Cette New Balance Fresh Foam Hierro V6 offre un amorti incomparable. Une paire confortable pour affronter les sentiers peu techniques.

New Balance Hierro V6
Belle allure, cette New Balance Hierro V6.

Un amorti incomparable, c’est surtout ce qui caractérise cette New Balance Fresh Foam Hierro V6. Elle absorbe bien les chocs et les aspérités du terrain. Le corolaire de cette semelle épaisse et ultra moelleuse, c’est forcément un manque de stabilité, légèrement corrigé par sa forme évasée et non incurvée sous la voute plantaire, par une tige assez haute au niveau du  talon, et par un large et fin aileron arrière sur lequel la foulée peut s’appuyer.

Attention tout de même à ne pas accrocher celui-ci sous un rocher en descente, dans les portions hyper pentues et techniques, ce qui pourrait vous faire trébucher.

Les notes : Amorti : 18/20 Confort : 18/20 Accroche : 16/20 Souplesse : 15/20 Stabilité : 14/20

Toute en souplesse

Côté adhérence, le caoutchouc souple de la semelle est très performant sur les sols durs. Par contre, les crampons manquent un peu de relief pour bien accrocher sur les sols boueux. L’empeigne de ce modèle est renforcée par des fils en TPU tissés à l’avant pour protéger les orteils et sur les côtés pour maintenir le pied bien en place, tandis que des perforations au laser ont été effectuées sur le dessus pour améliorer son aération. 

Cette technicité toute en souplesse rend la chaussure très confortable et agréable à porter. Une impression confortée par son drop de 8 mm qui n’agresse par les mollets… ni les tendons d’Achille d’autant plus que la tige est bien rembourrée à la base de la cheville.

La languette tient bien en place grâce à son épaisseur, ainsi que grâce au laçage classique permettant de bien ajuster le serrage. En résumé, cette chaussure sera parfaite sur les terrains plutôt secs, durs et peu techniques, où elle procurera des sensations de course très agréables.

Elle a testé pour vous. Isabelle, 60 ans, 1,55cm, 45 kg, 4 fois championne du monde de course de montagne, 2h36’16’’ sur marathon. Conditions des tests 150 km par modèle, avec des séances de tous types sur des surfaces variées : herbe, sentiers techniques ou roulants, boue, pierriers, devers et fortes pentes

Les + Accroche, stabilité et confort.

Les –  Manque d’amorti.



Cette On Running CloudStratus deuxième génération est la plus amortie de la gamme de la marque suisse.  Du confort en plus sur longues distances !

On Running Cloudstratus
On Running Cloudstratus

Bien amortie, cette CloudStratus. Inévitablement, avec cette semelle équipée d’une double hauteur de « clouds », on gagne quasiment 4 centimètres de stature, et le poids de la chaussure en pointure 44 s’élève à 340 grammes. Plus de poids, plus d’amorti, plus de confort ? Sur ce point c’est excellent, dès les premières foulées en endurance ou en augmentant l’allure. 

Du confort à revendre

Côté amorti, ce n’est pas plus ferme mais plus moelleux que la première version de la Cloudstratus. Les sensations s’en trouvent ainsi un peu gommées. Peut-être que ce ressenti diminuera pour un coureur de plus de 75, voire 80 kilos. Ce n’est pas véritablement gênant car la semelle conserve une certaine souplesse, permettant un bon déroulé du pied. 

Une séance sur piste confirme que cet amorti très orienté vers le confort n’en fait pas le modèle idéal pour des séances de fractionné, mais là encore, un coureur lourd pourra avoir des sensations différentes. Nous en avions eu la confirmation lors d’un test réalisé sur le précédent modèle avec un coureur de 85 kilos.

Rien de particulier à signaler lors d’une sortie longue sur bitume et chemins stabilisés : confort et stabilité sont bien au rendez-vous. Ce modèle pourra convenir aux adeptes du très grand confort ou aux coureurs de plus de 80 kg pour des sorties longues.

Les + Confort sur longues distances, belles finitions.

Les – Piège à cailloux sous la rainure centrale de la semelle, tarif élevé.

Les notes du testeur : Amorti : 17/20 – Confort : 18/20 – Dynamisme : 15/20 – Stabilité : 18/20 – Souplesse : 16/20.

Il a testé pour vous. Frédéric, 56 ans, 1,77 m, 70 kg, 2h47’ sur marathon (2013). Pieds légèrement pronateurs, sans correction. Conditions du test : 120 km sur route (70 %), chemins stabilisés (20 %) et piste (10 %), tous types de séances



Petzl propose une nouvelle lampe frontale Swift RL. Légère, compacte et puissante pour accompagner vos trails nocturnes.

PETZL Swift RL
PETZL Swift RL, une frontale puissante et intelligente.

Indispensable pour courir en hiver, la lampe frontale. Sur cette Petzl Swift RL, on retrouve le principe « reactive Lighting », une technologie désormais bien connue qui équipe désormais modèles de la marque iséroise. Très pratique en action, cette technologie adapte la puissance d’éclairage aux conditions de luminosité du moment. On retrouve aussi ce fonctionnement intelligent chez les concurrents, comme Go’Lum, que nous avons aussi testé récemment. Petzl a choisi pour sa Swift RL une batterie rechargeable (port USB) et amovible. Elle est vndue au tarif de 48 €. Ce système est pour les utilisations sur plusieurs nuits. Mais également pour certaines courses qui exigent une batterie supplémentaire.

Avec un poids de seulement 100 grammes et son bandeau dédoublé sur la partie arrière, elle est très confortable et se fait rapidement oublier. L’unique interrupteur situé sur la partie supérieure est muni d’une position qui se verrouille, pratique lors du transport dans un sac ou en utilisation pour éviter toute manipulation intempestive. 

Petzl Swift RL: 900 lumens et 40 heures d’autonomie au maxi

Le mode maximal de cette lampe frontale est 900 lumens. La lumière offre alors une portée supérieure à 120 mètres. Et une puissance digne d’un phare de moto ! Le système cranté d’inclinaison est fiable et permet d’ajuster la hauteur du faisceau à sa guise. 

Ensuite, le mode intermédiaire de 300 lm (55 m de portée) s’avérera suffisant dans la majorité des cas avec une autonomie annoncée à 40 heures. Notons que la température extérieure a une influence sur l’autonomie, qui diminue  par temps froid.

Lorsqu’il reste moins de 2 heures d’autonomie, un mode “veilleuse” de 10 lm s’active. Cela évite ainsi de se retrouver totalement dans la pénombre. En laissant la Petzl Swift RL allumée durant 12 heures (température vers + 7°C, 4 h à 900 lm puis 8 h à 300 lm), la batterie avait encore plus de 60 % de capacité.

Au final, cette lampe compacte, confortable et munie d’une batterie amovible, très bien conçue et avec une bonne autonomie pourra vous éclairer sur des terrains très engagés où sa puissance sera appréciable. 

Les + Légèreté, compacité et autonomie, système “reactive lighting” et puissance, batterie rechargeable et amovible.

Les – Pas de mode lumière rouge.

Photo de petzl-swift-rl

Petzl Swift RL

Petzl propose une nouvelle lampe frontale Swift RL. Légère, compacte et puissante pour accompagner vos trails nocturnes.

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.




Les champions battent des records avec des paires en carbone aux pieds. Mais attention, lorsque l’on est un coureur moyen, porter ces chaussures hyper-dynamiques peut conduire à la blessure.

Saucony Endorphin Pro 2
Saucony Endorphin Pro 2

Le carbone cartonne dans le running depuis deux ans. Hoka Carbon X, Nike Vaporfly et Nike Alphafly, Brooks Hyperion Elite, Adidas Adios Adizero Pro, Asics Metaspeed… Chaque équipementier propose désormais sa paire en carbone. L’intérêt ? Courir plus vite. Cette technologie fait l’effet d’un ressort et invite en effet à accélérer.

Pour autant, nous disons attention. Ces paires sont destinées aux compétiteurs capables de les “conduire” correctement. Chez le coureur « lambda » de milieu de peloton, la technologie carbone est exigeante. Pire, elle peut être source de blessures du fait de l’épaisseur de la semelle, de l’énergie renvoyée dans les jambes et ce d’autant plus que la distance parcourue sera longue. 

Un risque avéré de blessures. Aurélien Clémenceau, kiné du sport à Angers spécialisé dans le suivi d’athlètes déplore en effet un grand nombre de consultations pour blessures ces derniers mois. Douleurs aux genoux, chevilles ou au dos pour des coureurs lents, souvent lourds, avec une foulée non adaptée (attaque talon) ayant utilisé ces paires promettant des records.

On a testé la Saucony Endorphin Pro : bluffante !

Nous avons donc voulu nous faire notre avis, avec une paire de Saucony Endorphin Pro. Un petit bijou de 200 grammes dont le look est beaucoup moins imposant que sa principale concurrente, la Vaporfly Next de Nike. L’impression de légèreté est surprenante. Habituée des Saucony Ride, côté chaussant et confort, je ne suis pas trop inquiète, je suis en « terrain connu ». 

Premier constat, avec la plaque de carbone, la rigidité de cette Saucony endorphin Pro est maximale. Cela laisse présager d’un très bon retour d’énergie au sol même si l’appui est relativement doux. La chaussure bascule un peu le pied vers l’arrière ce qui donne envie de redresser vers l’avant et donc de faire un pas, puis un autre, avec la sensation de marcher sur un ressort. J’ai couru le duo du Marathon de La Rochelle avec cette paire au pied. 

Par précaution, j’y ai inséré mes semelles orthopédiques ayant bien conscience que ces chaussures peuvent être synonyme de blessures chez une coureuse moyenne comme moi.

La sensation de légèreté est perceptible dès les premières foulées. Comme la plupart des modèles carbone, cette chaussure est faite pour courir vite et forcément, elle déploie tout son potentiel lorsque l’on augmente le rythme, ce que je fais un peu avant le 10ème km.

L’appui est effectivement très doux, et pour autant le retour d’énergie est très marqué, avec ce fameux “effet rebond” qui vous propulse vers l’avant. Impressionnant.

Le chausson reste très confortable malgré la finesse du mesh. On sent que la chasse au moindre de gramme a été faite, à tous les niveaux. L’amorti est présent grâce à la mousse PWRUN PB, ce qui permet d’enchaîner les kilomètres sans sourciller. En ce sens, elle est évidemment parfaite pour la distance marathon, ce pour quoi elle a notamment été conçue pour des coureurs rapides en quête de performance. Le laçage est classique, mais efficace, aucun signe de pression sur le cou-de-pied.

Mais attention tout de même, les pieds larges (et c’est mon cas) se sentiront un peu à l’étroit. Mon ongle du gros orteil droit a moyennement apprécié. Je me suis retrouvée avec un gros hématome de sang. Donc, en pointure habituelle la Saucony Endorphin Pro taille plus petite que la Saucony Ride. Il faut le savoir !

Oui, j’ai couru plus vite !

Et ce que j’ai couru plus vite ? Oui ! Enfin tout est relatif 5’50 au km sur 21 km. C’est un temps que je n’avais pas réalisé depuis très longtemps flirtant plutôt avec les 6’15 à 6’30 au km ces derniers mois.

Oui la chaussure a un puissant impact… psychologique ! Sans aucun doute, le fait de savoir qu’on les porte booste le mental et donc les jambes. Au-delà de cet impact psychologique, cette Saucony Endorphin Pro est ultra impressionnante dans le ressenti de la foulée et l’envie d’accélérer.

Ce phénomène est évidemment rendu possible grâce à la plaque en carbone, qui permet d’agir comme un effet de levier. Mais également et surtout grâce à la mousse présente dans le modèle. Elle permet de restituer l’énergie produite lors de la foulée, et donc d’améliorer la relance. Les mousses utilisées sur ces modèles à plaque carbone sont souvent très légères pour favoriser la performance. Le secret de ces chaussures ne réside donc pas seulement dans la plaque mais bien dans le mix entre la plaque et la mousse.

Nos réserves sur la technologie carbone

Oui, pourquoi pas une telle chaussure pour battre un record sur un 10 km quand on est un coureur moyen, mais un marathon, cela ne paraît pas une bonne option. Il faut aussi garder à l’esprit que ces paires en carbone sont chères, et avec une durabilité limitée. Maximum 300 kilomètres. De plus, il n’est pas conseillé de les porter en entrainement mais juste sur quelques séances avant son objectif de course.

Sur marathon, lorsque l’on n’est pas un coureur rapide, il faut avoir du « pied », c’est-à-dire savoir courir vite avec une foulée maitrisée et un pied qui ne s’affaisse pas. Ce n’est pas donné à tout le monde. Clairement, ce type de chaussures convient pour les coureurs expérimentés possédant une attaque médio-pied.

C’est d’ailleurs sur cette partie du pied que la technologie carbone est ciblée, afin d’améliorer le retour d’énergie et de limiter la fatigue musculaire. Un coureur amateur avec une attaque talon se sentira gêné par ces modèles très rigides, ce qui pourrait causer des problèmes de blessures.

D’une manière générale, on ne recommandera pas d’opter pour une telle paire sans l’avis d’un spécialiste : coach sportif, entraineur, vendeur spécialisé qui déterminera s’il y a un intérêt ou un danger (de blessure potentielle) à porter ce genre de chaussures sur une distance plus importante qu’un semi-marathon.



La Topo Athletic Phantom 2 est destinée aux courses longues. Une excellente porte d’entrée à la foulée naturelle.

Topo Athletic Phantom2

On retrouve sur cette Phantom2, les marqueurs de la marque américaine Topo Athletic avec un drop de 5mm, un chaussant large et un amorti offrant sécurité et confort. Quelques évolutions sont à noter.

Côté chaussant, le mesh est construit sans superposition offrant un grand confort et une bonne aération notamment sur longue distance. Généreux à l’avant et renforcé au niveau du cou-de-pied, il confère ainsi la sensation d’être davantage maintenu.

Maintien et protection

Et pour la languette, elle est épaisse, protège bien et ajoute ainsi au confort. La semelle intermédiaire aussi a été repensée. Difficile toutefois de sentir une grande différence même si on a le sentiment d’un gain de fermeté et donc de dynamisme limité tout de même. Car avec 33 mm d’épaisseur au niveau du talon (et 28 mm à l’avant) soit 3mm de plus que la V1, il s’agit du modèle le plus amorti chez Topo. 

L’avantage c’est que le pied est parfaitement protégé. L’inconvénient c’est qu’on l’impression de courir sur un coussin ce qui atténue les sensations au sol et entrave un peu le déroulé du pied. 

Il n’est donc pas envisageable de s’aligner sur une séance de fractionné avec cette paire. Enfin, l’adhérence sur sol mouillé, même tapissé de feuilles mortes, est bluffante y compris en descente. 

A l’image de l’UltraFly 2 que nous avions testée il y a deux saisons, cette Phantom 2 est une excellente porte d’entrée à la foulée naturelle pour des coureurs poids lourd qui cherchent un maximum de protection pour des sorties longues voire des semis ou marathons.

Les notes du testeur. Amorti : 18/20 – Confort : 18/20 – Dynamisme : 13/20 – Souplesse : 15/20 – Stabilité : 17/20.

Le + Le mesh 30% en matière recyclée/

Le – L’amorti est vraiment important pour une chaussure typée course naturelle.

Prix : 180 €.

Il a testé pour vous : Antoine, 41 ans, 1,89 m, 78 kg, meilleure perf : 3h14 sur marathon (2012). Pieds universels. Chausse habituellement des Brooks, Saucony ou Altra. Conditions du test : 100 km sur sol sec et humide avec séances de fractionnés, fartlek et sorties longues vallonnées. 



Hoka propose une nouvelle Clifton 8 moins d’un an après la sortie de la Clifton 7. Avec une vraie plus-value  ?

Hoka Clifton 8
Hoka Clifton 8

Premier élément d’importance pour les fans, on retrouve les fondamentaux de la gamme. La Clifton 8 est vraiment très confortable. C’est son point fort. La semelle intermédiaire est un modèle de douceur. Avec 29 mm d’épaisseur et 5mm de drop on est en présence d’une chaussure hyper protectrice et accessible. Le mesh respirant ajoute au côté douillet tout comme le renfort talon, enveloppant sans être gênant. Le chaussant, suffisamment large, laisse les orteils libres.

Clifton 8: pour les sorties longues

Qui dit chaussure confortable dit chaussure pépère ? Oui et non. La Clifton 8 ne permet pas d’effectuer des entrainements à haute intensité. Cette Clifton est une chaussure pour sorties longues ou de récupération.

Pourtant Hoka a amélioré la composition de la semelle intermédiaire en EVA qui, associée au meta rocker (profil incurvé de la semelle), laisse apparaitre de belles capacités à tenir des rythmes de course loin d’être honteux. Le déroulé du pied se fait de manière très naturelle, et on se sent poussé vers l’avant. La semelle extérieure apporte de la stabilité en offrant une accroche très efficace.

Le laçage est facile et précis. La languette est rembourrée comme il le faut.

En conclusion la Clifton 8 ne révolutionnera pas la série. Le changement de mousse n’est pas réellement perceptible. Mais c’est une des meilleures chaussures du marché pour les sorties longues ou la récupération après des séances difficiles pour les coureurs jusqu’à 90 kg. Après plus de 200 km je ne constate aucune trace d’usure.

Les notes du testeur : Amorti : 17/20 – Confort : 17/20 – Dynamisme : 14/20 – Souplesse : 16/20 – Stabilité : 17/20

Le + Le mesh de la Clifton 8 est 100% vegan

Le –  La nouvelle mousse EVA qui ne fait pas une grosse différence.

Il a testé pour vous. Antoine, 41 ans, 1,89 m, 78 kg, 3h14′ sur marathon (2012). Pieds universels. Chausse habituellement des Brooks, Saucony ou Altra. Conditions du test : 100 km sur sol sec et humide avec séances de fractionnés, fartlek et sorties longues vallonnées. 

Photo de clifton-8-modele-homme

Clifton 8 Modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de clifton-8-modele-femme

Clifton 8 Modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.


Confort 5 étoiles pour cette nouvelle Torin d’Altra: la Torin 5. C’est aussi une paire dynamique, idéale pour s’initier à la foulée avant-pied et au zéro drop.

Altra Torin 5

L’Altra Torin 5 est l’évolution de la Torin 4.5 plush. Mais là où la version précédente s’éloignait des fondamentaux de la gamme en apportant plus de dynamisme donc un peu moins de confort, l’Altra Torin 5 reprend les mêmes caractéristiques que la V4, avec une grande innovation qui fait toute la différence. D’emblée, cette nouvelle version dégage à la fois une sensation de confort et de dynamisme, sans artifices superflus. Et cela se traduit parfaitement sur la route.

Altra Torin 5: Confort et liberté

Cette Torin 5 est l’une des chaussures les plus confortables que j’ai pu tester. On retrouve bien entendu le chaussant large, signature d’Altra, mais tout le mesh et le renfort talon fournissent un équilibre parfait entre confort et liberté. On pourrait courir des heures sans ressentir la moindre gêne. Mieux : elle est aussi au rendez-vous dès qu’il s’agit d’accélérer. La nouvelle mousse Altra EGO MAX placée sur toute la semelle intermédiaire est une vraie réussite.

Tout en souplesse

Alors que la semelle de la version précédente était vraiment raide, la Torin 5 offre la souplesse qu’on recherche lorsqu’on opte pour cette marque, et ce malgré ses 28 mm d’épaisseur. La semelle extérieure présente des rainures qui augmentent la flexibilité de l’ensemble favorisant le déroulé naturel du pied. Le zéro drop caractéristique d’Altra peut faire peur mais cette Altra Torin 5 est le modèle idéal pour s’y essayer sans besoin d’une transition progressive. En bref, c’est la paire universelle par excellence pour les coureurs de poids moyen à lourd, pour tout type de séance et pour les compétitions du 10 km au marathon voire au-delà…

Les notes Confort : 19/20 – Amorti : 18/20 – Stabilité : 16/20 – Souplesse : 16/20 – Dynamisme : 15/20

On a aimé : le tissu ultra-confortable. On a moins aimé : la tige un peu plus haute.

Poids : 258 g en 42,5  / 210 g en 38,5. Drop : 0 mm. Prix : 160 €

Photo de altra-torin-5-modele-homme

Altra Torin 5 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de altra-torin-5-modele-femme

Altra Torin 5 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.


Parmi les lampes frontales disponibles, Go’Lum, entreprise française créée en 2017 par des passionnés de trail se fait remarquer. Elle propose aujourd’hui la Go’Lum Piom+2, une lampe frontale puissante et intelligente.

Nous avions déjà testé la première version, Go’Lum Piom+. Cette Go’Lum Piom+2 va plus loin. L’idée : proposer une frontale qui adapte l’intensité lumineuse à l’allure du coureur partant du principe que plus on court vite plus on a besoin de voir loin pour anticiper les pièges du terrain. La Piom+2 est légère (125g). Tellement légère que j’ai oublié de l’enlever en rentrant en transports en commun d’une de mes sorties. On apprécie aussi le petit format grâce à l’utilisation de l’aluminium. De plus, un seul bouton la rend très facile d’utilisation, même avec des gants. La lampe est attachée au bandeau par deux anneaux en silicone. Go’Lum assure qu’en deux ans de développement aucune casse n’a été constatée. Ce système permet de diriger facilement le faisceau. La promesse d’une lampe intelligente est aussi au rendez-vous.

Go’Lum Piom+2 : avec 2 batteries intégrées

La Piom+2 propose deux modes intelligents : autonomie (15h annoncées) et puissance (6h). Quoiqu’il arrive la Piom+2 s’adaptera de façon automatique immédiatement à l’environnement et à votre rythme. C’est bluffant ! Le secret ? Un accéléromètre intégré qui pilote le faisceau. 

En plus de ces modes intelligents, la Piom+2 offre 5 niveaux d’intensité constante en mode manuel : 40 / 150 / 300 / 500 / 1000 lumens. La frontale est livrée avec deux batteries et un chargeur. Un pack premium intègre également une powerbank universelle.

Cerise sur le gâteau Go’Lum produit une frontale durable, responsable et produite en France. L’entreprise est basée à Annecy, la Piom+2 est assemblée à Tours et conditionnée par des travailleurs en situation de handicap via un ESAT situé près de Marne la Vallée.

Prix : 189€ en version classique et 201€ avec fonction powerbank.

On a aimé : le confort.

On a moins aimé : le prix mais c’est celui à payer pour avoir une frontale d’excellente qualité, solide et fabriquée en France.

A noter : il existe une version moins chère, la Piom2 à partir de 159€. Elle dispose de toutes les fonctionnalités de la Piom+2 hormis les modes intelligents.



Belle, fiable et complète, cette Coros Vertix 2 à l’autonomie impressionnante est une vraie réussite. Une sérieuse concurrente de la Garmin Fenix 6.

Coros Vertix 2

En trois ans Coros a bousculé le marché des montres GPS en se faisant une place de choix grâce à des modèles fiables, faciles d’utilisation et à l’autonomie impressionnante. La Vertix version 1 était déjà une réussite à laquelle il manquait quelques options pour venir vraiment concurrencer la Garmin Fenix 6. Cette Coros Vertix 2 se place désormais comme la montre de référence pour l’outdoor.

Coros Vertix 2: une cartographie embarquée

La cartographie c’est bien mais pour l’exploiter correctement il faut un GPS au niveau. Cette Vertix 2 propose l’utilisation simultanée de 5 systèmes GNSS : GPS, Galileo, Glonass, Beidu et QZSS lorsqu’il est disponible. Cela augmente la précision en augmentant le nombre de satellites utilisables.

En pratique,  elle n’est pas encore parfaite notamment sur des parcours en forêt ou sur des sentiers encaissés. Mais Coros garde une longueur d’avance sur les autres marques.

Autre point fort, l’autonomie. La Vertix 1 a longtemps occupé la plus haute marche du podium avant d’être détrônée par des modèles avec recharge solaire. Cette Coros Vertix 2 affiche des statistiques impressionnantes (135h en mode GPS) et sans écran solaire. Je ne suis pas souvent passé par la case recharge malgré une préparation marathon intensive. Les records théoriques paraissent donc atteignables.

Le capteur cardio optique est lui aussi au niveau. A allure constante sur route ou en trail la précision vaut celle d’une ceinture. En revanche sur les intervalles, elle est à la peine.

Elle conserve l’ergonomie construite autour d’une molette et deux boutons. Une fois qu’on est habitué, c’est très facile d’utilisation. L’écran est tactile pour certaines applications. Les menus sont simples, pas d’arborescence sans fin et on s’y retrouve vite.

Des classiques et des nouveautés

Coros Vertix 2 propose les classiques déjà présents sur la Vertix mais aussi quelques nouveautés dans les applications notamment un calcul de la variabilité de fréquence cardiaque, sorte d’ECG, qui mesure le niveau de fatigue. C’est très utile dans le cadre d’une préparation soutenue.

Enfin, elle propose la musique embarquée. Il est possible de télécharger vos morceaux préférés directement sur la montre et les écouter en bluetooth.

Coros frappe une nouvelle fois un grand coup avec cette Vertix 2. Belle, complète, facile d’utilisation et tout terrain.

Le + L’appli Coros qui permet de gérer de nombreux paramètres est facile d’utilisation.

Le – La taille de la Coros Vertix 2 qui ne s’adaptera pas à tous les poignets.



Pour s’entraîner en toute sécurité à la nuit tombée, Brooks propose une gamme complète Run visible. Testée et approuvée.

La gamme Run Visible de Brooks, habille de la tête aux pieds cet hiver, avec une priorité : assurer votre visibilité à la nuit tombée.

La collection s’est étoffée par rapport à sa version 2020. Aux pieds, trois paires de chaussures (Hypérion tempo, Ghost 14, Glycerine 19) qui “réfléchissent” la nuit. Pour les tenues, des vestes coupe-vent, avec et sans manches. Mais aussi t-shirts à manches courtes et à manches longues. Plusieurs modèles sont disponibles pour hommes et femmes. Pour le bas, chez les hommes, il y a un short 2 en 1 et un collant long. Chez les femmes, un haut avec une coupe “crop” et manches longues mais aussi une brassière très astucieuse avec une poche à l’arrière pour le téléphone. Là aussi des vestes manches courtes, manches longues. Et en bas, un très beau legging long et un short noir simple. Il y a également des accessoires : débardeurs, bonnet, gants, chaussettes.

Intensité lumineuse maxi

Cette collection Run Visible est fabriquée avec un matériau rétroréfléchissant. Il est inséré sur les zones stratégiques. Cela permet au coureur d’être vu des automobilistes par luminosité faible ou dans le noir. Chaque modèle renvoie une intensité lumineuse minimale équivalente à l’éclairage émis par 300 bougies, rien que ça !

Les inserts en 3M Scotchlite sont judicieusement placés, de manière à réfléchir la lumière immédiatement. Devant, derrière, sur les côtés. C’est très efficace et c’est selon nous, le vrai point fort de cette collection Run Visible de Brooks.

Une collection écoresponsable

En effet,Brooks a axé sa recherche sur des matériaux durables et responsables. Au total, 85% de la collection est fabriquée à partir de matériaux recyclés et certifiés Bluesign.

Plus précisément, les nouveaux modèles Carbonite sont fabriqués à partir de 53% de tissus recyclés. Les modèles manches longues contiennent 84% de contenu recyclé, tandis que d’autres articles en contiennent 70%. C’est 26% de plus que la saison dernière.

En conclusion, là certaines autres marques placent des pièces de tissu réfléchissants souvent soit trop petites soit mal placées, Brooks a fait ici un travail précis. A la clé, une info claire envoyée à l’automobiliste : il y a un coureur à pied en face !

C’est solide. C’est beau. Et ça résiste au temps et au lavage.



Indispensable pour courir de nuit, la frontale. Mais comment bien choisir sa frontale ? Nos conseils pour y voir plus clair…

Bien choisir sa frontale
©Evadict

1/ Cibler la puissance et l’intensité  

Pour quantifier la lumière produite par la lampe, on parle de flux lumineux, exprimé en lumens (lm). Plus le nombre de lumens est élevé, plus la portée d’éclairage, exprimée en mètres, sera conséquente. C’est un critère à prendre en compte pour bien choisir sa frontale. Aujourd’hui, les modèles sont réglables en intensité proposant différents modes ou différents types de faisceau lumineux. Alors combien de lumens ? Cela dépendra de votre usage. 200 lumens, c’est bien pour le running en environnement urbain. Cela éclairera à 10 mètres environ en faisceau large, jusqu’à 50 mètres en faisceau étroit. A partir de 300 lumens et jusqu’à 500 lumens, la frontale sera compatible avec la pratique en pleine nature. Elle éclairera de 20 à 100 mètres devant vous, selon le type de faisceau. Au-delà de 600 lumens, on pourra l’utiliser en tout-terrain, sur des épreuves type ultra-trails. Attention dans tous les cas, un halo lumineux très puissant peut être déroutant pour le champ de vision. On recommande de s’accoutumer à ces sensations sur des séances courtes, en terrain connu.  

2/ Privilégier l’autonomie

C’est un critère primordial si vous envisagez de choisir une frontale pour un trail nocturne de plusieurs heures. Partez du principe que les marques surestiment toujours l’autonomie et que les conditions climatiques jouent beaucoup. S’il fait froid, la batterie se déchargera en effet plus vite. Le plus judicieux, c’est de s’étalonner, en fonction de l’usage souhaité, sur l’autonomie minimale annoncée, c’est-à-dire à pleine puissance. Point positif, le fait d’avoir un témoin du niveau de batterie. Cela évite de se retrouver dans le noir complet en plein sentier. Ce système de « jauge » est désormais fréquent. L’alimentation elle est parfois hybride. Si la batterie lithium-ion est déchargée, des piles prennent le relais. C’est pratique et sécurisant. Autre innovation intéressante, l’intensité de l’éclairage qui s’adapte à l’environnement grâce à un capteur intégré. Cette technologie (Reactive Lighting chez Petzl par exemple) permet de prolonger l’autonomie. On peut sinon penser à passer en « mode éco » dans les montées pour économiser sa batterie.

3/ Chercher le confort  

L’appréciation de ce critère variera aussi en fonction de l’utilisation. Pour des petites sorties sur route ou chemins stabilisés, un modèle compact avec piles fera l’affaire. En revanche, s’il l’on court deux heures ou plus, un modèle avec batterie ou mieux, avec porte-batterie amovible, sera plus confortable. Ce critère devient donc primordial pour bien choisir votre frontale. En effet, le poids de la lampe n’est pas anodin et peut engendrer des tensions au niveau de la tête et du cou. Côté serrage, il faut trouver le bon compromis avec un bandeau serré, mais pas trop. Autre option : l’utilisation d’une lampe de poitrine, ou d’une lampe que l’on porte à la main. On garde ainsi la tête libre et surtout le nez levé, sur le sentier plutôt que sur ses pieds.



Saucony Ride 14

L’évolution de la Saucony Ride 14, un modèle à la fiabilité éprouvée, associe le confort et l’amorti attendu à un nouveau design plus audacieux. Une paire bonne à tout faire !

La Ride 14 est l’un des modèles phares chez Saucony. Sur cette 14e édition, le chaussant est confortable et l’empeigne est plus large que les versions des précédentes saisons. L’empeigne est un peu plus large et le mesh semble plus respirant, ce qui était appréciable lors de notre test estival. On retrouve la semelle FORMFIT.

Le confort constaté d’emblée sur les premières foulées se confirme en accélérant. En revanche, l’amorti PWRRUN très présent gomme un peu les sensations : sans être mou, c’est assez moelleux.

Leur poids de 290 g en 44, sans être un véritable handicap, ne destine pas les Saucony Ride 14 à de régulières séances sur piste, même si elles restent utilisables dans ces conditions.

Très bon point concernant l’adhérence de la semelle par forte pluie, y compris sur des chemins, ce qui renforce leur polyvalence. Étonnamment, les lacets sont très longs, on peut y remédier en effectuant un triple nœud.

Bonne paire d’entraînement avec un confort toujours présent même sur des sorties de 1h45 à 2h, ces Saucony Ride 14 pourront accompagner l’ensemble de vos séances sur bitume ou chemins avec quelques incursions sur la piste d’un stade.

Prix : 140 €.

Poids : 290 g en 44.

Les + Confort, polyvalence.

Les – Amorti peut-être un peu trop moelleux.

Notes du testeur : Confort : 16/20 Amorti : 16/20 Stabilité : 16/20 Souplesse : 16/20 Dynamisme : 15/20. Note moyenne : 15,8/20.

Utilisation : La Saucony Ride 14 est idéale pour toutes les distances sur route et chemins stabilisés, pour coureur à foulée universelle de moins de 80 kg.

Il a testé pour vous... Frédéric, 56 ans, 1,77 m, 70 kg, 2h47’ sur marathon (2013). Pieds légèrement pronateurs, sans correction. Conditions du test : 120 km sur route (70 %), chemins stabilisés (20 %) et piste (10 %), tous types de séances.

Photo de saucony-ride-14-modele-homme

Saucony Ride 14 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de saucony-ride-14-modele-femme

Saucony Ride 14 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.


Nouvelle déclinaison haut de gamme pour la montre Grit X. Cette version Pro offre une résistance de choc, une autonomie de batterie ultra-longue et affiche quelques nouvelles fonctionnalités.

Polar Grit X Pro : une version haut de gamme

Cette nouvelle Polar Grit X Pro est équipée d’une lentille en verre saphir qui résiste aux rayures et un bracelet en FKM flexible et durable. Elle est testée selon les normes militaires (MIL-STD-810G), résistante à l’eau jusqu’à 100 mètres, et conçue pour de températures allant de -20 degrés à 50 degrés.

Pour l’autonomie, pas de changement, toujours une batterie ultra-longue durée. Jusqu’à 40 heures d’entraînement avec un suivi GPS et de la fréquence cardiaque continu. Et cela gonfle à 100 heures avec les options d’économie d’énergie. Jusqu’à 7 jours d’autonomie en mode montre avec un suivi 24h/24 et 7j/7. On retrouve aussi le suivi de la fréquence cardiaque précis grâce à la technologie de fusion des données de capteurs Polar Precision Prime™ et la localisation exacte grâce au GPS intégré et au GPS assisté pour des temps de localisation rapides.

Polar Grit X Pro: de nouvelles fonctionnalités de navigation

Du côté des fonctionnalités, quelques nouveautés. De nouveaux profils d’itinéraire et de dénivelé sont proposés, avec guidage pas-à-pas optimisé par l’application Komoot. On pourra aussi visualiser sur la Grit X Pro le dénivelé du parcours grâce à Hill Splitter™, et revenir au point de départ grâce à la fonction Track Back.

Les nouveaux tableaux de bord de navigation et de lumière du jour sont eux toujours actifs. Ils comprennent un altimètre barométrique, les coordonnées du lieu, les heures de lever, de coucher du soleil et de crépuscule et une boussole.

Conseils d’entraînement et tests

Pour le reste, on retrouve sur la Grit X Pro les fonctions de suivi de consommation d’énergie et rappels de ravitaillement pendant les sessions prolongées (assistant FuelWise).

Mais aussi le Training Load Pro et Recovery Pro. Cela fournit des conseils pour favoriser la récupération avant la séance suivante, en calculant les charges cardio et musculaires.

Autres fonctions intéressantes, la puissance de course. Grâce à elle, on peut mesurer automatiquement les valeurs de puissance à partir du poignet pendant les séances via le GPS et le baromètre intégrés.

On peut aussi se prêter à tout un tas de tests. Tests de performance de course à pied et de cyclisme, test de récupération musculaire, test orthostatique, pour vérifier l’état du corps…

Et pour finir, bien sûr les indispensables de la montre connectée avec contrôle de la musique, bulletins météo et notifications.

Elle est proposée à 499,90 €, avec une version une version titane (12% plus légère que la Grit X Pro) à 599,90 €.

Photo de polar-grit-x-pro

Polar Grit X Pro

Nouvelle déclinaison haut de gamme pour la montre Grit X. Cette version Pro offre une résistance de choc, une autonomie de batterie ultra-longue et affiche quelques nouvelles fonctionnalités.

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.


C’est avec l’Adizero Pro 2 qu’a été établi le meilleur temps mondial sur 10 km (route) en 26’23’’ et sur semi-marathon en 57’32’’ : rien que ça ! Un énorme potentiel pour cette paire destinée aux compétiteurs en quête de vitesse.

Adizero Pro 2: tests et avis

Ce type de modèle orienté compétition a généralement un poids autour de 200 grammes. Cette nouvelle paire d’Adizero Pro 2 affiche elle 240 g (pointure 44) sur la balance. Le mesh est pourtant minimaliste. Quant à la technologie carbone ici présente, ce n’est pas une plaque intégrale. En effet, c’est un ensemble de quatre tiges que l’on aperçoit sous la partie évidée de la semelle externe. Aussi, entre l’empeigne ultra-fine qui laisse passer l’eau à la moindre averse et les tiges de carbone qui rigidifient l’ensemble, le confort n’est pas au rendez-vous. 

Modèle très exclusif, le terrain de prédilection de ce modèle est la piste et le bitume, qui sera donc idéal pour des entraînements dynamiques et les compétitions. On trouve également l’habituelle semelle Continental qui équipe la marque, excellent point pour l’adhérence sur du bitume ou une piste mouillée. Après un peu plus de 100 km de tests, la semelle ne présentait pas de trace d’usure visible. Les coureurs peu habitués à ce type de semelle rigide auront besoin d’un temps d’adaptation avant de tirer toute la quintessence de ces Adizero Pro 2 . Pour ceux déjà aguerris à cet équipement, la chasse aux records est ouverte !

Adizero Pro 2: avis et notes

Les + Énorme potentiel à condition de pouvoir les maîtriser, excellente adhérence sur terrain trempé.


Les – Modèle très exclusif, tarif élevé.

Notes : Confort : 10/20 – Amorti : 18/20  Stabilité : 15/20  Souplesse : non notée Dynamisme : 20/20  Note moyenne : 15,75/20 

Photo de adidas-adios-adizero-pro-2-modele-homme

Adidas Adios Adizero Pro 2 Modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de adidas-adios-adizero-pro-2-modele-femme

Adidas Adios Adizero Pro 2 Modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.


Le dessin de la Hoka Mach 4 est inspiré des modèles à plaque carbone de la marque, mais elle est moins orientée performance tout en étant bluffante !

Premier constat, le poids : 240 g en 44, pile dans la moyenne de ce type de modèle. Ces Hoka Mach 4 sont confortables dès les premières foulées. L’amorti, pas trop présent, offre ainsi du dynamisme. Elles sont ainsi efficaces sur les séances rythmées et parfaitement utilisables sur piste; poids relativement contenu, souplesse et dynamisme permettent en effet de ne pas imposer trop de contraintes aux pieds.

Ce test estival, sans aucune journée de pluie, n’a pas permis de tester l’adhérence de la semelle extérieure. 

Hoka Mach 4

Hoka Mach 4: un profil incurvé guidant le pied

Cette dernière présente un profil incurvé censé offrir plus de fluidité pour les coureurs ayant une réception sur le talon : en forçant cet aspect, on sent effectivement un accompagnement du pied lors de la phase de réception puis propulsion. 

La semelle relativement épaisse n’altère pas la stabilité de ce modèle. Il pourra donc être porté sur des chemins. En revanche, le mesh d’un coloris très clair sera vite maculé sur les chemins boueux. 

Beaucoup plus faciles à utiliser que les modèles avec une plaque carbone (comme la Hoka Carbon X2), également moins chères, les Hoka Mach 4 pourront satisfaire les adeptes de la marque à la recherche d’un modèle polyvalent permettant aussi bien de s’entraîner que de courir en compétition. Une vraie réussite !

Notes du testeur : Confort : 16/20 – Amorti : 17/20 – Stabilité : 17/20 – Souplesse : 16/20- Dynamisme : 15/20 – Note moyenne : 16,2/20 

Le + Polyvalence et facilité. Le – Coloris clair salissant.

Utilisation : Les Hoka Mach 4 s’utiliseront sur les entraînements et compétitions toutes distances pour coureurs jusqu’à 85 kg.

Qui a testé ? Frédéric, 56 ans, 1,77 m, 70 kg, 2h47’ sur marathon (2013). Pieds légèrement pronateurs, sans correction. Conditions du test : 120 km sur route (70 %), chemins stabilisés (20 %) et piste (10 %), tous types de séances

Plus d’infos: https://www.hoka.com/

Photo de hoka-mach-4-modele-homme

Hoka Mach 4 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de hoka-mach-4-modele-femme

Hoka Mach 4 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 08/12/2021 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.


Nouvelle Forerunner 55

Numéro 55 pour cette nouvelle Garmin Forerunner bien dotée et facile à dompter, avec GPS et capteur de fréquence cardiaque intégré. Côté fonctions, des alarmes spécifiques pour garder la bonne cadence, un mode PacePro pour viser une distance ou encore un « temps final estimé ». Plusieurs profils sont possibles comme la course sur tapis, la course virtuelle, la natation en piscine, le Pilates, ou encore le HIIT. On peut bénéficier de suggestions d’entraînement personnalisés, d’exercices de relaxation par la respiration et de plans pour préparer un objectif particulier via Garmin Coach. 20h d’autonomie en mode GPS. Parfaite pour débuter et plus si affinités… 200 €.

Hoka Rincon 3 

Un bon rapport amorti-poids pour cette paire dynamique avec mousse légère et découpes dynamiques sur la semelle. On apprécie aussi le mesh aéré, et le revêtement en caoutchouc renforcé pour une longévité accrue. Poids : 210 g en 42 / 176 g en 38. Drop : 5 mm. 120 €.

Brillante !

Innovante, cette veste de la jeune marque française Verjari. Elle est conçue avec une membrane phosphorescente. Elle se recharge sous le soleil, la lumière d’une frontale ou d’un téléphone et se met à briller dans le noir. Elle est coupe-vent, imperméable (5 000 Schmerbers, pluie fine à modérée), respirante (3000 MVP), et légère (185 g). Avec poche poitrine pour la compacter. 135 € sur verjari.fr

Altra Paradigm 6

Nouvel amorti Ego Max léger, technologie Guide Rail pour soutenir le médio-pied, ajout d’une nouvelle Innovarch pour aider le placement de pied. Plus de soutien, donc et encore plus de confort pour cette version 6. Une paire toutes distances pour coureur souhaitant s’initier à la foulée avant-pied.Poids : 307 g en 42,5 / 265 g en 38. 170 €

Gilet The North Face Flight Race Day

8 litres de contenance pour ce gilet au tissu résistant et respirant. Il est fourni avec 2 flasques de 500 ml maintenues sur les bretelles grâce à des ficelles. Sa superposition pratique de poches zippées permet d’embarquer ses essentiels, son harnais est facile à régler, et son sifflet peut dépanner. Compatible avec une poche à eau.  149 €.

 

Kiprun KS500

Elle est née des retours des clients sur les Kiprun Long et Kslight ces deux dernières années. Un condensé d’améliorations pour répondre aux besoins d’amorti et de stabilité. La paire, qui suivra sur toutes distance se démarque par sa polyvalence et son prix. Poids : 282 g en 42 / 239 g en 38. Drop : 8 mm.

Ecran total 

Nouvelle solaire taillée pour la performance, avec un design épousant les contours du visage. Avec sa structure sans monture, sa fonction pivotante novatrice et ses multiples plaquettes nasales, cette monture fait dans le sur-mesure. Equipée d’un verre Prizm qui booste couleurs et contrastes. 

Oakley Kato Prizm 24K, 270 €. 

Adizero Adios Pro 2 

Dernière innovation Adidas, cette paire taillée pour la vitesse, avec deux épaisseurs d’amorti Lightstrike Pro et tiges en carbone EnergyPods pour un retour d’énergie inédit. Tige en polyester partiellement recyclé, semelle extérieure Continental pour l’accroche, et dispositif antidérapant au talon. A réserver aux compétiteurs ! Poids : 215 g  en 42. Drop : 10 mm. 220 €

Lumière !

Du nouveau pour cette lampe ventrale imaginée Décathlon. Fini les piles, elle fonctionne désormais sur batterie rechargeable intégrée dans le boitier. Plus de harnais, elle s’accroche à la ceinture. Comme le faisceau est accroché plus bas, il oscille beaucoup de droite à gauche, avec un éclairage plus rasant qui permet de mieux distinguer le relief. 

Lampe ventrale Kiprun Run light 120, 20 €.