortie du four ou rassis d’un jour voire de plus. La congélation n’a aucune incidence sur sa consistance et sa texture (aucune trace d’humidité). Consommer le matin en petit déjeuner d’une séance, il permet de gagner des précieuses minutes de repos sous la couette et d’éviter les ballonnements d’un petit déjeuner trop brioché.

Spordej-bio

Note : 4/10

Son avis : Le Spordej-bio sous-entendu petit déjeuner ce qui fait que l’on oublie de le consommer en collation avant une séance de fin d’après-midi. C’est vrai qu’un pain au chocolat vendu avec le sourire de la boulangère au “4 heures” peut sembler plus agréable. Cependant le Spordej-bio sans gluten, composé de farine de sarrasin ne peut que faire plaisir au breton que je suis et plus efficace que le pain au chocolat. La préparation est simple : de la poudre et de l’eau ou une boisson végétale, (comme écrit sur l’emballage que j’ai pris le temps de lire jusqu’au bout) à mélanger jusqu’à l’obtention d’une crème dessert. Après ingestion je vais rester avec le sourire de la boulangère ou avec les muffins les jours de course parce que je n’ai pas apprécié Sportdej-bio : sa texture granuleuse au goût qui ressemble à du chocolat, qui a la couleur du chocolat en se demandant si c’est du chocolat m’a laissé ses “arômes” longtemps en bouche. J’ai testé le mélange avec du thé (chaud) pour peut-être éliminer la texture granuleuse, que nenni. Pour ce qui me concerne à oublier très vite.

Barres de céréales

Note : 8/10

Son avis : C’est d’abord un bon moment de détente pour le cerveau si on prend le temps de les mastiquer longuement en les mélangeant à la salive avant de les ingérer pour faciliter leur assimilation et d’éviter les problèmes gastriques. Le meilleur moment pour les utiliser c’est quelques centaines de mètres avant un ravitaillement pour “laver” la bouche du goût sucré et accélérer la vidange entre l’estomac et l’intestin, lieu où la composition des barres va donner son plein rendement  (ICI).  A la mâche, un sentiment de coller aux dents apparait avec la barre myrtille/amande/vanille, mais qui disparait très rapidement. Le goût sucre est discret, appréciable quand après quelques heures de courses l’estomac est devenu un ennemi. Les parfums sont nombreux, chacun peut y trouver son bonheur. J’ai adoré la barre mangue/gingembre/curcuma son goût légèrement épicé m’a fait du bien au moins à la tête dans un passage de course difficile et il y a toujours un passage difficile. J’insiste sur le fait de boire après avoir ingérer la barre pour, en faisant simple, qu’elle ne reste pas sur l’estomac.

Eco-recharge Energix miel

Note : 9/10

Son avis : Pour remplacer la ceinture de gels qui a tendance à éparpiller ses tubes sur le parcours au rythme des foulées, sans parler des emballages vides semés par des runners pas très respectueux de la nature, voilà un produit économique, éco-responsable qui devrait faire partie de la panoplie de la nutrition sportive, au goût miel discret. Dommage que l’origine du miel vienne de l’UE sans précision du pays d’origine. La taille du flacon est adaptée aux courses longues voire très longues. Transférable dans des flasques molles il permet de “prendre” juste ce que l’on a besoin sans avoir à emporter le flacon en entier.Je me suis “amusé”  à en diluer une “portion”  dans mon sac Camelbak pour avoir l’énergie d’une façon régulière tout au long d’une sortie longue. Bonne idée ! Une façon de couper le goût sucré, souvent devenu insupportable quand les kilomètres s’ajoutent aux kilomètres. Aucune trace d’agents commençant par la lettre E dans tous ces produits. Maintenant j’attends avec impatience la création d’une boisson de récupération à l’arôme bière ce qui complèterait la gamme (Humour ? Mais pourquoi pas !). 

Découvrez-en plus sur Dominique Cado ICI et retrouvez d’autres tests et une foule de conseils avisés de ce marathonien généreux sur lalignebleue.net