Parmi les 40 000 coureurs du dernier Semi-marathon de Paris, de nombreux finishers ont battu leur record. Comme Raphaël, qui nous raconte sa virée à travers Paris en fête.

Après la pluie, le beau temps. J’aurai dû courir le semi-marathon de Paris en 2020. Mais il a été annulé en dernière minute à cause de la crise sanitaire, alors naissante. Je n’ai pas pu courir e Semi de Paris 2021 reprogrammée en septembre. Me revoilà donc ce 6 mars 2022. Heureux de participer à ce plus grand semi de France, un dossard Adidas sur la poitrine.

Départ du Semi-marathon de Paris 2022.
Départ par vagues, pour le Semi de Paris. ©ASO-Morgan Bove

Semi de Paris, une belle fête 

Ciel bleu, temps frais : les conditions sont parfaites. Et la fête a été belle tout au long de ses 21 km, avec des musiciens et du public pour nous encourager. Un tel engouement fait chaud cœur en ces temps troublés !

En octobre dernier, j’avais terminé le semi de Run in Reims en 1h41’04’’. Sur ce Semi de Paris, j’ai envie de faire mieux. Objectif : passer sous les 1h40’. Arrivé dans la zone de départ, bien échauffé, je m’élance bientôt. C’est toujours un moment clé. Il faut savoir se placer mais également ne pas s’emballer. Je cherche ma cadence sur ce premier kilomètre. Le peloton est compact. Il y a ceux derrière, qui veulent passer vit, et ceux qui partent très prudemment.

Malgré la fraîcheur matinale, le corps se réchauffe assez vite. Je reste concentré, le en plus régulier possible. Écouteurs vissés aux oreilles pour être dans ma bulle, je fixe l’horizon pour avancer au tempo prévu, l’œil sur la montre. Bientôt, l’avenue de Gravelle. Un passage redouté pour son léger dénivelé. Je passe la côte sans problème, concentré. Seul hic, je ressens déjà un manque de sucre au bout de 6km. Cela me tiendra jusqu’à la fin du parcours même si les pâtes de fruits et eau sucrée vont me permettre de maintenir mon allure sans effort. Passage au 10km en 45’30’’. Nickel !

Passage sur les quais de Seine pour le Semi de Paris 2022
Du public sur les quais de Seine, pour le Semi de Paris. ©ASO-Morgan Bove

Un parcours parfait

Il faut le souligner, le parcours est idéal. S’il n’est jamais plat, il est très rythmé, dynamique. On profite de nombreuses relances. Surtout sur la deuxième partie avec beaucoup de faux plats descendants. On s’y fait plaisir, tout en étant très relâché. D’ailleurs, mon chrono s’affole avec une moyenne de 4’25km/h entre les kilomètres 10 à 17 km. Puis il remonte légèrement, notamment au niveau du passage entre le 17e et le 19e kilomètre. C’est un peu les « montagnes russes » le long des quais de Bercy, bien casse-pattes en fin de course. Mais, je sens que je peux réaliser un bon chrono.

Alors je débranche le cerveau et donne tout ce qu’il me reste sur les derniers kilomètres. Les jambes sont plus lourdes. Mais la foule massée vers l’arrivée et la perspective de terminer dope le mental. Finish line, j’y suis enfin. Le chrono est là : 1h34’27’’. Record personnel, avec plus de 6’30 de gagner en quelques mois ! Un sentiment de bien-être et de fierté m’envahit. Merci les endorphines ! Ce week-end a été parfait, le chrono mais aussi la bière et le burger  avec les copains.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à courir une course. Je n’ai désormais plus qu’une envie, accrocher un nouveau dossard dans les prochaines semaines. Et je peux déjà le dire, rendez-vous pour le Semi-marathon de Paris 2023 !

Raphaël, heureux finisher du Semi de Paris 2022.
Raphaël Gilleron, heureux finisher du Semi de Paris 2022.