Depuis la rentrée, Julien Devanne enchaîne les victoires. Mieux. A un mois d’intervalle, ce consultant informatique licencié du FreeRun/A3Tours cumule les titres de champion de France sur semi-marathon et sur marathon. Une consécration !

Un doublé inédit. Julien Devanne vit une saison au sommet. Le 13 septembre à Auray-Vannes, il était sacré champion de France sur semi-marathon en 1h06’40’’. Le 25 septembre, il a remporté à l’arrachée Paris-Versailles en 52’. Le 6 octobre, il a gagné le semi de Run in Lyon en 1h08’21’’ avant de devenir, le 13 octobre, champion de France sur marathon à Metz en 2h25’27’’. Ce doublé semi et marathon, à un mois d’intervalle est assez inédit. On se souvient qu’Aline Camboulives l’avait réussi en 2015. Côté masculin, la référence est un certain Dominique Chauvelier. En 1990, l’athlète avait cumulé deux titres sur marathon et 25 km. Pour la petite histoire, les « France » de semi-marathon (21.1 km) n’existeront qu’en 1992. Julien Devanne avait alors trois ans. Il démarrera l’athlétisme quelques années plus tard en catégorie « poussin ». 

©PhotoRunning-FFA.

Après plusieurs places sur les « France » de semi-marathon ces dernières années, vous avez décroché votre premier titre national sur cette distance à Auray-Vannes, le 13 septembre. Racontez-nous… 

«  J’ai commencé l’athlétisme à Angers, où j’ai grandi, à l’âge de 8 ans. Je rêve depuis longtemps d’un titre de champion de France sur n’importe quelle distance. Il se trouve que c’est sur semi-marathon que je m’exprime le mieux. En coupant le fil de la ligne d’arrivée à Vannes, c’était un peu le feu d’artifice, la consécration. On passe une heure à courir à fond, il y a le stress de battre les adversaires, l’adrénaline de la ligne d’arrivée, le fait de repenser à tous les entraînements difficiles, tout cela se bouscule en quelques secondes… »

En bref. 30 ans, consultant informatique, habite à Lyon, licencié au club FreeRun/A3 Tours. Son palmarès avant 2019 : 10e des championnats de France de semi-marathon 2018 à Saint-Omer en 1h06’07’’, 3edes championnats de France de semi-marathon 2017 en 1h04’07’’ (2017), 2e des championnats de France de semi-marathon 2016 à Marcq-en-Baroeul en 1h05’47’’. Ses meilleurs chronos : 1h04’07’’ sur semi, 2h17’21’’ pour son premier marathon à Paris (2019). 

©E-Lemaistre. Victoire en 52 minutes sur le dernier Paris-Versailles.

Après ce titre à Vannes, vous avez gagné les week-ends suivants Paris-Versailles et le semi de Run in Lyon… 

« Oui, j’ai bien enchaîné. A vrai dire, Paris-Versailles n’était pas prévu. Suite à mon titre à Vannes, l’organisation m’a invitée à cinq jours de l’épreuve. J’étais en forme, je me suis dis que c’était peut-être le moment de gagner cette grande classique. Je n’avais pas repéré le parcours, ce que je ne fais jamais d’ailleurs. Je savais juste qu’il y avait deux bonnes bosses que j’ai bien gérées. Ensuite, le semi de Lyon était prévu. J’habite à Lyon depuis deux ans, et ce ‘Run in’ est un peu un championnat du monde local. Je portais les couleurs de mon entreprise, comme beaucoup de coureurs sur l’événement d’ailleurs. »

Sur votre lancée, vous avez décroché le titre de champion de France sur marathon à Metz le week-end suivant… 

« Oui, ce titre sur marathon c’était mon objectif de l’année. Le championnat de France de semi n’était qu’une étape. Mon chrono à Metz n’est pas fou (2h25’37’’, NDLR) mais je visais le titre avant tout. Sur les championnats, on court moins vite que sur les gros marathons car ce n’est pas la même stratégie. On court sans lièvre, en se jaugeant mutuellement, le but étant d’être le premier à l’arrivée. J’étais annoncé comme favori, ce qui m’a mis une pression supplémentaire au départ mais j’ai bien réussi à tirer mon épingle du jeu. Pourtant, cela n’a pas été simple. Courir un marathon, que l’on soit élite ou amateur, est toujours difficile. Décrocher le titre sur cette distance, après celui sur semi, c’était un très grand moment que j’ai vécu avec ma famille, et mon club FreeRun/A3Tours. Je pourrais dire que c’est l’apothéose de ma carrière sportive, mais j’espère vivre d’autres moments aussi intenses ! »


Quelle est la prochaine étape pour vous ?

« Porter le maillot de l’équipe de France ! Je représenterai la France sur Marseille-Cassis le 27 octobre, dans le cadre d’un challenge méditerranéen de courses sur route. En 2020, il y aura deux échéances avec les championnats du monde de semi-marathon en mars en Pologne, puis les championnats d’Europe de semi-marathon, en août à Paris. J’espère y participer. »

Avez-vous d’autres objectifs pour 2020 ? 

« J’aimerai bien recourir un marathon rapide, en 2h15’. A moyen terme, je vise 2h13’ sur la distance. Je retournerai peut-être à Paris, où j’ai couru mon premier marathon en avril dernier (en 2h17’21’’, NDRL) mais rien n’est décidé. » 

©Photorunning-FFA

Une semaine d’entraînement type pour vous, cela ressemble à quoi ? 

« En préparation marathon ou semi, je cours en moyenne 150 km par semaine. Cela peut varier de 100 à 180 km par semaine, de 6 à 14 entraînements. Je cours seul, coaché à distance par mon entraîneur Jean Theurel. Chaque semaine, je garde toujours la même structure, en trois séances « phares ». Le mardi, je fais du fractionné court, par exemple des 15 x 200 ou 300 mètres. Le mercredi, je fais du fractionné long,  avec des séries de 15 répétitions de 500 mètres à 800 mètres. Le dimanche, je fais des sorties longues de deux heures. Soit à allure constante, à 16km/h. Soit en variant l’allure avec 1h à 14 km/h, puis 1h avec des variations d’allures entre 16 et 20 km/h. En dehors de cela, je fais des footings à 13 km/heure. »

Entre votre travail de consultant informatique et vos entraînements, comment vous organisez-vous ? 

« C’est le plus gros souci car il faut trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et entraînement. Je jongle entre trois créneaux, le matin de 6h30 à 7h30, sur la pause déjeuner du midi ou bien le soir après 19h. Je m’adapte en fonction de mon emploi du temps professionnel. C’est un équilibre précaire car tout peu vite se dérégler en fonction d’impératifs ou de baisse de forme… »


Soignez-vous particulièrement votre récupération ?

« Je ne fais rien de particulier côté récupération. Je n’ai même pas le temps d’aller voir un kiné ! On me dit souvent de moins m’entraîner. En même temps, ma dernière blessure date d’une quinzaine d’années. Plus jeune, je m’hydratais mal, je courais même lorsque j’étais malade, ou je m’entraînais trop dur en étant parfois proche de la blessure. Maintenant, je me connais bien, je sais ne pas me mettre dans le rouge. » 

©Marathon de Metz-Mirabelle. Fier d’être champion de France de marathon !

Quel conseil donner à ceux qui débutent en course à pied ?   


« Je pense qu’il faut courir à la sensation, sans trop se poser de questions sur son cardio ou ses allures. Je vois parfois des débutants qui prennent des nutritionnistes ou qui se focalisent sur l’équipement. Tout cela représente des gains marginaux, et ne remplace pas le plus important : courir, s’entraîner, toujours en gardant la notion de plaisir. » 

Quelle clé pour progresser ? 


« En premier lieu, je dirai qu’il faut s’entraîner à courir vite. La compétition, c’est toujours le reflet de ce que l’on fait à l’entraînement. Et la course, c’est des mathématiques. Si l’on est capable de courir 10 x 1000 mètres à telle allure à l’entraînement, alors on sait qu’on peut faire un 10 km à la même allure en compétition. »