Nager et courir, voilà un mix parfait. Normal que le SwimRun fasse des émules. Matos, conseils et entraînements, avec Anne-Sophie de JosyRunning, on vous dit l’essentiel pour se jeter à l’eau. 

Qu’est-ce que c’est ? 

Cette discipline assez jeune est née en 2002 autour d’un pari sportif mettant en jeu quelques bières. Avec une philosophie très bon enfant, proche de la nature et une envie de faire découvrir les littoraux d’une autre façon, cette discipline devient un petit phénomène. Aujourd’hui près de 130 SwimRun sont organisés en France et on compte pas loin de 5 000 Swimrunners à travers l’Hexagone. 

T COURIR, VOILÀ UN MIX PARFAIT. NORMAL QUE LE SWIMRUN FASE DES ÉMULES. MATOS, CONSEILS ET ENTRAÎNEMENTS, AVEC ANNE-SOPHIE DE JOSYRUNNING, ON VOUS DIT L’ESSENTIEL POUR SE JETER À L’EAU !
©Head

C’est quoi l’idée ? 

Une constante parmi toutes compétitions organisées : nager en eau vive et courir sur des chemins. On mixe les deux disciplines sans faire de pause pour changer d’équipement. On court donc en combinaison et on nage en baskets. Autre caractéristique : la volonté de préserver les écosystèmes. Les organisations y sont sensibles et limitent le nombre de participants afin d’éviter de détériorer le littoral. 

Ça vient d’où ?

Le premier SwimRun, le plus réputé du monde, a lieu en Suède, c’est l’Ö-till-Ö, traduction d’île en île. L’idée est d’aller de Sandhamn à Utö, en passant par l’eau et les chemins hors route, en courant et en nageant sur le parcours de 75 km comptant 10 km de natation et 65 km de course.

Swim & Run Côte Vermeille. Prochaine édition en juin 2020 !

Quel format ? 

Multiples. Il est possible de commencer par une distance accessible. Par exemple, celui de Biarritz Korrigeri totalise 3 km de nage et 17 km de course. D’autres compétitions, comme le Swim Run de Côte Vermeille, propose plusieurs formats. On peut s’engager pour 46 km avec un total de 6 km de nage et 40 km de course, la course étant entrecoupée de portion plus moins longue. En nage, on effectue de 200 m à 1 km, en trail de 100 m à 17 km.  

Comment s’équiper ?

LES CHAUSSURES : pensez que vous devrez nager avec, alors ne les prenez pas trop lourdes et si elles peuvent sécher vite, c’est mieux. Pour info, Salomon propose un modèle spécialement adapté à la pratique, les S-Lab XA Amphib (180 €). Mais on peut aussi se tourner vers des modèles de trail légers et aérés comme par exemple la Merrell All Out Crush (110 €).  

LA COMBI : c’est la pièce essentielle. Elle vous permettra d’éviter le choc thermique lorsque vous rentrez dans l’eau, mais aussi d’apporter un peu plus de flottaison lors des tronçons de natation. La marque Head propose de customiser sa flottabilité avec des panneaux en néoprène que l’on insère dans les poches prévues à cet effet selon vos besoins. C’est une bonne astuce pour celles qui sont moins à l’aise dans l’eau. Autres options, la combi Head My Boost,  à partir de 199 €. Speedo propose également des combis souples avec des poches extérieures, un sifflet intégré, des boucles pour attacher une longe (afin que les deux  partenaires restent ensemble surtout lors de la natation), à partir de 250 €. 

LES BONS ACCESSOIRES. Un pull-buoy et des plaquettes : L’idée est d’utiliser le haut du corps en nageant et le bas du corps en courant. Avec ces accessoires, vous gagnerez en flottaison pour les pieds chaussés et en puissance avec les bras. Pensez à vous entraîner avec ces accessoires avant le jour J ! Chez Speedo, on trouve un pull-buoy à 20 € et des plaquettes à 24 €. 

Retrouvez conseils, infos, agendas des courses sur swimrunfrance.fr.