Articles

Le Mad’Trail, Trail du Col de la Madeleine revient à Valmorel (Tarentaise, Savoie)

Pour la 3ème année consécutive, le Mad’Trail est de retour cet été à Valmorel. Le concept : cinq courses et trois géants de Savoie en perspective : le célèbre col de la Madeleine, les crêtes de Crève-Tête et le massif de la Lauzière. Objectif : 62 km de challenge.

Samedi 15 et dimanche 16 juillet, c’est dans un décor grandiose et une ambiance très sportive que le Mad’Trail accueillera des coureurs, débutants ou entraînés, venus des quatre coins de l’Europe, pour relever le défi. Avec des parcours pour tous les niveaux, le Mad’Trail représente un challenge de 62km, à réaliser en solo ou en relais, dont un marathon de 42km ou encore un Kilomètre Vertical pour les plus aguerris. Les familles et accompagnateurs des concurrents ne seront pas en reste non plus. Encadrés et chouchoutés, ils bénéficieront d’activités gratuites dans la station, et pourront également assister aux courses grâce à un accès aux différents parcours, notamment par les remontées mécaniques à tarif préférentiel.

Cinq courses au programme cette année :

Mad’Trail « Solo » : un parcours impressionnant de 62Km avec 3650 m de dénivelé positif de pur bonheur à vivre en solo !

Mad’Trail « Relais » : parce que le Mad’Trail est un vrai défi, l’aventure se partage aussi à 2 sur 62 Km avec 3650 m de dénivelé positif.

Marathon de la Lauzière : un parcours de 42Km avec 2700m de dénivelé positif qui propose un concentré du plus beau – A la découverte des crêtes de Crève-Tête et du massif de la Lauzière sur une distance mythique !

Crève-Tête : 19 Km de course avec 1250 m de dénivelé positif sur laquelle on alterne entre sentiers sauvages en altitude et passages dans de beaux villages de moyenne montagne. Les magnifiques sentiers sur les crêtes de Crève-Tête et un panorama somptueux à 360° sur les Alpes.

Kilomètre Verticale de Crève-Tête : 2,8Km et 1000 m de dénivelé positif pour les amoureux des cimes et des efforts intenses. Et pour ceux qui en demandent encore, vous pouvez aussi tenter le Challenge Crève-Tête en enchainant le KV de Crève-Tête du samedi avec le Crève-Tête du dimanche !

Pour plus d’informations sur le Mad’trail, rendez-vous sur : http://www.madtrail.com

Une nouvelle année record pour le Semi-Marathon des Sables d’Olonne

La 25e édition du 10Km et du semi-marathon des Sables d’Olonne a, une nouvelle fois, été une réussite avec un nouveau record d’affluence à noter. Ce sont 960 coureurs sur le 10 Km et 1425 sur le semi-marathon qui ce sont élancés le long du bord de mer.

Les athlètes ont été conviés à se regrouper Place Schwabach le 4 juin dernier, pour un départ au début de l’avenue Paul Doumer, face à la baie des Sables d’Olonne. L’arrivée se déroulait dans le stade de la Rudelière, après un tour de piste, effectué sous les applaudissements d’un public nombreux, présent dans les tribunes. Dans la partie ouest du parcours, les coureurs empruntent la promenade du centre-ville, située face à l’océan. C’est un paysage magnifique pour courir. Cette année, les coureurs ont couru sur le Remblai avec de nombreuses animations ainsi que les applaudissements du public venus en nombre tout au long de l’épreuve.

Parcours du semi-marathon 2017

L’arrivée dans Stade de la Rudelière a sacré le KENYAN Félix KIRUI en 1h05’50”.
Chaque coureur garde le souvenir exceptionnel de terminer sa course par un tour de piste sous les applaudissements du public massé en tribune.

Le rendez-vous est d’ores et déjà programmé pour la prochaine édition du  20 mai 2018 ! Vous pouvez également retrouver le site internet : http://semimarathondesolonnes.fr

Stéphane Diagana : « La qualité plutôt que la quantité »

Ancien champion du monde du 400 m haies, c’était à Athènes en 1997, Stéphane Diagana s’est reconverti avec brio dans la course sur route, descendant sous les 3 heures au marathon. Interview & conseils.

  • Quand avez-vous arrêté votre carrière de haut niveau et quand êtes-vous passé à la course sur route ?

J’ai arrêté ma carrière de haut niveau en 2004, j’avais 35 ans, blessé, je n’ai pas pu préparer les Jeux Olympiques à Athènes. Mais durant ma carrière sur piste j’avais déjà couru sur route avec les 10 miles de Rosny-sous-Bois, près de Paris, soit 16 km. En fait une sollicitation du journaliste de France 2, spécialiste de l’athlétisme, Patrick Montel qui participait à l’animation de cette course. Mais disons que mes véritables débuts furent au semi-marathon de Saint-Affrique en Aveyron, là où je suis né, un semi qui n’existe plus d’ailleurs. C’était en 2005.

  • Mais pour le coureur qui débute, certainement pas un semi pour son premier dossard, plutôt un 10km. Que lui conseillez-vous ?

Un 10 km, s’il a déjà quelques mois de pratique, pourquoi pas. Sinon, je pense que le 5 km, même si les 5 km sont plus rares dans les calendriers, c’est mieux. Le débutant qui ne partira pas trop vite négociera mieux cette courte distance que le 10 km quand même plus exigeant. Cela le mettra en confiance pour la suite.

  • Et votre premier marathon ?

En 2005 aussi à New York. C’est le marathon que l’on a envie de faire, la ferveur du public, la ville, c’est à tout point de vue, un marathon exceptionnel, même si j’aime aussi beaucoup celui de Londres. J’ai donc couru le marathon de New York 2005 en 3h07’.

  • Votre record sur marathon, c’était quand et où ?

En 2009, j’ai d’abord couru à Londres en 2h57’, descendant sous les 3 heures, puis j’ai établi mon record à l’automne en 2h54’ au marathon Nice-Cannes.

« Ne pas surcharger le kilométrage au détriment de la puissance musculaire. » ©Kalenji

  • Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent se lancer sur la distance reine ?

Je pense que deux ans de pratique, c’est bien avant de courir son premier marathon. Mais pour ce qui concerne la préparation, je suis un adepte de la qualité plutôt que la quantité qui peut provoquer des blessures. C’est pourquoi 3 séances par semaine plutôt que 4, c’est bien et suffisant selon moi. Sinon, tout dépend bien sûr du passé sportif du coureur. S’il n’a pas de références sportives ou très peu, il devra bien sûr faire des sorties en endurance pour préparer son premier marathon. En revanche, celui qui, par exemple, a joué au tennis et s’est donc initié au fractionné, il pourra faire moins long, moins de kilomètres en endurance et insister plus sur les séances fractionnées.

  • Quelles sont les séances clés en préparation marathon ?

C’est trois belles séances. Une sortie longue de 2 heures à 15 km/h, km/h à l’allure objectif, et des séances de fractionné sur piste. La piste, c’est important. Elle donne de bons repères. Je fais par exemple 10, 12 fois 1 000 m en 3’25’’, 3mn30s. En résumé, je privilégie la puissance musculaire à l’endurance. Jamais un gros kilométrage pour moi. Bien sûr, c’est aussi à cause de mon passé d’athlète de haut niveau que je peux me permettre cela. Mais vos lecteurs peuvent s’en inspirer en ajoutant à l’endurance et au fractionné une 4e séance consacrée au renforcement musculaire, lequel, je le répète est très important.

  • Pourquoi le renforcement musculaire est-il important ?

J’estime que si on manque de temps avec le travail quotidien, les contraintes familiales, pour à la fois faire de l’endurance et renforcer la puissance musculaire, il faut privilégier cette dernière. Pourquoi ? Parce que, avec le passage des années on perd de la puissance musculaire, ce qui entraîne une baisse de la VO2 (consommation maximale d’oxygène que l’on prélève dans l’air et qui est consommée par nos muscles) et de la VMA (vitesse maximale aérobie). On va donc courir de moins en moins vite. Et ce n’est pas l’endurance, l’accumulation des kilomètres qui pourra compenser. Il ne faut pas surcharger le kilométrage au détriment de la puissance musculaire.

Le fractionné, passage obligé pour progresser en endurance pour Stéphane Diagana ©Kalenji

  • Que faire pour entretenir sa puissance musculaire ?

En plus des séances fractionnées, on peut, comme je vous l’ai dit, ajouter une 4e séance consacrée au renforcement musculaire. A savoir monter des côtes, faire des foulées bondissantes, gravir des tribunes de stade avec des petits sauts. Je répète que plus les années passent et plus cette puissance va diminuer rapidement si on ne l’entretient pas. Et plus on va régresser.

  • La récupération, c’est également très important ?

En effet il faut récupérer après une compétition et au cours de la saison. La récupération sert la progression et éloigne les blessures. Le vélo est une activité très complémentaire à la course à pied qui évite le contact avec le sol, et qui permet le maintien des acquis sur le plan cardiovasculaire.

  • Et le trail qui est en plein boom, cela vous inspire, envie d’essayer ?

Pourquoi pas un marathon en nature, mais sincèrement je préfère le rythme, la nature c’est plus pour moi en vélo ou VTT, qu’en course à pied.

Propos recueillis par Philippe Maquat en mai 2016 et publiés dans Running Coach numéro 35.


Vu du Campus de Mougins.

Un campus sport-santé à Mougins

Un campus sport-santé qui s’étendra sur 4 hectares à Mougins dans les Alpes-Maritimes devrait voir le jour fin 2018, avec Stéphane et Odile Diagana comme directeurs. « Reste à boucler le financement de ce projet » dit Stéphane. Ce campus accessible à tout le monde et qui s’adresserait à deux niveaux de pratique : le défi de la compétition sur marathon, trail ou triathlon ou bien la recherche de la forme avec des activités de fitness. En bref ce centre disposera d’une piste d’athlétisme, mais aussi d’une piscine olympique et d’un anneau cyclable. Pour la forme une salle de fitness est prévue, une salle de musculation étant également programmée. Un espace restauration et une résidence hôtelière verront aussi le jour dans ce campus qui ne sera donc pas dédié qu’à la recherche de la performance, mais bien également à la santé, avec la collaboration de médecins qui feront équipe avec les coaches.


 

100€ pour les 2 dossards des marathons de la Côte d’Azur France

Profitez de notre offre exceptionnelle pour deux marathons de prestige ! 100 euros pour les deux dossards pour les 300 premiers inscrits des marathons de la Côte d’Azur !
Ne ratez pas les dix ans du Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes le 5 novembre 2017 et la première édition du Marathon International du Golfe de Saint-Tropez le 25 mars 2018 !

10e Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes : 5 novembre 2017

Le 13 novembre dernier, le Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes a connu un nouveau succès populaire avec près de 14 000 participants recensés sur les trois formats de course proposés (marathon en individuel, 2×21.1 km et Marathon relais à 6). Cette performance permet à l’événement de conserver sa place de premier marathon de France après Paris.

Envie de faire partie des 14 000 privilégiés qui auront la chance de fouler à nouveau la Promenade des Anglais et de fêter les 10 ans de cette superbe épreuve ? Retrouvez toutes les informations sur le site : http://www.marathon06.com/2017/

1er Marathon International du Golfe de Saint-Tropez : 25 Mars 2018

Le marathon de Saint-Tropez se dévoile au fur et à mesure !

Au programme de ce marathon, un parcours unique associant bord de mer, vignobles, collines et garrigue où vous pourrez déguster les spécialités gastronomiques de la région (dégustation de vin, tarte tropézienne, etc.).

Plusieurs formats de courses sont proposés : 42.195 km ; 21.1 km ; Relais à 4, 6 ou 7

A l’occasion de cette 1ère édition, afin de faire rimer sport et fête, nous vous invitons à vous parer de votre plus beau ou plus loufoque déguisement ! Faites preuve d’imagination et de créativité et remportez à l’arrivée le trophée du meilleur déguisement ! Ne vous faites pas remarquer courez déguisés !

Pour plus d’informations : http://www.marathondugolfedesainttropez.com/fr/