Nos athlètes français ont brillé sur les championnats du monde de trail disputés samedi 8 juin au Portugal, sur un circuit de 44 km et 2100mD+. Pour sa première sélection, la Française Blandine L’Hirondel, de Bayeux dans le Calvados, décroche la médaille d’or en bouclant la distance en 4h06’40’’. Chez les hommes, Julien Rancon de Limonest termine à la deuxième place en individuel en 3h37’47’’, à deux minutes du vainqueur Anglais, Jonathan Albon. Notre équipe masculine est sacrée championne du monde. Belle moisson. Bravo, champions !

Le Marathon des Jeux Olympiques de Paris 2024 sera pour la première fois ouvert au grand public. En attendant l’ouverture officielle des inscriptions, 46 amateurs (23 femmes et 23 hommes) pourront déjà tenter de se qualifier le 23 juin, journée de l’olympisme. Pour l’occasion, des courses seront organisées dans douze villes de France. A Paris sur la place de la Concorde transformée en terrain de sport, mais aussi à Angers, Bordeaux, Dijon, La Courneuve, Marseille, Montpellier, Mulhouse, Rennes, Saint-Etienne, Tours et Villeneuve d’Ascq.  Distance à parcourir : 2 204 mètres. Un tirage au sort désignera les 46 heureux élus. 

Recordman du monde sur marathon (2h01’39’’, à Berlin en 2018), auteur du deuxième meilleur temps de l’histoire à Londres (2h02’37’’, le 28 avril 2019), Eliud Kipchoge n’a pas dit son dernier mot. Il compte bien couvrir la distance en moins de deux heures. En mai 2017, le champion Kenyan a déjà tenté l’exploit avec son équipementier Nike sur le circuit automobile de Monza en « huit-clos », avec lièvres, véhicules pour le protéger du vent et le ravitailler. Il avait manqué son objectif de 26’. Sa deuxième tentative est programmée pour octobre, en Grande-Bretagne, selon le quotidien The Guardian. Le groupe pétrochimique Ineos financera l’opération. L’athlète devrait courir dans les rues de Londres, en présence du public. Un choix qui n’est pas anodin, puisque qu’Eliud a déjà remporté à quatre reprises le marathon de la capitale britannique. A suivre…

Profiter de son GPS pour s’amuser à faire un beau dessin et le partager avec votre communauté, ça vous inspire ? Dites « abracadabra » et suivez Strava.

C’est quoi, au juste ?
Cette tendance qui cartonne sur les réseaux sociaux s’appelle le GPS drawing ou « dessin de GPS ». L’idée, c’est de s’amuser, GPS en main, à suivre un itinéraire pré-dessiné.

Comment ça marche ?
Via Strava, le célèbre réseau social de sportifs, c’est pratique, gratuit, et l’on profite d’une cartographie exclusive. Ça marche aussi avec d’autres applis, comme Mapmyrun, mais il faudra dans ce cas préalablement tracer son itinéraire via Google Maps.

Des clics et des pas
Dessine-moi… Un mouton ? Tiens, et pourquoi pas ! Première étape côté ordinateur. On se connecte à son compte sur le site www.strava.com. On clique en haut à droite sur le « + » puis sur « créer un itinéraire ». On sélectionne sa ville. On zoome au maximum, puis on clique point par point pour dessiner la forme choisie, de rue en rue. Une fois le dessin achevé, on l’enregistre.
Sur le terrain le jour J. On se connecte à son appli Strava, on clique sur « enregistrer », puis sur l’icône en bas à gauche « utiliser l’itinéraire » pour retrouver votre trace enregistrée. C’est parti pour le suivi, point par point, smartphone en main, de votre dessin.

Nos conseils
– Choisir une grande ville. Plus le réseau de rues sera dense, plus vous aurez d’options.
– Commencer par une forme simple, même si vous êtes calée en dessin.
– S’armer de patience. Le « traçage » en ligne est fastidieux, il faut « prévoir » son coup, revenir en arrière fréquemment, s’adapter à la cartographie pour que l’itinéraire ressemble au dessin choisi.
– Prévoir une longue plage horaire pour le réaliser GPS en main. L’idée n’est pas de foncer, mais de s’appliquer… et de s’amuser.

1er juin – Oloron-Sainte-Marie (64)
Semi marathon Oloron
Pour son 30e anniversaire, ce semi se courra en nocturne le samedi, avec banda au départ et à l’arrivée. Ensuite, péritif avec tapas, repas (à réserver), remise des prix et tirage au sort d’une valeur de 4 500 € s’enchaîneront avant une soirée disco. Egalement un 10 km. Attention, nombre limité de dossards.


1er juin – Royan (17)
Marathon Royan Côte de Beauté
L’affiche s’étoffe d’un nouveau semi et de courses enfants. Pour le reste, le parcours du marathon, bien que modifié, restera magnifique, en bordure d’océan avec finish sur la grande plage, une arrivée commune à toutes les courses. Orchestres, meneurs, repas animé, l’organisation mettra le paquet.

9 juin – Les Sables d’Olonne (85)
Semi-marathon des Olonnes
Revigorant, ce semi au bord de l’océan, qui se court entre la promenade du centre-ville et le littoral, avec un finish de champion : un tour de piste sur stade de la Rudelière, devant les supporteurs. On peut aussi courir un 10 km.


9 juin – Paris (75)
Adidas 10 K Paris
Sur cette épreuve pilotée par ASO, on défend son quartier de cœur. Auteuil, Champs-Elysées, Batignolles, Pigalle, La Villette, République, Picpus, Italie, Denfert, Bir-Hakeim, Odéon, Bastille, Sentier ou Grand Paris ; à vous choisir « votre Paris » sur ce 10 km roulant, inédit, au cœur de Paris.

14-16 juin – Caen (14)
Courants de la Liberté
Impossible de rater ce festival de Caen ! Cette édition s’annonce historique, dans le cadre du 75e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Au choix : un marathon au départ de Courseulles-sur-Mer, à courir en solo ou en relais à 4, un semi Pegasus, un 10 km, une course féminine phénomène, La Rochambelle – 14 000 concurrentes attendues ! – mais aussi des courses enfants et une course rollers.


15-16 juin – Molsheim (67)
Marathon du Vignoble d’Alsace
Un parcours atypique entre vignes et villages alsaciens, 12 relais gastro-viniques riches en spécialités locales, des animations à foison. Ce marathon, 15e du nom, reste bien le plus festif du mois de juin. On ajoute qu’on s’y régale de parfaits accords met-vin. Le mieux, c’est de le courir déguisé, l’esprit léger. On peut aussi opter pour le semi ou le 10km pour participer à la fête. Egalement, marches et course enfants.
Marathon-alsace.com

16 juin – Course des Héros
La Course des Héros
Cette course caritative a déjà permis de reverser près de 15 M € à plus de 250 associations depuis sa création. Au choix : 2 km marche, 6 km marche ou course et 10 km. 3 rendez-vous le 16 juin à Bordeaux au Bois du Burck à Mérignac ou à Lyon au Parc de Gerland puis le 24 juin à Paris, au domaine de Saint-Cloud.


15-16 juin – Coulon (79)
Maraisthon
10e édition pour ce Maraisthon du Marais Poitevin. Engagé dans une démarché éco-responsable, il se court autour de Coulon, en passant par Le Vanneau et son port, Sansais-La-Garette et Magné, avec sa piste sur pilotis et ses passerelles. Un parcours plat (30 m de dénivelé), ombragé, au fil de l’eau, à découvrir en solo ou en duo. Animations variées le samedi, avec course enfants, 11,5 km à travers les passerelles maraichines, pasta-party bio. Egalement un 10 km et des marches le dimanche.
Maraisthon.fr

30 juin – Dans 15 villes !
10 km de l’Hexagone
Sur ce 10 km, on courra simultanément, le 30 juin à 10h, dans 15 villes de France, tout cela au profit d’une association. Rendez-vous à Beaumont-lès-Valence (26), Cabourg (14), Mabège (31), Carcans-Maubuisson (33), Le Luc (83) Paladru (38), Narbonne (11), Fay-aux-loges (45), Les Abymes (Guadeloupe), Saint-Pierre (La Réunion) Pacé-Rennes (35), Paris (75), Savigny-les-Beaune (31), Wasquehal (59), Paris (75). Pour cette année, deux villes étrangères seront invitées Bassam, en Côte d’Ivoire et Dakar au Sénégal.

30 juin – Boulogne-sur-mer (62)
10 km et Semi de Boulogne
21e saison pour le 10 km, sur le thème de la fête. Avec le semi, plus de 2 000 concurrents sont attendus pour se défouler au cœur de Boulogne-sur-Mer. Groupe de musique, animations et jeux concours ponctueront cette journée sportive à votre entre amis ou en famille.
www.njuko.net

Neuf athlètes sponsorisés par Hoka One One se sont attaqués le 4 mai à Sacramento en Californie aux records de 100 km et 50 miles sur route dans le cadre du projet « Carbon X », nouveau modèle route de la marque française. Malgré la chaleur (30°C) et un parcours peu propice, l’ultrarunner américain Jim Walmsley a établi le record du monde du 50 mile (non-officiel) en 4h50’’08’’. Il a couru les 50 miles (80,47 km) à une allure moyenne de 6’04 min/mile (3’43 min/km), effaçant ainsi l’ancien record du sud-africain Bruce Fordyce (4h50’51’’), vieux de 35 ans.

Dans le monde entier, plus de 100 000 participants courront en simultané, la Wings for Life World Run le 5 mai à 13h. Cette course planétaire est 100 % solidaire de la recherche sur les lésions de la moelle épinière. Pourquoi pas vous ? Près de chez vous ? Le défi : cumuler le plus de kilomètres possibles avant de se faire rattraper par une voiture-balai fictive. L’arrivée sera matérialisée par une ligne virtuelle qui remontera peu à peu le flot de coureurs, 30 minutes après le départ. Pour participer, il faut d’abord télécharger l’application Wings for Life.

7 avril – Autriche – MARATHON DE VIENNE a>
Valse de Vienne
Festival complet, cet événement capital, le plus couru d’Autriche (environ 40 000 participants en tout dont 10 000 sur marathon), avec label d’or de la fédération internationale IAAF. On découvre la Vienne moderne comme l’historique ville impériale, en longeant les berges du Danube.
Autres distances : semi, 10 km.

Haspa Marathon Hamburg 2016, Deichstrasse, *** Local Caption *** © hochzwei / angerer

28 avril – MARATHON DE HAMBOURG – Allemagne
Cousin germain
C’est le plus « gros » marathon de printemps chez nos voisins allemands, qui attend plus de 15 000 participants. Rapide (record en 2h05’30”) et agréable, il donne à voir toutes les facettes de la ville hanséatique. Depuis le centre des Congrès, on passe par son port, le plus grand du pays, près de l’un de ses lacs artificiels, sur les rives de l’Alster, par ses quartiers médiévaux et nouveaux. Un tour complet, mené tambours battants.
Photo ©Hochzwei

19 mai – Lettonie – MARATHON DE RIGA
Magique Baltique
Ce marathon letton fait un carton ! C’est désormais le seul d’Europe du Nord gratifié d’un label de d’or de la fédération internationale IAAF : un signe qui ne trompe pas. Quartier Art Nouveau, maisons en bois de Pardaugava et de l’île de Kipsala, rues pavées de la vieille ville médiévale, rives du fleuve Daugava ; le circuit, touristique et performant, donne à voir l’essentiel de cette jolie capitale baltique. Un ensemble architectural détonnant, classé au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.
Autres distances : semi, 10 km.

5 mai – République Tchèque – MARATHON DE PRAGUE
Festival tchèque
Romantique, cette ville aux cent clochers lovée dans les méandres de la Vltava. Son marathon, 25e du nom, compte parmi les plus beaux d’Europe. Au départ de la place de la vieille ville, 11 000 coureurs défileront à travers ses rues étroites, sur le pont Charles, au pied de son château… Un circuit agréable et rythmé – 30 groupes de musique – qui s’achèvera en fanfare devant la Rudolfinum Concert Hall, salle prestigieuse de la capitale tchèque.

Photographs from the 2018 Telenor Copenhagen Marathon


19 mai – Danemark – MARATHON DE COPENHAGUE
Danish delight
40e édition pour ce marathon gratifié d’un label de bronze de l’IAAF. En 42 km, un bel aperçu de cette capitale danoise et son art de vivre. Autour de d’Islands Brygge, le tracé file d’abord le long de l’eau, passe le jardin de Tivoli, la fameuse sirène sur son rocher, la résidence royale d’Amalienborg, les quartiers d’Østerbro, Norrebro Vesterbro, le tout ponctué de 40 « Power zones and entertainment ». Entraînant !
Photo : ©Photography_by_Matthew_James

1er juin – Suède MARATHON DE STOCKHOLM
Rêve scandinave
Ce marathon, le plus couru de Scandinavie, fait le tour des sept districts de Stockholm. On court d’île en île, autour du stade olympique, théâtre de 80 records du monde, où l’on franchit l’arrivée. Centre-ville, quartiers résidentiels ou branchés, ponts, parc, palais et monuments défilent dans une joyeuse ambiance. La belle suédoise promet de charmer…
©Richard Forsberg

9 juin – Belgique – BEER LOVERS’ MARATHON
Encore une petite mousse ?
Il ne manque pas de panache, ce petit « Médoc » version houblonnée. On court Liège déguisé, et l’on déguste à petites foulées. Une quinzaine de bières accompagnées de produits liégois, dans une ambiance sonore et délurée. Le parcours est varié, mais vallonné. Monuments du centre-ville, citadelle, parc, bords de l’Ourthe, terrils, on fait le tour de la cité Ardente, avec une montée bien piquante en début de course, la Montagne de Bueren et ses 357 marches. On vous le garantie, ce marathon-là vous laissera des souvenirs inédits !

Samedi 18 mai, le nouveau marathon du Clair de Lune fera le tour du lac d’Annecy, de nuit. Départ à 20h de Doussard, puis direction Talloire, Menthon-Saint-Bernard, Veyrier-du-Lac, Annecy-le-Vieux, Annecy, Sévrier, Saint-Jorioz et Duingt. Tracé essentiellement sur piste cyclable, le circuit s’annonce relevé avec 283 mètres de dénivelé positif, mais l’ambiance magique.

Plus d’infos sur www.courses.free.fr

Run My City revient pour une troisième saison, le 12 mai, dans Paris. Sur cette course façon rallye, il ne s’agit de pas de foncer tête baissée, mais au contraire de lever le nez pour découvrir des trésors cachés. Les deux nouveaux circuits de 9 et 15 km, tracés autour de l’hôtel de ville, visiteront une série de monuments en passant par les 1er, 4e, 5e, 6e et 7e arrondissements. Monnaie de Paris, Jeu de Paume, Petit Palais, musée Cognacq-Jay compteront parmi les passages inédits. Plus de 7 000 runners sont attendus sur les trois formules proposées : solo, duo et team de quatre.
Plus d’infos sur timeto.com

RUN MY CITY 2018 – 10 juin 2018


©Aurélien-Vialatte-ASO

Fort du succès de son circuit mondial 2018, le Golden Trail Series porté par Salomon fait des petits. Des challenges trail-running seront proposés en 2019 dans plusieurs pays européens, notamment en France et Belgique. Cinq étapes sont programmées, du Ventoux à l’Ardenne Belge, en passant par les Alpes et le pays basque. Les meilleurs athlètes (homme et femme) des 4 premières étapes seront invités à participer à la finale et pourront tenter de s’envoler pour la finale mondiale de 2020.

17 mars – Ergysport Trail du Ventoux à Bédoin (84) – 46 km
27 avril – Bouillonnante à Bouillon (Belgique) – 49 km
26 avril – Salomon Gore-Tex Maxi-Race à Annecy (74) – 42 km
30 juin – Marathon du Mont-Blanc à Chamonix (74) – 42 km
21 septembre – Skyrhune à Ascain (64) – 21 km

Photos : marathon mont-blanc ©Fabian Bodet – Ventoux ©jmk consult

Le Marathon du Golfe de Saint-Tropez revient le 31 mars 2019, pour sa deuxième cuvée. Son tracé relevé mais de toute beauté marie bord de mer, vignobles, collines et garrigue entre Sainte-Maxime et Cavalaire-sur-mer, en passant notamment par, Saint-Tropez et son port ainsi que Ramatuelle et La Croix-Valmer. L’organisation promet de faire déguster (vin et tarte tropézienne), propose une formule duo 2 x 21 km, mais aussi une nouvelle course de 18 km, la Transgolfe, entre Sainte-Maxime et Saint-Trop’. Attention, les places sont limitées.

En 2h01’39’’ à Berlin, le nouveau recordman du monde sur marathon a couru comme le préconise Véronique Billat, physiologiste de renommée mondiale, auteure de la méthode d’entraînement BillaTraining*. Décryptage.

Comment analysez-vous sa course record ?
« L’analyse est assez simple. Il est parti vite jusqu’au 5e kilomètre, puis a baissé sa vitesse jusqu’au 16e km, l’a réactivée jusqu’au 20e km, dépassant ensuite sa vitesse moyenne jusqu’à la fin. Ce que j’appelle une méthode en forme de cuvette. On parle également d’autosimilarité. Plutôt que de courir à vitesse constante, il a varié ses allures en fractionnant son marathon en 4 « cuvettes » durant lesquelles il a tour à tour accéléré puis décéléré, pour s’économiser.

Cette variation d’allure explique sa fraîcheur à l’arrivée ?
« Tout à fait, c’est mathématique, et physiologiquement prouvé. C’est cette méthode que nous préconisons à nos clients. La vitesse moyenne d’Eliud Kipchoge sur la distance est de 20,8 km/heure mais s’il on regarde ses temps de passage, on s’aperçoit qu’il a couru 2/3 du marathon sous sa vitesse moyenne, et 1/3 au-dessus. En courant ainsi, à vitesse variable et non constante, il s’est économisé, a écouté ses sensations. Il a fait l’inverse de ce que font – à tort ! – tous les marathoniens ou presque, qui courent à vitesse constante, effectuent 2/3 de la distance au-dessus de leur vitesse moyenne, s’épuisent, frappent le « mur » et courent le dernier tiers bien en-dessous de leur vitesse moyenne. »

Le marathon en moins de 2h, c’est pour demain ?
« Oui, il aurait même pu le faire ce jour-là ! D’ailleurs, il a déjà couru en 2h00’25’’ l’an dernier à Nonza en Italie avec son équipementier Nike. Il faut comprendre que courir est un métier, le gagne-pain de ce champion. Il n’a pas intérêt à établir un record en moins de deux heures tout de suite. A l’image de Sergueï Bubka, ancien recordman du monde du saut à la perche, qui gagnait centimètre par centimètre de meeting en meeting pour faire le jeu de son sponsor, il s’en approche chaque fois un peu plus. »
* www.billatraining.com, à tester gratuitement.

L’AIMS, association internationale des marathons et courses de distances, a fait état lors de son dernier congrès d’une inflation « marathon » spectaculaire en Chine. Plus de 5 millions de Chinois sont désormais marathoniens. En 2011, 22 marathons seulement étaient co-sponsorisés par la Chinese Athletic Association à travers le pays. En 2016, 328 marathons ont été organisés, puis en 2017, 1 102 marathons, soit une augmentation de plus de 335 % en un an !

7 octobre – Lyon (69)
Run in Lyon
Trois options pour « manger du Lyon ». 10 km ou 21 km, de loin les distances les plus prisées, ou bien 42 km. Quais de Saône, Vieux Lyon, Croix-Rousse, parc de la Tête d’Or, quais du Rhône, stade Gerland. En avant !

Run in Lyon 2017 – 01/10/2017 – Marathon et Semi-Marathon – Lyon – Quartier Confluence

7 octobre – Pertuis (84)
Marathon Provence Luberon
© Rosine Humbert et www.pleincadre.com
Belle bande de gais lurons attendus dans le Luberon ! À 20 minutes d’Aix, on courra et se régalera de spécialités provençales. Le long de la plaine de la Durance, jusqu’au château de la Tour-d’Aigues, le temps d’un marathon, d’un semi ou d’un 10 km.

14 octobre – Val de Reuil (27)
Marathon Seine & Eure
Ultra-rapide, ce marathon en aller simple à travers la campagne normande. On parie que ce sera celui de votre record ! On peut le courir en ekiden (marathon en relais à six), ou bien, nouveauté pour cette 14e édition en duo (2 x 21 km).

14 octobre – Metz (57)
Marathon de Metz
On se fait la belle au pays des mirabelles ? Le temps d’un 10 km autour de l’esplanade boulevard Poincaré ou d’un marathon champêtre tracé autour de Metz. Incontournable dans le Grand Est !
©P.Secco

21 octobre – Reims (51)
Run in Reims
Pour goûter aux charmes du terroir champenois, trois choix : 10 km, semi ou marathon. Le centre historique de Reims sera mis à l’honneur sur ce rendez-vous piloté par A.S.O., organisateur (entre autres) du Marathon de Paris.
©ASO

21 octobre – Toulouse (31)
Marathon de Toulouse Metropole
Marathon solo ou relais, semi-marathon, 10 km au choix sur des parcours 100% urbains, au départ du centre historique. Pont Neuf, Saint-Cyprien, Minimes, Cité de l’Espace, canal du Midi, cathédrale de Saint-Etienne et finish à deux pas du Capitole.
©Pascal Rondeau

4 novembre – Saint-Pol-de-Léon (29)
Saint-Pol-Morlaix
46e édition pour cette grand-messe du running breton. On peut courir le « classique » semi entre Saint-Pol et Morlaix (14h30), qualificatif pour les championnats de France, ou bien le petit frère, un 10 km (13h40) tracé entre Taulé et Morlaix pour se roder.

SAINT POL – MORLAIX 2013. 41° édition. Morlaix (29), le dimanche 03 novembre 2013. Photo: © Yves MAINGUY

4 novembre – Nice (06)
Marathon Nice-Cannes
Mer, palmiers et soleil commandé pour ce 11e marathon des Alpes-Maritimes. On peut partir de la Promenade des Anglais, à Nice, pour rallier la Croisette, à Cannes en solo, en duo ou en relais de six coureurs. Label de Bronze IAAF pour l’organisation de ce marathon, le deuxième plus populaire de France.
©Mouv Up

18 novembre – Boulogne-Billancourt (92)
Semi de Boulogne
©Anthony Chaumontel
L’an dernier, un tiers des participants y ont battu leur record. Séances d’entraînement gratuites et accessibles à tous, sas et meneurs d’allures le jour J : toutes les conditions sont réunies pour vous permettre de réussir votre défi.

25 novembre – La Rochelle (17)
Marathon de La Rochelle
Encore plus roulant, toujours plus urbain ! En deux boucles au départ du vieux port, il fait la part belle au centre historique, avec des derniers kilomètres rapides. À courir en solo, en duo ou en challenge entreprise. Également un 10 km.
©Maindru

21 octobre – Vannes (56)
Marathon de Vannes
Foulées iodées et ambiance vitaminée pour ce beau rendez-vous du calendrier. On peut courir son marathon, tracé le long du golfe du Morbihan, en solo, en duo (19 + 23 km) ou en bien relais à 4 (9 + 10 + 12 : 11 km). Autre option « express », un 10 km.

MARATHON DE VANNES 2017. Vannes (56), dimanche 15 octobre 2017. Photo: � Yves MAINGUY

10 novembre – Jarnac (16)
Marathon du Cognac
Gourmand et convivial à souhait, ce marathon charentais. En boucle autour de Jarnac, on découvre les vignobles du cru, en passant par le château Marnier Lapostolle et le chai Chez Royer, s’il vous plaît. Pour participer à la fête, on peut aussi courir le semi ou le 11,5 km.

17 novembre – Villefranche-sur-Saône (69)
Marathon du Beaujolais
17 000 coureurs venus de plus de 70 pays sont attendus pour fêter l’arrivée du beaujolais nouveau. Mythique pasta du vendredi, nuit endiablée du samedi, journée épicurienne au Hameau du vin le dimanche… On ne compte pas les dégustations et animations autour de ce marathon, de son semi et du 13 km du Rhône.

41e édition pour Paris-Versailles, la plus champêtre des Parisiennes. Cette « Grande Classique » occupe une place à part dans le cœur des coureurs, d’Île-de-France et d’ailleurs. Depuis 1976, son parcours, mythique, n’a pas changé. Départ au pied de la tour Eiffel, arrivée face au château de Versailles. 16 kilomètres qui valent bien un semi. Car l’aller-simple est pimenté par une série de montées (173 m de dénivelé), dont la fameuse côte des Gardes, qui fait sa réputation. Dans l’adversité, on peut compter sur la ferveur des supporters, des musiciens et le soutien des 800 scouts dispatchés sur les ravitaillements.


4 points à bien négocier
1. Km6-km8, c’est la fameuse côte des Gardes. Après 6 km de faux plat légèrement descendant, c’est une pente de 2,5 km avec 7% de dénivelé qu’il faut grimper, mais sans se cramer car ce n’est là que le début des réjouissances.
2. Km10, une nouvelle petite côte suivie d’une belle descente Km11… Pas de répit, les faux plats s’enchaînent en sous-bois dans la forêt de Meudon.
3. Km13, c’est la côte du cimetière de Viroflay, courte mais intense, moins réputée que la côte des Gardes, elle casse pourtant bien les jambes.
4. Km15, pour le finish, une longue ligne droite de 1,5 km en faux plat montant. Une fin de course qui paraît interminable, surtout à ceux qui ont tout donné quelques kilomètres avant…

En pratique
Départ : 10h, quai Branly pour l’élite.
Accès à la zone de départ : RER C, Pont de l’Alma, métros Bir-Hakeim (6) ou Trocadéro (6 et 9)
Sas :pas de sas en fonction du temps estimé, un départ toutes les minutes par vague de 350 coureurs, à partir de 10h01 et jusqu’à 11h.
Accès la zone d’arrivée : RER C, Versailles Château.
Retrait des dossards : Palais des Sports Robert Charpentier à Issy-les-Moulineaux le 21 septembre de 11h à 20h et le 22 septembre de 9h à 19h.
Vestiaires : dépôt sur le pont d’Iéna aux camions à partir de 8h15 et avant 9h30.
Attention : une valise ou un sac encombrant (dimensions supérieures à 55 x 35 x 20 cm) sera systématiquement refusée à la dépose des vestiaires.
Ravitaillements : km 5,3, km 8,5, km 13,1, arrivée (eau sucre, oranges, raisins secs.

PARIS-VERSAILLES 2016 – 25/09/2016 – PHOTO JEAN-MARIE HERVIO / KMSP


RUNNING – PARIS-VERSAILLES 2011 – PARIS (FRA) – 25/09/2011 – PHOTO : JULIEN CROSNIER / KMSP / DPPI –

Crédits photo : ©KMSP