260 grammes, c’est le poids annoncé pour ce sac de 24 litres de la marque française Raidlight. Incroyable non ? D’autant qu’il offre 8 poches intégrées. Dans le détail, ce système de portage qui se présente comme un gilet compte : une poche zippée sécurisée, une poche arrière extensible en trois parties qui sont accessibles depuis l’avant sans enlever le gilet (mais en se contorsionnant un peu tout de même…), deux poches latérales à fermeture éclair pour protéger les téléphones, les clés et autres objets de valeur et une poche principale de 23 litres. Pour l’hydratation, deux poches à l’avant sur les bretelles compatibles avec des flaques de 600 ml à 750 ml. Pour être complet, on retrouve un système de porte-bâtons avec des attaches sur les bretelles à l’avant et un sifflet de sécurité. Le sac est réglable au millimètre près grâce à un système de serrage Freelock sur les deux cotés. 

Mais surtout, l’atout de ce gilet, c’est un harnais réalisé dans un tissu très particulier qui lui donne aération permanente sans aucun ressenti d’humidité dans le dos. Pour le confort toujours, les coutures sont plates et découpées au laser. Dans le détail, un tissu PolyMono optimise la thermorégulation et un tissu Payen est utilisé pour ses qualités élastiques. La respirabilité, l’ajustement optimal et la légèreté, ce sont les trois points forts de ce sac. La capacité de portage elle est idéale pour les courses par étapes, les courses ultralégères sur de longues distances ou pour l’exploration. Et tout est produit en France, dans les ateliers de la marque à Saint-Pierre-de-Chartreuse dans les Alpes françaises. Que demander de plus ?…. Une meilleure solidité ! Car c’est la contrepartie de ce sac qui reste très fragile. Lors de notre test, sur une course à étapes de 120 km, un accroc dès la première étape dans la poche avant et sur la poche arrière. A 250 euros, c’est un peu dommage…

Sac testé par Sandrine Nail-Billaud.