Articles

BV Sport, marque leader dans la compression sportive s’associe à Veets avec un objectif : produire dès 2021 la première chaussure de running éco-conçue et 100 % fabriquée en France.

Célébrons ce mariage heureux entre deux marques françaises. D’un côté BV Sport, fondée en 1996 par deux médecins spécialistes de la récupération, basée à Saint-Etienne, devenue une référence en matière de compression sportive, notamment avec ses fameux “Booster”.

De l’autre Veets (pour Vendée Technical Shoes), marque créée il y a quelques années par Steve Brunier. Ancien vendeur de chaussures de running ‘made in China’, cet athlète de bon niveau a eu l’idée folle de fabriquer une running française et éco-responsable. Chez Running Attitude, on connaît Veets depuis quelques années, avec des modèles confortables dont la semelle à géométrie variable en 3 points (technologie brevetée) favorise une posture de course plus naturelle et dont le tissu est issu de bouteilles en plastiques recyclées.

Engagée dans la fabrication française et éco-responsable

En 2021, la marque vendéenne déjà, implantée dans une centaine de magasins spécialisées, franchit un nouveau cap en intégrant le groupe BV Sport. Avec cette union, de belles ambitions.

Cette année, l’ensemble de la gamme de chaussures Veets sera fabriquée en France, avec un mesh fabriqué à partir de bouteilles recyclées en utilisant des matériaux produits localement et les plus naturels possibles pour limiter le coût écologique de la fabrication.

Engagée pour l’environnement, Veets ne l’est pas qu’un peu : elle a crée une fondation Api-Reuneurs afin que chaque achat d’une chaussure contribue à développer des initiatives locales en faveur d’un développement plus durable. Engagement pris pour 2021 : implanter plus de 200 000 abeilles dans la région stéphanoise.

Le projet de développement est ambitieux ( tablant sur un chiffre d’affaires à 6 millions d’euros dans quatre ans) mais surtout tourné vers l’avenir et le savoir-faire français.

En industrialisant ses gammes sur le sol français, en favorisant les circuits-courts dans l’intégralité de son processus de fabrication, de l’approvisionnement en matières premières
à l’impression des emballages, Veets promeut un nouveau savoir-faire tricolore, en relocalisant des compétences et se rapprochant les utilisateurs “reuneurs”. “On ne peut que s’en féliciter !

Et côté technique, quels bénéfices ?

Chaque paire repose sur un concept novateur breveté, qui favorise une pose médio-pied en retardant le contact avec le sol sur la partie arrière (talon). L’épaisseur au médio-pied et la forme particulière de la semelle vont permettre un travail important de la voute plantaire et faciliter le rebond vers l’avant, ainsi que le retour veineux. La symétrie intérieur / extérieur va favoriser un travail équilibré des membres inférieurs en évitant que le pratiquant ne s’affaisse sur un mur de soutien interne artificiel. La tige par son strapping, apportera un maintien de pied très fort pour garantir une cohésion totale entre le pied et le bloc semelle afin d’éviter et limiter les micro mouvements latéraux de glisse du pied sur la semelle lorsque la tige est détendue.

La nouvelle paire Transition 2.3, confortable, polyvalente et fabriquée en France est affichée à 160 euros. Côté route, on retrouve d’anciens modèles comme la Veloce MIF 2 (soldée à 110 euros), l’ Inside 2.3 (soldée à 110 euros) ou encore la Transition 2.2 (soldée à 90 euros), certaines d’entre elles étant “Made in France”. Le mois prochain, une nouvelle paire destinée au trail la Véloce XTR 3, intégralement fabriquée sur le sol français est annoncée à 150 euros.

e