Articles

L’Integral-EMS, c’est la seule combinaison d’électrostimulation sans fil pour faire du gainage en outdoor/indoor. Le point sur cette innovation et notre avis après 3 semaines d’utilisation.

Test réalisé par Sandrine Nail-Billaud.

L’électrostimulation consiste à déclencher des contractions musculaires grâce à des impulsions électriques, sur des zones stratégiques (ventre, fesses, cuisses, bras…) pendant un temps généralement court : 20 à 40 minutes. L’objectif est de tonifier les muscles en les « réquisitionnant » de manière la plus efficace possible.

Et ça fait mal ?

On a beau être douillette, ce n’est pas franchement douloureux mais soyons honnête c’est quand même légèrement désagréable d’autant plus qu’il faut que l’intensité soit assez forte et à la limite du supportable pour que cela soit efficace ! Mais pas de panique, on commence tout doux (le manque d’habitude peut rendre la première séance un peu pénible), et on augmente l’intensité des électrodes au cours de la séance, mais également au fil des séances, car le corps s’habitue rapidement à cette stimulation.

Youpi je vais maigrir ?

NON ! L’EMS n’est d’aucun effet sur les adipocytes (cellules graisseuses) : elle se contente de stimuler les muscles. Elle n’agit donc pas sur le gras et ne fera pas maigrir. En revanche, en aidant à tonifier, elle peut contribuer à redessiner la silhouette, raffermir des bras un peu mous ou un ventre relâché après une grossesse. Toutefois, le travail musculaire peut aider légèrement à faciliter un amincissement… si on bouge et qu’on en profite pour manger correctement en même temps !

Bon, Ok, l’EMS, ça remplace le sport ?

Ce n’est pas vraiment ça et cela ne remplace pas mais cette technique vient en complément car oui, l’EMS fait travailler les muscles, mais rester faire sa séance devant la télévision n’a rien de comparable avec une véritable activité physique, ou tout le corps se dépense, le cœur travaille, on s’oxygène, transpire… Il vaut donc mieux l’utiliser en complément de séances de sport, surtout si on souhaite vraiment sculpter son corps.

Une fois par semaine c’est bien ?

Euh non… cela ne sera pas suffisant mais 3 fois au moins oui pour avoir des résultats et pendant au moins 4 semaines d’affilée. Ensuite il faut entretenir et là, alors, en complément d’autre sport, une fois par semaine peut être suffisant !

Je peux bouger avec mon appareil EMS ?

Oui et c’est même conseillé et c’est tout le principe d’un concept Miha Bodytec, par exemple, qui associe (en salles dédiées) des séances de 20 min d’EMS avec des exercices de fitness bien ciblés et les résultats sont réels, et rapides mais vous êtes attachée à une machine par des câbles. Chez soi, on a également tout intérêt à (a minima) vaquer à ses occupations : passer l’aspirateur, faire les lits ou même à sortir marcher pendant sa séance plutôt que de rester allongée sur son canapé et c’est la l’avantage de la combinaison intégrale EMS !

La combinaison Integral EMS, en pratique ?

On se glisse donc dans la combinaison Integral EMS, équipée d’électrodes et d’un boitier de commande. Avec la tablette (fournie) reliée à une appli dédiée, on règle l’intensité des impulsions générées par les électrodes sur l’ensemble du corps, puis on laisse l’appareil contracter nos muscles à notre place pendant 20 minutes. Pour un travail plus personnalisé, on peut faire appel au coach virtuel pour avoir des exercices ciblés : gainage, full Body, relaxation… Et bien entendu, il est possible de bouger et faire du sport pendant que les électrodes fonctionnent pour optimiser l’effort et la fonte des calories. 

Le kit complet comprend : une combinaison personnelle (de seulement 30 0gr), équipée de 20 pads intégrés, ainsi qu’un générateur attaché sur le côté (400gr). Le tout est connecté avec une application mobile avec laquelle vous réglez l’intensité graduellement de 0 à 100% sur chacune des 10 zones musculaires.
De plus, grâce à la nouvelle mise à jour appelée hors ligne, le générateur mémorise vos instructions pendant une heure, ce qui vous permet de le programmer pour s’entrainer librement ou pour aller marcher/courir dehors.

Notre avis après 3 semaines de tests

Aie, la première séance laisse une sensation de rouleau compresseur qui aurait comprimé tout le corps avec cette douloureuses impression de ne jamais avoir fait de sport de sa vie ! Mais en même temps, c’est la preuve qu’on a bien travaillé, avouez que vous aimez ça non ? L’application est facile même pour les pas douées ni geek comme moi, le coach virtuel simple et efficace. 

Au bout de 3 semaines, oui mes quadris sont plus fermes et mes fesses moins molles et le haut des bras semblent avoir retrouver une certaine tonicité.

A continuer pour observer les effets à long terme et comme complément en préparation d’un objectif sportif type trail avec du dénivelé mais l’époque n’est malheureusement pas encore aux courses à dossard.

On a aimé, on a moins aimé…

Les + : Sa propre combinaison, on l’enfile, on transpire dedans, c’est la sienne. Elle est sans fil, juste le générateur à porter dans une petite poche sur le coté de la cuisse, c’est un véritable atout de ne pas avoir de câbles qui dépassent.

La possibilité de faire du hors ligne et la simplicité de l’application sur la tablette (livrée avec).

Les- : on met sa combi et on y va, enfin presque car il faut humidifier les électrodes et beaucoup sinon elles sèchent vite et la séance est inefficace. Et c’est alors très désagréable de se glisser dans la combinaison mouillée (même si elle est vendue avec le petit vaporisateur d’eau qui va bien), cela donne une sensation de froid ! Mais cela ne dure pas longtemps !

4h de sport en 20 minutes, vraiment ?

Difficile à estimer mais cela semble peut être un peu exagéré, déjà une heure de renforcement en 20 minutes semblerait plus juste car il est vrai que les courbatures sont bien là après seulement 20 minutes d’EMS !

Pour la taille de la combinaison, prenez la très ajustée, pour un maximum d’efficacité, je fais M mais un S aurait pu convenir et au prix(élevé) s de l’ensemble, il vaut mieux avoir le meilleur ajustement possible

Prix : 1990 euros (livré tout inclus : tablette, combinaison, générateur). Possibilité de commander une autre combinaison seule à 350€ si vous voulez vous entraîner en couple ou tout simplement diviser les coûts avec une amie. 

Après l’électrostimulation, la luminothérapie, la cryothérapie, ou encore les rouleaux de massage voici le pistolet de massage, dernier accessoire orienté récupération. Nous avons testé le Theragun Mini, un modèle ultra-compact.

L’objectif de ce type d’appareil ? Détendre les muscles après une très grosse séance ou une compétition, mais aussi les échauffer, à raison de 30 secondes seulement par groupe musculaire. Cette nouvelle tendance nous intriguant, nous avons testé le dernier modèle Theragun de Therabody, version mini, ultra-compact.

Est-ce que cela fait mal ?

Alors, est-ce que cela fait mal comme les ondes de choc chez le kiné ? Non pas du tout ! Pourquoi ? Car la puissance n’a tout simplement rien à voir avec de réelles ondes de choc. Je l’ai utilisé dès la fin du Trail des Aiguilles Rouges  (52 km / 3 200 mD+) avec de belles douleurs musculaires à l’arrivée. Vous dire que c’était agréable serait mentir, en tout cas pas au début. En revanche, j’apprécie le fait que l’appareil soit facile à déplacer sur les cuisses et les mollets. Il est aussi très silencieux. 48h après la course, je n’ai plus de douleurs et notamment aux quadriceps.

Je conclus donc que ce massage par percussion e agit bien sur la récupération. Je confirme aussi une bonne action sur les crampes et les spasmes musculaires car je l’ai aussi testé chez mon fils, nageur et sujet aux crampes. L’effet antalgique est naturel. Au final, j’ai trouvé ce petit pistolet assez bluffant. Le côté version mini est appréciable, mais beaucoup moins puissant que les autres modèles « haut de gamme » de la marque. Un critère que ne devra pas être négligé, en fonction de l’usage visé. 

Prix : 199 €. 

On a aimé : efficacité, maniabilité, bruit, autonomie de la batterie.

On a moins aimé : le prix élevé. 

Test réalisé par Sandrine, dans Running Attitude 215.

Nous avions eu l’occasion de tester le premier modèle Bluetens, plein de promesse mais limité par rapport à ses concurrents (Compex notamment). Avec ce Duo Sport, la start up française vise un public plus exigeant tout en conservant ses points forts : faible encombrement, facilité d’utilisation via une application smartphone et diversité des programmes. Ce Duo réunit deux appareils indépendants et c’est sa grande force : on peut utiliser les deux appareils simultanément sur deux zones identiques du corps (les cuisses par exemple) ou deux zones bien distinctes avec deux programmes spécifiques (une cuisse et le bas du dos).

Les programmes couvrent tout le corps en quatre thème: renforcer, soigner, relaxer et, nouveauté, un programme « traitement ». Ce dernier vise des pathologies spécifiques comme la lombalgie ou la sciatique pour le dos. Bluetens a reçu un certificat médical pour son impact positif sur la santé et vient de s’associer au premier réseau de pharmacies en France pour étendre sa distribution.
La question de l’efficacité du produit est en grande partie subjective et soumise aux mêmes limites que tous les autres appareils. C’est sans doute la fonction “relaxer” qui offre les résultats les plus rapides et visibles notamment après l’effort. J’ai pu tester le programme soigner sur des douleurs dorsales et le résultat est assez bluffant : la douleur a disparu après une semaine d’utilisation.

Cet appareil ne remplace pas un professionnel de santé kiné ou ostéo mais il est parfait pour soigner les petits bobos du quotidien des sportifs. D’autant plus qu’il s’utilise facilement et s’emporte partout. J’ai pu programmer des séances sur ma pause déjeuner en glissant l’appareil sous ma chemise. Vous pilotez les programmes et leur intensité sur votre téléphone en toute simplicité.

Les + Facilité d’utilisation, prix en très nette augmentation par rapport au modèle précédent mais moins cher que la plupart des autres appareils haut de gamme
Les – Les schémas de pose des électrodes assez sommaires, les sportifs poilus souffriront à chaque foi qu’il faudra décoller les électrodes ont les bandes collantes sont très larges.
299 €

Test réalisé par Antoine dans le numéro 198 de Running Attitude.