Les femmes sont nombreuses à souffrir d’insuffisance veineuse et la course à pied peut plomber les gambettes et générer une sensation de lourdeur encore plus pesante avec le retour des beaux jours. Comment s’alléger, prévenir ces troubles et se faire de belles jambes ? Les 5 conseils de Sandrine Nail-Billaud notre pharmacienne.

1/ On se bouge !

© SolisImages-istock

Dans les jambes, le retour veineux est capital. Celui-ci est possible grâce à un système de clapet : des valvules s’ouvrent sous l’effet de la pression sanguine et se referment mécaniquement pour éviter de revenir en arrière. Cela permet tout simplement au sang de remonter vers le cœur et ce notamment grâce à la contraction des muscles des mollets  à la pression de la plante des pieds. En cas de sédentarité, tout ce système est mis à mal. La solution, c’est de bouger. Et même s’il faudrait choisir la natation, l’aquagym, le vélo, la gym au sol ou encore la marche avec des semelles amortissantes, car les à-coups du running (sur le bitume notamment) peuvent malmener nos gambettes, des astuces existent pour faire de la course à pied, votre alliée.

2/ On compresse

Mais oui, loin des polémiques, si l’on admet que les bas de contention médicale soulagent les insuffisances veineuses sur prescription médicale, les manchons de compression sportifs ne traitent pas la pathologie mais favorisent le retour veineux au cours de l’exercice de course à pied. Alors chaussettes (avec les pieds) ou manchons (sans les pieds) peuvent être utilisés pendant et/ou après le sport (en fonction des marques et des modèles) pour faciliter le retour veineux, éviter et diminuer la sensation de jambes lourdes. Ce que les coureurs et coureuses savent moins,  c’est que chaussettes ou manchons doivent être baissés en début de séance pendant au moins 10 minutes d’échauffement et remontés ensuite pour avoir toute leur efficacité.

Compression : on laisse sa compression au niveau de la cheville et on ne remonte ses chaussettes ou manchons qu’après 10 minutes de course en échauffement !

3/  On s’hydrate

© Ammentorp – Fotolia.com

Boire avant, pendant et après, pas non plus comme si on allait mourir de soif à tout instant… Gardez -en tête que 2 litres par jour c’est largement suffisant. Quand on court, les dernières études scientifiques poussent à boire quand on a soif, avec modération et avec du sodium dedans apporté par des pastilles, stick, poudre à diluer constituant alors une boisson du sport.  L’eau gazeuse a aussi un intérêt en récupération pour lutter contre l’accumulation d‘acide lactique qui peut renforcer cette sensation de jambes lourdes après une séance de course.

4/ On complémente d’un coup de pouce pour les veines

En effet, boire en y ajoutant un complément alimentaire comme de la vigne rouge, un extrait de marronnier d’inde ou encore de Ginkgo Biloba permet de lutter contre l’insuffisance veineuse. Ces compléments alimentaires existent sous différentes formes : comprimés, sticks à diluer, sachets etc… N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien pour trouver celui qui vous correspondra le mieux.

5/ On mise sur le froid et le massage

Tout le monde connait les effets d’une douche froide sur les jambes pour la récupération et la circulation. On peut retrouver ce même effet froid avec des gels cryoactifs que vous masserez sur vos mollets en prenant bien soin de respecter la technique de massage spéciale jambes lourdes. En effet, le massage doit être effectué dans le sens de la circulation, vers le cœur c’est-à-dire du pied vers le haut de la cuisse. L’idée, c’est d’effectuer des massages circulaires en alternance avec des massages fermes avec des effleurements plus légers. On n’oublie surtout pas la plante des pieds, le talon et la cheville pour remonter jusqu’à la cuisse.

©BV Sport

Choix de sa compression : attention. Les chaussettes de récupération correspondent à des chaussettes de contention de classe 2 (vendues en pharmacie pour l’insuffisance veineuse) ce qui équivaut à une pression de 1520 mm de Hg exercée au niveau de la cheville. Contrairement à ces bas médicaux qui sont destinés aux personnes souffrant d’insuffisance veineuse, délivrées souvent avec une ordonnance et qui correspondent à un dispositif médical déposé, les textiles de compression destinés aux sportifs ne sont soumis à aucun contrôle particulier. La différence de ces produits adaptés au sport se situe dans la texture et l’adaptabilité de la compression pour l’effort et après l’effort. Elles sont mises au point suite aux recherches effectuées par les différentes marques présentes sur ce marché : BV sport, Compressport, Thuasne, Sigvaris, etc. Il est primordial de tester avant d’acheter mais surtout de bien choisir sa taille (entre 4 à 10 tailles différentes selon les marques). La taille se choisit en fonction de votre tour de mollet et de la hauteur du sol au genou. Le produit ne doit pas serrer à outrance, au risque de faire garrot et de créer des pathologies comme des œdèmes aux pieds. Si vous êtes sujette à une maladie veineuse (varices, œdèmes, thromboses veineuses) ou artérielle (artériopathie des membres inférieurs), il est souhaitable de faire le point avec votre médecin et/ou spécialiste.


Nos hits

Gel Cryo d’Eona. Effet froid à base d’huile essentielle de Gaulthérie pour soulager les douleurs musculaires.

Naturactive Elusanes Circulation. Stick à diluer contenant des extraits de vigne rouge, du cassis et lde myrtille pour favoriser la circulation veineuse.

Nutrisens Booster Trail Menthe. Un goût frais peu sucré avec de l’ortie (action anti-inflammatoire, soulage les douleurs articulaires et musculaires- et de la prêle, reminéralisante.

Manchons BV Sport booster Elite EVO2. Plusieurs types de mailles à rigidité variable (ultra-souple/souple/semi-rigide/rigide) qui exercent des pressions spécifiques au niveau du mollet, du tibia et de la cheville.  Avec Shockwave Effect réduisant les vibrations et oscillations musculaires.