Dopage technologique ou innovation technique ? La polémique avait enflé autour de la Nike Vaporfly Next % aux pieds des champions ayant battu des records de vitesse la dernière saison. La fédération internationale a tranché : les paires en carbone seront bien autorisées en compétition, à la condition qu’elles n’aient qu’une seule lame de ce matériau révolutionnaire, une semelle totalisant moins de 4 cm et qu’elles soient commercialisées depuis au moins 4 mois. La saga « carbone » s’est donc accélérée. Les équipementiers ont tour à tour dévoilé leurs paires qui « courent plus vite » sur marathon.

 Hoka et sa Carbon X (180 €) avait ouvert la voie l’été dernier. Chez Nike, après la fameuse Vaporfly Next% (275 €), l’Alphafly Next% (295 €) promet. Cette version actualisée du prototype que portait Eliud Kipchoge lors de son marathon-démonstration en 1h59’40’’ en octobre dernier est distribuée au compte-goutte. 

Brooks a réservé son Hyperion Elite (250 €) à une centaine de compétiteurs français. Adidas mise sur son Adizero Pro (180 €), disponible en juin, présentée comme la nouvelle Adios briseuse de record. Chez Saucony, l’Endorphin Pro qui devait sortir en avril s’annonce pour juillet. La Metaracer d’Asics (200 €) sera disponible fin juin. La New Balance FuelCell TC (200 €) est elle en vente, mais déjà plus qu’en quelques pointures. Quant à savoir si cette technologie pour l’heure très élitiste deviendra un jour plus abordable, c’est une autre histoire…