La cryothérapie corps entier, également nommée neurocryostimulation intégrale, se pratique dans une pièce intégralement refroidie à – 110° C, l’ensemble du corps étant ainsi soumis aux effets de cette très basse température, contrairement aux caissons de cryothérapie ou la tête, et donc le cerveau, est exclue du processus.
L’équipement mis en œuvre est plus complexe et nécessite un bilan préalable effectué par un professionnel de santé qui encadrera également l’intégralité de la séance. La session se déroule sur une durée inférieure à 3 minutes, l’air froid produit dans la pièce est à un taux d’humidité très bas (inférieur à 20 %) ce qui rend très supportable le froid intense ressenti.


Cette action sur le cerveau, et donc sur l’ensemble du système nerveux, permet une meilleure stimulation de l’hypothalamus, libérant des hormones agissant sur
tout l’organisme, notamment des endorphines.
La cryothérapie corps entier semble ainsi particulièrement adaptée au soulagement de la douleur dans des pathologies qui touchent l’ensemble du corps ou du système nerveux (scléroses en plaques, maladie de Parkinson notamment), car la répartition du froid y est plus complète et plus homogène que dans une cabine en corps partiel.
Dès 2010, l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance) a développé ce principe de récupération pour les sportifs élite dans différents sports, parmi lesquels l’athlétisme.
Chaque séance se pratique en maillot de bain, toutefois les extrémités du corps sont isolées du froid : les pieds (chaussettes et sandales), les mains (gants), le nez et la bouche (masque) et le crâne (bandeau).




Désormais accessible aux sportifs amateurs, la cryothérapie corps entier est proposée dans différents centres Cryopole, au nombre d’une dizaine dans toute la France.