Depuis la rentrée, Julien Devanne enchaîne les victoires. Mieux. A un mois d’intervalle, ce consultant informatique licencié du FreeRun/A3Tours cumule les titres de champion de France sur semi-marathon et sur marathon. Une consécration !

Un doublé inédit. Julien Devanne vit une saison au sommet. Le 13 septembre à Auray-Vannes, il était sacré champion de France sur semi-marathon en 1h06’40’’. Le 25 septembre, il a remporté à l’arrachée Paris-Versailles en 52’. Le 6 octobre, il a gagné le semi de Run in Lyon en 1h08’21’’ avant de devenir, le 13 octobre, champion de France sur marathon à Metz en 2h25’27’’. Ce doublé semi et marathon, à un mois d’intervalle est assez inédit. On se souvient qu’Aline Camboulives l’avait réussi en 2015. Côté masculin, la référence est un certain Dominique Chauvelier. En 1990, l’athlète avait cumulé deux titres sur marathon et 25 km. Pour la petite histoire, les « France » de semi-marathon (21.1 km) n’existeront qu’en 1992. Julien Devanne avait alors trois ans. Il démarrera l’athlétisme quelques années plus tard en catégorie « poussin ». 

©PhotoRunning-FFA.

Après plusieurs places sur les « France » de semi-marathon ces dernières années, vous avez décroché votre premier titre national sur cette distance à Auray-Vannes, le 13 septembre. Racontez-nous… 

«  J’ai commencé l’athlétisme à Angers, où j’ai grandi, à l’âge de 8 ans. Je rêve depuis longtemps d’un titre de champion de France sur n’importe quelle distance. Il se trouve que c’est sur semi-marathon que je m’exprime le mieux. En coupant le fil de la ligne d’arrivée à Vannes, c’était un peu le feu d’artifice, la consécration. On passe une heure à courir à fond, il y a le stress de battre les adversaires, l’adrénaline de la ligne d’arrivée, le fait de repenser à tous les entraînements difficiles, tout cela se bouscule en quelques secondes… »

En bref. 30 ans, consultant informatique, habite à Lyon, licencié au club FreeRun/A3 Tours. Son palmarès avant 2019 : 10e des championnats de France de semi-marathon 2018 à Saint-Omer en 1h06’07’’, 3edes championnats de France de semi-marathon 2017 en 1h04’07’’ (2017), 2e des championnats de France de semi-marathon 2016 à Marcq-en-Baroeul en 1h05’47’’. Ses meilleurs chronos : 1h04’07’’ sur semi, 2h17’21’’ pour son premier marathon à Paris (2019). 

©E-Lemaistre. Victoire en 52 minutes sur le dernier Paris-Versailles.

Après ce titre à Vannes, vous avez gagné les week-ends suivants Paris-Versailles et le semi de Run in Lyon… 

« Oui, j’ai bien enchaîné. A vrai dire, Paris-Versailles n’était pas prévu. Suite à mon titre à Vannes, l’organisation m’a invitée à cinq jours de l’épreuve. J’étais en forme, je me suis dis que c’était peut-être le moment de gagner cette grande classique. Je n’avais pas repéré le parcours, ce que je ne fais jamais d’ailleurs. Je savais juste qu’il y avait deux bonnes bosses que j’ai bien gérées. Ensuite, le semi de Lyon était prévu. J’habite à Lyon depuis deux ans, et ce ‘Run in’ est un peu un championnat du monde local. Je portais les couleurs de mon entreprise, comme beaucoup de coureurs sur l’événement d’ailleurs. »

Sur votre lancée, vous avez décroché le titre de champion de France sur marathon à Metz le week-end suivant… 

« Oui, ce titre sur marathon c’était mon objectif de l’année. Le championnat de France de semi n’était qu’une étape. Mon chrono à Metz n’est pas fou (2h25’37’’, NDLR) mais je visais le titre avant tout. Sur les championnats, on court moins vite que sur les gros marathons car ce n’est pas la même stratégie. On court sans lièvre, en se jaugeant mutuellement, le but étant d’être le premier à l’arrivée. J’étais annoncé comme favori, ce qui m’a mis une pression supplémentaire au départ mais j’ai bien réussi à tirer mon épingle du jeu. Pourtant, cela n’a pas été simple. Courir un marathon, que l’on soit élite ou amateur, est toujours difficile. Décrocher le titre sur cette distance, après celui sur semi, c’était un très grand moment que j’ai vécu avec ma famille, et mon club FreeRun/A3Tours. Je pourrais dire que c’est l’apothéose de ma carrière sportive, mais j’espère vivre d’autres moments aussi intenses ! »


Quelle est la prochaine étape pour vous ?

« Porter le maillot de l’équipe de France ! Je représenterai la France sur Marseille-Cassis le 27 octobre, dans le cadre d’un challenge méditerranéen de courses sur route. En 2020, il y aura deux échéances avec les championnats du monde de semi-marathon en mars en Pologne, puis les championnats d’Europe de semi-marathon, en août à Paris. J’espère y participer. »

Avez-vous d’autres objectifs pour 2020 ? 

« J’aimerai bien recourir un marathon rapide, en 2h15’. A moyen terme, je vise 2h13’ sur la distance. Je retournerai peut-être à Paris, où j’ai couru mon premier marathon en avril dernier (en 2h17’21’’, NDRL) mais rien n’est décidé. » 

©Photorunning-FFA

Une semaine d’entraînement type pour vous, cela ressemble à quoi ? 

« En préparation marathon ou semi, je cours en moyenne 150 km par semaine. Cela peut varier de 100 à 180 km par semaine, de 6 à 14 entraînements. Je cours seul, coaché à distance par mon entraîneur Jean Theurel. Chaque semaine, je garde toujours la même structure, en trois séances « phares ». Le mardi, je fais du fractionné court, par exemple des 15 x 200 ou 300 mètres. Le mercredi, je fais du fractionné long,  avec des séries de 15 répétitions de 500 mètres à 800 mètres. Le dimanche, je fais des sorties longues de deux heures. Soit à allure constante, à 16km/h. Soit en variant l’allure avec 1h à 14 km/h, puis 1h avec des variations d’allures entre 16 et 20 km/h. En dehors de cela, je fais des footings à 13 km/heure. »

Entre votre travail de consultant informatique et vos entraînements, comment vous organisez-vous ? 

« C’est le plus gros souci car il faut trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et entraînement. Je jongle entre trois créneaux, le matin de 6h30 à 7h30, sur la pause déjeuner du midi ou bien le soir après 19h. Je m’adapte en fonction de mon emploi du temps professionnel. C’est un équilibre précaire car tout peu vite se dérégler en fonction d’impératifs ou de baisse de forme… »


Soignez-vous particulièrement votre récupération ?

« Je ne fais rien de particulier côté récupération. Je n’ai même pas le temps d’aller voir un kiné ! On me dit souvent de moins m’entraîner. En même temps, ma dernière blessure date d’une quinzaine d’années. Plus jeune, je m’hydratais mal, je courais même lorsque j’étais malade, ou je m’entraînais trop dur en étant parfois proche de la blessure. Maintenant, je me connais bien, je sais ne pas me mettre dans le rouge. » 

©Marathon de Metz-Mirabelle. Fier d’être champion de France de marathon !

Quel conseil donner à ceux qui débutent en course à pied ?   


« Je pense qu’il faut courir à la sensation, sans trop se poser de questions sur son cardio ou ses allures. Je vois parfois des débutants qui prennent des nutritionnistes ou qui se focalisent sur l’équipement. Tout cela représente des gains marginaux, et ne remplace pas le plus important : courir, s’entraîner, toujours en gardant la notion de plaisir. » 

Quelle clé pour progresser ? 


« En premier lieu, je dirai qu’il faut s’entraîner à courir vite. La compétition, c’est toujours le reflet de ce que l’on fait à l’entraînement. Et la course, c’est des mathématiques. Si l’on est capable de courir 10 x 1000 mètres à telle allure à l’entraînement, alors on sait qu’on peut faire un 10 km à la même allure en compétition. »

Nous avons demandé à Véronique Billat, physiologiste de renommée mondiale, son avis sur le marathon en 1h59’40’’ d’Eliud Kipchoge. Son analyse, publiée prochainement dans Journal of Sports performance and physiology est déroutante. 


Qui est Véronique Billat ?
Cette physiologiste française, professeure des universités, détentrice d’un brevet d’état 3e degré d’athlétisme, a notamment fondé la méthode d’entraînement BillaTraining et publié le livre Révolution marathon (Editions DeBoeck).

Quelle est votre analyse du chrono en 1h59’ d’Eliud Kipchoge ?

©DR

« Nous avons comparé les performances d’Eliud Kipchoge sur ses trois derniers marathons, tous à six mois d’intervalle. Berlin en septembre 2018, course de son record du monde en 2h01’39’’,  Londres en avril 2019 en 2h02’37’’ puis Vienne, le 12 octobre dernier, où il a couru en 1h59’40’’. Ce qui est intéressant, c’est l’analyse comparative entre la course officielle (Berlin) et la course articifielle (Vienne). Il faut d’abord savoir que ce qui caractérise Kipchoge, c’est qu’il a une formidable réserve de puissance liée à sa carrière en demi-fond. Il a imprimé depuis longtemps à l’entraînement des allures de 23-24 km/h et a une tendance naturelle à varier les allures sur marathon, en courant le second semi plus rapidement que le premier. »

“Le marathon en 1h55 est en vue.”

Véronique Billat.

Au-dèla des deux minutes d’écart entre ses chronos de Berlin l’an dernier et de Vienne, le 12 octobre, quelles différences avez-vous pointées ?

©DR. Eliud Kipchoge à Vienne le 12 octobre, sur le marathon organisé pour lui par la multinationale Ineos.

« A Vienne, il n’a pas pu exprimer tout son potentiel car le tempo lui était dicté par la voiture ouvreuse, et par les 41 lièvres qui se sont relayés autour de lui. Dès le départ, le motif était imprimé avec une allure constante oscillant entre 2’48’’ et 2’52’’. Cela l’a privé de son talent, de sa réserve de puissance. A Berlin justement, c’est lorsque ses lièvres ont craqué, au 25ekm qu’il a pu faire sa course. Il avait alors couru 2/3 du marathon sous sa vitesse moyenne, qui était de 20,8km/h, puis 1/3 au-dessus. A Berlin, il était à 94% de sa vitesse critique, c’est-à-dire la plus haute vitesse que l’on est capable de tenir sans atteindre sa VO2max. A Vienne, il a couru à 98% de sa vitesse critique, c’est-à-dire qu’il a davantage puisé dans ses réserves. » 

Selon vous, Eliud a donc réalisé une meilleure performance à Berlin l’an dernier même s’il a couru plus vite à Vienne ?

« Oui tout à fait. Dans le mot performance, il y a le chrono final certes, mais aussi le chemin parcouru pour l’accomplir. Si tout n’avait pas été si codifié et planifié à l’avance, on aurait peut-être pu voir les chiffres « 1h58 » ou « 1h57 » s’afficher à Vienne. En tout cas, le marathon en « 1h55 » nous paraît bien visible ! »

©Michael Gruber-VCM.

Comment expliquez-vous sa « fraîcheur » à l’arrivée à Vienne ? 

« Il n’a pas tout donné car il n’a pas pu gérer sa course lui même. »

L’absence de contrôle anti-dopage à Vienne fait débat. Votre avis sur ce point ? 

« Sa carrière et sa longévité parle pour lui ainsi que la constance de ses performances. A Berlin, rappelons-le, il y avait eu des contrôles. »

Et ses chaussures « magiques », dernier prototype de Nike, qui font « courir plus vite ». Anecdotique ? 

« Oui. »

Le célèbre chef cuisinier Thierry Marx est aussi marathonien. Il sera au départ des 20 km de Paris, qu’il parraine cette année. L’occasion d’en savoir un peu plus sur la place du sport dans sa vie.

Etre le parrain des 20 km de Paris, qu’est-ce que cela veut dire pour vous ? 

Thierry Marx : «  Je savoure le fait d’être le parrain de ces 20 km de Paris avec beaucoup de bonheur. Ça représente le sport, ça représente le lien social, ça représente un lien avec mon métier. La cuisine c’est “plaisir-bien-être et santé”. Le sport, c’est aussi “plaisir-bien-être et santé”. »

Quelle est la place du sport dans votre vie ? 

« Le sport est indissociable de ma vie. Le mouvement est indissociable de ma vie. Le sport, c’est mon premier plaisir du matin, au même titre que mon café. J’ai couru 17 marathons, 3 semis, et des trails aussi. Il m’est arrivé dans la vie de me laisser aller physiquement. Immédiatement, c’est le sport qui a reposé le cadre, qui m’a redonné une dynamique créative et une énergie pour être chef bien sûr, mais aussi chef d’entreprise. Le sport c’est magique. »

Avec Benoit Campargue, de l’association Pass’sport pour l’emploi.

Les 20 km de Paris soutiendront Pass’Sport pour l’emploi, association pour la réinsertion pour le sport que vous avez co-fondée. Expliquez-nous votre implication pour cette association…  

« Quand la vie frappe fort, on peut perdre confiance en soi. Le sport permet assez rapidement de se rééquilibrer, de se re-calibrer, corps et esprit. Et ça, on le démontre avec Pass’Sport pour l’emploi. C’est 100% de retour à l’emploi pour des jeunes qui a un moment donné se croyaient assignés à un quartier, à un échec scolaire, à une difficulté de vie passagère. Le sport est un cadre éducationnel qui leur permet de dire « je lâche la main du passé ». Rigueur, engagement, régularité. C’est le modèle du sportif qui nous permet de les aider. En course à pied, il faut regarder devant soi. Ce n’est pas le chemin parcouru qui compte, c’est le chemin qui reste à faire. Le sport est là pour nous aider, il ne faut jamais l’oublier. D’ailleurs quand je vois le travail et le succès des handisports, je dis chapeau bas. Il n’y a pas de raison de se plaindre. On avance. Même quand c’est dur et quand la douleur est un peu là. Si on a mal, c’est qu’on est vivant. Et si on est vivant, on avance, c’est ça la course ! »

Quel est votre plus beau souvenir de coureur ?  

« Je pense à Béhobie-San Sebastian. C’est une course particulière où l’on part du point de frontière de Béhobie pour arriver à San Sébastian et ce n’est qu’une course de côte. Ce jour-là, j’ai fait un bon temps. Je me suis accroché à un copain, qui lui ne voulait pas faire de temps. Je me suis mis derrière lui, je n’ai pas craqué et il m’a tracté jusqu’ à la fin. C’est un grand souvenir de camaraderie même si, pour l’anecdote, mes copains ne s’attendaient pas ce que je fasse un bon temps ce jour-là. Du coup, je me suis retrouvé à l’arrivée en simple short et maillot, sans sou à attendre qu’ils reviennent me chercher, et c’était long. »

La cuisine, c’est un travail d’équipe, on parle de brigade de cuisine. La course à pied, c’est un sport individuel. Vous auriez pu faire un sport d’équipe ? Qu’est-ce qui vous fait choisir la course à pied ? 

« Je pense qu’il n’y a pas de sport individuel. Certes vous êtes seul pour courir, pour monter sur un ring ou un tatami mais il y a autour de vous un écosystème bienveillant qui a permis que vous soyez là. Il ne faut pas l’oublier. On va plus vite tout seul mais on va moins loin. Si on veut aller loin, il faut un petit groupe autour de soi .»

©Vincent Krieger.

On parle d’une équipe de chefs cuisiniers au départ de la 41eédition. Vous en savez plus ? 

« On a lancé plusieurs pistes. Il y a des gens très discrets dans ce métier et qui font vraiment de la course à pied, puis d’autres qui en parlent beaucoup et qui ont font un peu moins. On verra qui sera là. En tout cas, il y a un exemple pour nous cuisiniers, c’est un monsieur qui a toujours démontré que le sport était bon pour la cuisine. Ce monsieur c’est Gérard Cagna, un grand de la profession, qui a démarré chez Maxim’s en 1962. Il a 74 ans et sera au départ. Il s’est inscrit car j’étais parrain. Initialement, il ne voulait pas refaire la course. Il fait encore de très très bons temps et démontre que le sport dans le monde du travail permet de durer dans de bonnes conditions. Et pour cela, je salue Gérard Cagna, qui a encore un rôle modèle pour moi et qui m’a beaucoup aidé dans la transmission du savoir-faire. »

Quel message aux coureurs des 20 km de Paris ? 

Le message est assez simple, je leur dis : pensez aux libellules. Vous allez partir d’un pont, y’a de l’eau, pensez à ces petites insectes. Les libellules n’abandonnent jamais. Elles ne reculent jamais. Vous avez 20 km à faire, donc allez au bout. Peu importe le temps. Le temps est contre vous, mais vous allez voir, la magie de l’arrivée, le bonheur de l’arrivée peu importe le temps que vous aurez mis. »

Récent vainqueur du Tour des Cirques du Grand Raid des Pyrénées, IL retrace sa course et se projette sur sa fin de la saison. Il espère frapper un grand coup à la Réunion après sa troisième place l’an passé

Interview réalisée par Pierre-Laurent Gou – Photos : DR

Quelles sont vos impressions après votre victoire éclatante sur le 120 km du Grand Raid des Pyrénées ? 

« Heureux, je ressors regonflé moralement. J’ai pris énormément de plaisir même si j’ai couru la plupart du temps tout seul. Je m’étais dit que je voulais rester jusqu’à Gavarnie avec les premiers pour m’habituer à courir en peloton et me gérer, mais le naturel a très vite repris le dessus. J’avais besoin d’être à mon rythme pour être bien. Je ne regrette pas ma décision car plus on avançait plus l’écart grandissait et j’ai pu profiter des paysages grandioses. C’est aussi pour cela que j’avais choisi cette course, pour découvrir de nouveaux sentiers, changer de ma routine d’entraînement. Le Néouvielle est fantastique mais aussi terriblement technique. J’y ai perdu 1h30 sur mon tableau de marche. »

© DR –

Au final, vous battez tout de même le record de l’épreuve…

« C’est secondaire, dans la dernière partie, j’avais le cœur assez haut, dans le Néouvielle, sur chacun des trois sommets traversés. La technicité du terrain rendait aussi cette partie difficile alors j’ai pris mon temps. Mais alors vraiment ! Je ne devrais pas le dire mais un moment, je savais que j’avais de l’avance, alors j’ai profité de la nuit claire. Je me suis couché sur l’herbe pendant cinq minutes et j’ai observé la voie lactée. Cette pause m’a fait le plus grand bien, avant la dernière descente sur Vielle-Aure où j’ai pu dérouler. » 

A vous écouter, on a l’impression que vous n’avez pas souffert… 

« Détrompez-vous ! C’est aussi dur. J’ai eu des baisses de moral par moment mais j’apprends à les gérer. Le GRP se veut magnifique mais aussi très technique. Il y a pas mal de sentiers avec des cailloux instables. On est aussi assez haut en altitude, à plus de 2000 mètres et l’organisme ne réagit pas comme en bas. Mais bon, les Pyrénées sont tellement beaux, qu’il suffit de détourner le regard pour reprendre des forces. » 

Comment avez-vous géré vos ravitos. On nous a parlé d’une pizza ? 

« Mon ami Michaël s’occupait des ravitos. Vu les conditions très chaudes, j’ai pris du liquide, des boissons énergétiques ou de sucré. En arrivant à Barèges, en début de soirée, je le vois manger une pizza alors je lui ai demandé de partager avec moi. Je suis reparti pour les quarante derniers kilomètres avec deux bonnes parts de pizza dans le ventre. L’an dernier sur la Diagonale, en haut du Maïdo, après une quinzaine d’heures d’efforts, j’avais déjà demandé la même chose à mon épouse. C’est peut-être le secret de la réussite (rires) ! »

©DR

Place maintenant à la Diagonale des fous où vous serez attendu suite à votre podium l’an dernier

Oui, c’est ma grosse course de l’année, et je voudrais y faire un bon truc. La saison a été bonne et j’espère que ce sera la cerise sur le gâteau. Je vais surement être plus attendu, mais le plateau y est toujours impressionnant. Je vais essayer de faire la même course que l’an dernier. 

Sauf que cette année, votre ambition est de gagner… 

C’est vrai que depuis ma troisième place de l’an passé, j’ai envie de plus mais quand on prend le départ de ce genre de courses, on ne sait pas ce qui va arriver. J’aimerai parvenir à la gagner, mais je ne sais pas si j’en ai les aptitudes. Ce sera ma cinquième participation, on verra bien ce qui va se passer. Je ne veux pas me mettre la pression. Je me considère toujours comme amateur, et cela me va bien. Depuis le début de l’année, j’ai fini mes courses longues fatigué à Madère comme Suisse en juin dernier. Le GRP m’a remis en confiance. Là, j’ai repris du plaisir sur du très long. Cela m’a regonflé à bloc.

La plus grande épreuve sportive et festive du département du Rhône s’annonce pour le 18 novembre. La fête sera complète, et le succès garanti. Le 13km affiche complet mais il reste des dossards pour le semi et le marathon. Un point avec le président des Beaujolais Runners.

Quelles seront les nouveautés de cette 13e cuvée ?

Un scoop d’abord, les semi-marathoniens passeront cette année par le Cuvage des Compagnons du Beaujolais, un endroit exceptionnel ! Pour la 12 km, le cru 2017 s’enrichit d’1 km et s’officialise en 13 km du Rhône, un clin d’œil au département du Rhône, parrain de la course, qui réunit 13 cantons. Sur cette course populaire, le port du déguisement sera quasi-obligatoire. La Beaujolais Colors by Color Me Rad, 4ème épreuve qui se veut festive comme ses ainées, mais avec une touche de fun en plus sera ouverte à tous, pour 5km sans chrono et suivi d’un festival électro.

Lors de la « nuit du marathon », vous célébrez (entre autres) les coureurs qui cumulent plus de 100 marathons à leur compteur. C’est une singularité…

Le Marathon International du Beaujolais, qui rassemblera 17 000 coureurs, privilégie l’ambiance festive. Certains, anonymes mais atypiques seront présents. Ainsi le « club des 100 » réunit traditionnellement  les coureurs « over 99 marathons ». Il nous a paru évident que tous ses coureurs anonymes passionnés de marathon méritaient une reconnaissance. Notre évènement situé en fin de saison est par ses aspects festifs très bien placé pour les honorer tous les ans. Ils sont devenus nos amis. 2 à 3 passent le cap à cette occasion. Le plus capé, Pascal Comte atteindra le 18 novembre plus de 370 marathons !

Sur ce Marathon du Beaujolais, on fait la fête sans modération, et on déguste ! Combien d’escales gourmandes en chemin ?

Les marathoniens auront la chance de traverser 9 magnifiques châteaux sur le parcours, 15 dégustations dont 9 ravitaillements complets. Sur le 21km, 14 dégustations dont 4 ravitos seront proposées. Enfin, les coureurs du 13 km du Rhône ne seront pas en reste, pas moins de 10 dégustations et 2 ravitaillements ponctueront le parcours.