Du 22 au 26 septembre, Marie, 48 ans, s’est surpassée sur le Half Marathon des Sables des Canaries. Avec son amie d’enfance Céline, elle est allée au bout de ces 120 km en trois étapes. Une aventure inédite pour cette mère de famille qui n’avait jusqu’à présent jamais vraiment couru. Elle nous raconte sa traversée du désert de Fuerteventura.

Je m’appelle Marie, j’ai 48 ans et vis à Londres. Je m’occupe de mes 3 garçons après avoir vécu dans différents pays du monde. Il me reste notamment une attache très forte en France, mon amie Céline. Aujourd’hui, nous sommes le 12 décembre 2018, c’est son anniversaire. Elle va avoir 45 ans dans 1 minute et je viens de me décider : je lui envoie un simple SMS : « Bon anniversaire Céline et c’est oui. » Ce « oui » signifie que je viens d’accepter de faire avec mon amie d’enfance 120 km dans le désert en courant (au secours !) et en autonomie alimentaire totale. Elle a 45 ans. J’en ai 48. Elle court. Je marche. Elle vit en France je suis en Angleterre. On se connaît depuis… 45 ans. On a partagé des belles choses mais pas encore de challenge sportif. Cela sera donc le Half Marathon Des Sables aux Canaries, dans le désert de Fuerteventura. 

Je suis à gauche, au milieu, Céline, à droite, Sandrine.

Mais qu’est-ce qui m’a pris ?

Céline n’en revient pas, super heureuse alors que moi je suis déjà en train de me dire : « Mais qu’est-ce qui t’a pris ». C’est dit. Impossible de reculer. Sauf que… Ces derniers temps, un drôle de karma rode autour de moi ces derniers mois : une brulure au sein au second degré avec de l’eau bouillante, une inflammation de l’aponévrose sous un pied, une chute en vélo à 30 km/heure avec déchirure interne et externe, des points de sutures un peu partout et des béquilles pour le début de l’été 2019. 

Les dieux seraient-ils en train de me chuchoter quelque chose? Car plus le temps passe, moins la pointe qui me torture le ventre diminue, bien au contraire. Le stress sans cesse me murmure : faut s’y mettre. Je suis sportive mais là c’est différent. Je marche, je ne cours pas mais je sais que sur une épreuve comme ce half MDS, la marche rapide est parfaitement possible pour réussir à passer les barrières horaires.

Je retrouve Céline pour une virée shopping, enfin plutôt « matos ». Je choisis mon sac pour ces 4 jours en autonomie mais il arrive au final assez tard une fois la commande passée. C’est sûr, il ne sera pas assez essayé. Les guêtres sont prêtes à J -2. Les sachets de nourriture lyophilisée seront à découvrir sur place. Je ne lâche pas Céline. Le docteur a donné son accord. Le podologue et l’ostéopathe aussi. Les amis et famille sont derrière moi… 

La date fatidique approche. Nos retrouvailles sont prévues le samedi soir à l’hôtel Playitas. Nous allons enfin pouvoir échanger, nous préparer, sans doute aussi stresser. Seulement voilà, Céline n’arrive pas. Elle est bloquée à Barcelone à cause d’une grève, obligée de passer la nuit là-bas, avec une grosse frayeur sur un parking de l’aéroport mal famé, un chauffeur de taxi douteux mais au final elle arrivera bien dans son hôtel de fortune pour une nuit imprévue avant de me rejoindre à Fuerteventura le lendemain midi.

Je suis perdue toute seule…

Pendant ce temps à l’hôtel Playitas, je suis perdue toute seule. Je ne vois que des gens qui ont l’air d’être des professionnels du trail, l’équipement est souvent trompeur, oui je sais bien, mais quand même ! Pire : je les vois heureux de partir lundi pour cette course. Leur langage n’est clairement pas le mien. J’attends Céline en ravalant mes larmes de stress. 

Dimanche. Céline arrive enfin. On fait les vérifications santé et équipements obligatoires. On compare nos sacs. Elle me donne des conseils, puis on dîne – chic une double ration de féculents ce soir – avant de filer au lit. 

C’est le grand jour, le road book, précieux graal nous a été remis. Je sais désormais à quelle sauce je vais être mangée. J’ai une pointe au ventre. Mon débit de parole est réduit mais le sourire est là. Nous montons dans le bus, direction le départ de la première étape. Je cache ma frousse mais je suis plus silencieuse que d’habitude. Pas une peur panique et stupide. Une peur de l’inconnu mais surtout de ne pas savoir où j’ai mis les pieds. « Je n’appartiens pas à ce monde ». « Non je n’ai jamais couru de marathon ». « Juste 42 bornes avant mon accident. Au rythme de course et marche ». « Non je ne lis pas les revues spécialisées, j’ai un peu du mal à visualiser ce que un chiffre D+ représente. Mais j’ai une montre GPS, une Garmin même. Ouf pour ça je suis au moins comme tout le monde…

 Voici la ligne de départ, le speaker, la musique… Bon, il va falloir courir ! Céline donne la foulée sur un chemin plutôt plat au départ mais très vite ça monte, et ça monte fort… Mais comment je vais tenir ?  Courir 4 jours comme ça, c’est impossible pour moi. J’ai juste envie d’abandonner dès ces premiers kilomètres. Envie de pleurer, de partir et de tout lâcher pour retrouver un univers connu. 


C’est quoi un CP ? 

Mais nous continuons, entourés d’autres concurrents. La chaleur ne me gêne pas. Le sac à dos et les pieds non plus. J’ai juste peur de ce qui m’attend. Et puis on arrive en haut de cette interminable montée. Là, waouh, une vue ma-gni-fique. De quoi oublier toute la souffrance et laisser s’envoler mes doutes de la montée. Devant nous,  une longue plage sauvage, celle de Coffete. 10 km de sable mou. Ni plus ni moins. Je sors les bâtons. Et là … je marche. Je m’y mets. C’est parti. Le sable est présent à chaque foulée. La mer et le ressac des vagues aussi. Le soleil tape. On m’a dit : « ressens les éléments. Ils sont là. Pose ton pied sur le sol et prend l’énergie ». Je respire les embruns, je me vide la tête. Ma cuisse coince. Sans doute un début de contracture musculaire. Pas grave, on avance. Céline est claire: « Il ne faut pas perdre de temps pour les CP. » « C’est quoi un CP? ».  « Un check point ! » « Ah, d’accord je le saurais ». On parle. On se tait. On se regarde. On avance en se calant l’une derrière l’autre ou l’une à côté de l’autre. Premier CP.  « On est dans les temps Céline ? ». Elle de me répondre « oui ça va, on a 3 heures d’avance. » « Non mais sérieux ! ». Je lui crie dessus le tout accompagné de gentils mots, impossibles à écrire ici…

Le ton est donné. Elle ne me laissera rien passer et va me motiver comme ça jusqu’au bout, nous franchissons la ligne de ces premiers 30 km avant la nuit. Contentes. Une autre inconnue démarre alors pour moi. Le bivouac et ses tentes. Ce sont des petites tentes individuelles regroupées en alvéoles de 8 tentes. Je me sens timide devant cet infini de tentes. Le vent claque. Il fait froid. Et l’aventure va réellement commencer. Seule dans ma tente. Un peu perdue, je ne sais comment m’installer. Des années que je n’ai pas fait de camping ! Puis il faut préparer à manger pour ce soir, ce sera froid, impossible d’allumer un feu avec ce vent d’enfer. Préparer son sac pour demain, puis passer au PC médical pour mes pieds déjà remplis d’ampoules. Des seaux de bétadine sont installés, il faut y tremper ses petons et apprendre à soigner ses ampoules sous les ordres bienveillants du médecin Patrick Basset. Ames sensibles s’abstenir.

Séance d’escalade au 37ekm…

La fameuse plage de Coffete. ©Alexis Berg.

Ah et il faut aussi sortir pour aller faire pipi. C’est loin. Il fait nuit. Il fait froid. Les tentes claquent. La condensation fait tomber les gouttes sur le visage à partir de 3 heures du matin. Pas Je verse encore quelques larmes, j’envoie quelques sms. Il faut que je dorme. Demain réveil à 5h du mat. Départ à 6h. Lampe frontale pour l’étape longue… C’est 56 km qui s’annoncent. C’est la journée tant attendue, redoutée. Ensuite, il y aura un jour de repos pour se remettre de tout ça.

Cette étape va dérouler doucement, finalement sans stress malgré le passage difficile attendu vers le 37e km où il faudra monter dans un canyon en plein soleil. Il s’agira carrément une séance d’escalade en fait, après avoir marché le long d’une plage puis sur une corniche en surplomb de la mer.  

Ni Céline ni moi n’avions nos guêtres de protection anti-sable pour ce second jour. Elles nous ont lamentablement lâchées dès la première étape, car nous ne les avions pas cousues sur nos chaussures, mais simplement collées. Nous ferons donc régulièrement des pauses pour vider le sable de nos chaussures. C’est long 56 km. Quand enfin l’arche d’arrivée se dessine, après avoir passé tous les CP dans les barrières horaires autorisées, un immense soulagement m’envahi. On se le dit et se le redit : on finira et on finira à deux. 

Si je réussis cette étape-là alors la dernière se fera. Nous arrivons juste avant la nuit et les voisins  rencontrés la veille sont là. Il fait nuit mais nous allons tous partager un repas chaud. On se serre les coudes, c’est la solidarité de l’alvéole 38 qui va donner naissance à de belles amitiés. Jean-Marc, Lionel, Isabelle, Nathalie, Sandrine qui nous rejoignent Céline et moi. L’énergie passe vite. Elle passe bien. S’ajouteront à notre petit groupe 38 – the place to be – bientôt Eva, Karine, Laetitia, Nicolas et d’autres encore.

Journée de repos, soins des pieds, des jambes, sieste à l’abri du vent, lavage du linge. On papote. On rit. On déjeune. On refait les journées. On est bien. Le vent claque mais aujourd’hui on y attache moins d’importance. Coca frais servi vers 17h, et très vite la nuit tombe de nouveau sur le bivouac avant l’ultime étape de cette aventure.

Demain, c’est 5h du mat pour le départ. Tente pliée, sac un peu vidé. On remet cela. Dernier jour. Dans quelques heures la ligne d’arrivée tant espérée. Musique à fond en haut d’une montée de 2 km que nous avons du faire à pied sur du bitume pour mieux la redescendre quand le coup d’envoi de cette ultime étape sera donné.

L’arrivée, c’est tout la bas… ©Alexis Berg

Cours, on se retrouve à l’arrivée…

On commence à reconnaître les visages. Céline veut courir. Je ne peux pas. Ma cuisse coince. La liberté dans l’amitié : vas-y et on se retrouve sur la ligne d’arrivée en bas à l’hôtel. Je parle plus qu’avant. On arrive même à se moquer en discutant avec mon acolyte du jour pour cette dernière étape. Concentrée, je monte, je descends, je monte encore et je descends et j’arrive en vue de l’hôtel avec Jean-Marc. On franchit l’arrivée ensemble. C’est fort. C’est irréel comme ambiance. La fierté de se voir remettre la médaille et le t-shirt du finisher. Ce trophée qui sera exhibé pendant plusieurs jours. 

FINISHEUSE ET HEUREUSE !

 Céline arrive en courant de sa chambre. Elle s’est douchée, s’est dépêchée mais a loupé mon passage de ligne. Ce n’est pas grave l’essentiel est ailleurs,  on a nos médailles, le pari est réussi : on l’a fait. Finishers ! 

Il est temps maintenant de se faire tout beau tout propre pour la soirée de gala. L’alvéole « 38 » ne se reconnaît pas tout de suite. Changement de décor. Dîner à table, entre gens élégants. On rit. On dîne. On rit encore. On est heureux. Les pieds sont abîmés. Les dos coincent. Les chevilles sont gonflées. La course est finie mais on reprend nos discussions laissées quelque part dans ce désert. 

Vient le moment incontournable des projets. Et toi tu veux faire quoi la prochaine fois ? Laissez-moi réfléchir, un nouveau challenge ? Et pourquoi pas, j’ai bien réussi celui-là !