Articles

Nouvelle venue dans l’univers des chaussures à plaque de carbone, la Rocket X est la déclinaison courte distance de la Carbon X. 

Hoka Rocket X

Après la première version de sa Carbon X (voir notre test ICI) sortie en 2018, Hoka a présenté ce printemps sa Carbon X2 destinée au marathon. Sa petite soeur, c’est cette Rocket X, une paire taillée pour chasser vos records du 5 km au semi-marathon. On retrouve l’un des fondamentaux de chez Hoka avec une semelle très épaisse et donc 5 mm de drop. Elle est très rigide et on sent vraiment la présence de la lame carbone. Son poids est de seulement 209 g en 42, premier indice qui nous met sur la piste d’une chaussure rapide. L’économie sur le poids se fait sur le mesh très fin, tout comme la languette. Adeptes de modèles confortables passez votre chemin d’autant que le chaussant est étroit. Les premiers kilomètres sont déstabilisants : à vitesse moyenne les Rocket X ne sont pas stables et il faut faire très attention à ses chevilles. En revanche la semelle épaisse apporte du confort et du moelleux à tel point qu’on se demande comment on va pouvoir envoyer.

Hoka Rocket X

Gain de vitesse immédiat !

Et c’est là que la magie opère. A plein régime, la Rocket X se révèle incroyable et le gain de vitesse est immédiat, surtout en fractionné. Sur une même séance de 30/30 j’ai opposé les Rocket X au Mach 3. Le résultat est sans appel : 10 secondes de mieux en allure (3’ contre 3’10’’). Le manque de stabilité disparaît à grande vitesse et on se sent pleinement en sécurité même sur sol mouillé. La foulée est fluide et la chaussure encaisse parfaitement les impacts au sol. Mais comme pour Cendrillon la magie n’a qu’un temps. Hoka garantit l’effet carbone pour environ 400 km en moyenne. C’est mieux que d’autres modèles avec lame carbone et il faudra donc utiliser les Rocket X à bon escient.

Prix : 160 €

Les + Le look très agressif. Les – Une interrogation sur la durée de vie du mesh.

Amorti : 18/20 – Dynamisme : 19/20 Souplesse : 12/20 Confort : 13/20 Stabilité : 13/20 à faible vitesse et 17 à grande vitesse.

Côté nouveautés, Hoka vient de lever le voile sur une nouvelle paire de trail taillée pour la performance, la Zinal.

La championne savoyarde participera ce samedi 23 janvier à une tentative de record du monde sur 100 km menée par Hoka dans le cadre du lancement de sa nouvelle paire en carbone, la Carbon X 2.

Le 23 janvier à 7 heures du matin dans la région de Phoenix en Arizona et à Tokyo au Japon (heure locale dans les deux pays), une poignée d’athlètes du Team Hoka tenteront de battre le record du monde sur 100 km. Cette initiative, dit Projet Carbon X2 est l’occasion pour la marque de mettre en avant sa nouvelle paire avec plaque en carbone, la Carbon X 2, que les athlètes auront bien sûr aux pieds.

Audrey Tanguy / Hoka Carbon X2
Audrey Tanguy. ©Hoka

Une Savoyarde en lice

En vedettes, l’ultra-trailer américain Jim Walmsley, sa compatriote Camille Herron, le marathonien japonais Yoshiki Kawauchi mais aussi l’ultra-traileuse Audrey Tanguy, victorieuse notamment sur la TDS en 2018 et 2019. La championne savoyarde représentera la France lors de cette tentative qu’elle réalisera aux Etats-Unis. Ce sera une première sur la route pour elle, elle indiquait être très excitée et ravie de faire partie de cette aventure. Le record féminin est de 6h33’11”, détenu depuis 2000 par la Japonaise Tomoe Abe.

Côté masculin, peut-être verra-t-on le compteur passer sous la marque actuelle des 6h09’14” – soit une allure de 5’56” au km ! – un record appartenant aussi à un Japonais, Nao Kazmai, depuis 2018.

L’événement américain sera retransmis en direct sur hokaoneone.com

Une paire destinée à l’entraînement et directement issue du modèle de compétition AlphaFly porté par Eliud Kipchoge, avec une fameuse plaque en carbone.

La chaussure pèse 275 g en taille 44,5 (10,5 US), ce qui n’est pas un poids particulièrement léger, et est équipée d’une plaque carbone. L’épaisse semelle n’altère pas la stabilité latérale. En endurance, pour une première approche, l’amorti est typé sport. 

Il a testé pour vous : Frédéric, 54 ans, 1,77 m, 69 kg, 2h47’ sur marathon (2013). Pieds légèrement pronateurs, sans correction. Chausse habituellement des Adidas. Conditions du test : 150 km sur route (70 %), chemins stabilisés (20 %) et piste (10 %), tous types de séances

ADN compétition

On sent la paire dynamique, la plaque carbone étant moins rigide que sur le modèle compétition pour la rendre moins exclusive dans leur utilisation. Lorsque la foulée se fait plus rythmée, l’ADN compétition est bien présent, on se prend à accélérer insensiblement. C’est particulièrement flagrant sur une piste d’athlétisme. Là, cette Tempo Next% excelle : dynamisme et réactivité à l’ordre du jour, le coureur fatiguerait presque avant le matériel.

En sortie longue avec des variations d’allure, il faudra être habitué à cet amorti sportif, c’est-à-dire un peu sec, mais offrant bien plus de confort que les AlphaFly. Nike annonce que la mousse composant la semelle est bien plus durable que le modèle destiné à la compétition. 

Après 150 km d’utilisation, aucune trace d’usure. Verdict de ce test : modèle destiné à des entraînements plutôt rythmés, cette paire est tout à fait utilisable en compétition, avec une vérification de la capacité du coureur à supporter un amorti sportif sur marathon.    

Utilisation : courtes à moyennes distances sur route pour coureur à foulée neutre et d’un poids inférieur à 75 kg. Adaptation à prévoir pour courir un marathon.

Prix : 200 €. Poids : 275 grammes en 44,5. Drop : 10 mm 

Les notes du testeur. Amorti : 17/20. Confort : 15/20. Dynamisme : 18/20. Stabilité : 15/20. Note moyenne : 16,25/20 

Les + Confort préservé.  Les – Prix élevé.