Angkor, sera une nouvelle fois la chasse gardée des trailers pour quelques jours lors de l’Ultra-Trail d’Angkor qui proposera 6 formats de course le 22 janvier prochain.

Courir cet Ultra-Trail d’Angkor est un privilège : il s’agit de la seule compétition autorisée à fouler le site de Siem Reap, joyau naturel et culturel classé au patrimoine mondial de l’Unesco.  Lors de la dernière édition, plus de 1200 participants, venant de 44 pays étaient au rendez-vous. L’organisation française, emmenée par SDPO propose six formats : 100 km, 64 km, 42 km, 32 km, 16 km et 16 km en marche nordique. Pas de sommet à gravir ici mais une chaleur moite, principale difficulté à gérer en plein hiver. Quelle que soit l’option choisie, l’émerveillement sera de la partie. Sentiers serpentant dans la jungle, temples-montagnes dévorés par les racines géantes des fromagers, pistes filant à travers les rizières et traversées de villages s’enchaînent sur ces parcours inédits.

SDPO s’occupe de votre hébergement et propose plusieurs séjours touristiques autour de cet évènement avec des excursions possibles au Vietnam sur la baie d’Halong, le Mékong ou encore en Thaïlande à Phuket. A partir de 600 euros, vous pourrez profiter d’une semaine inoubliable et d’une cure de soleil exquise en plein hiver !

L’épreuve mythique du 42 km du Marathon du Blanc (38 km, cette année, suite aux modifications de parcours liées à la sécurité sanitaire) a rassemblé plus de 1 200 coureurs. En tête, du beau monde et du gros niveau pour cette seule étape française des Golden Trail World Series !

Sans surprise compte tenu du plateau sportif, la bataille a démarré dès le top départ sur les sentiers chamoniards. En témoigne, la moyenne stratosphérique des 3 premiers : Stian Angermund, Davide Magnini et Bartholojev Przedviewski à plus de 11 km/h de moyenne (et une moyenne sur la descente du sommet des Posettes jusqu’au village de Vallorcine soit 900 m D- à plus de 21km/h) !

Hyper-technique

Le parcours de 2630 m de dénivelé positif et 1700 m de dénivelé négatif est considéré comme hyper technique. Il favorise les athlètes montagnards et grimpeurs avec cette particularité unique d’une arrivée en côte (1000 m de dénivelé positif  pour l’effort final) face au Mont-Blanc, à 2000m d’altitude (contrairement à la grande majorité des trails qui se termine en descente). Forts dans ces conditions, Stian le Norvégien et Davide le jeune champion Italien de ski d’alpinisme, ont su tirer profit de cette technicité devant le polonais Bart qui s’est tout de même offert une belle échappée dans la descente exigeante des Posettes.

Victoires norvégienne et suisse

Au final, le Norvégien Stian Angermund termine en 3h18mn 8s devançant l’Italien Davide Magnini de 2mn et le polonais Bartholojev Przedwojewski de 5mn 15.
A l’arrivée, les élites étaient unanimes, le marathon du Mont-Blanc 2021 a été difficile de bout en bout chacun poussant sa propre limite dans les parties qu’il affectionne entrainant les autres à se dépasser toujours plus.

Côté femmes, dès les premiers kilomètres, les favorites ont confirmé leur statut de leader avec des courses vécues bien différemment pour chacune d’entre elles.
En s’installant en tête dès les premières foulées de la course, la suissesse Maude Mathys, grande favorite de l’épreuve, a confirmé toutes les attentes. Forte de son expérience et d’une gestion de course implacable, elle remporte haut la main ce Marathon du Mont-Blanc en 3h51 et 04 sec, signant sa deuxième victoire sur cette course mythique (victoire en 2012)  et un scratch final à la 23ème place. 

Sa benjamine, la Française Anais Sabrié termine à plus de 10 mn sans démériter pour autant pour sa 1ère course internationale grâce à une course intelligente en devançant de 7 mn Blandine L’Hirondel autre grande favorite qui termine dans la douleur (problème de cheville).

Le célèbre 90 km du Mont-Blanc (85 km au réel), première des 7 courses qui ouvrait ce week-end exceptionnel du Marathon du Mont-Blanc, est remporté par le Français Martin Kern et l’Américaine Hillary Gerardi.

Un 90 km de rêve pour un retour à la compétition pour la très grande majorité des coureurs après la disette covid ! Le temps magnifique, les névés encore présents en altitude et les températures clémentes sous le soleil de Chamonix ont offert des conditions optimales aux 596 participants dont 43 femmes pour avaler ce parcours ultra technique de 6020 mètres de dénivelés cumulés, en moins de 24h (barrière horaire). Sur cette course il y a “du technique, du roulant, du raide, de la piste, du single, du froid, du chaud” comme l’exprimait le vainqueur Martin Kern à son arrivée.

Martin Kern au sommet

Le départ donné à 4h du matin à l’Aire des Parapentes fut organisé en 3 vagues  espacées de 10 minutes afin de respecter le protocole sanitaire. Dès le départ une bataille acharnée s’est joué entre les 10 favoris qui sont restés groupés pendant les ¾ du parcours. Martin Kern, très attendu mais pas ultra-favori (14ème cote ITRA du jour), arrache la victoire en affichant un temps de 10h 23 minutes et 11 secondes, devançant de 5mn le jeune (24 ans) Mathieu Delpeuch suivi à 2mn30 du Russe (favori du jour), Dmitry Mityaev.

Côté femme, la tête de course a été menée par l’impressionnante Hillary Gerardi. L’Américaine gagne ce 90 km en 11h 54 min et 11 sec et s’offre le luxe d’un scratch final à la 17ème place, elle est suivie par l’Italienne Giuditta Turini et la russe Ekaterina Mityaeva (qui termine à la même place que son mari !).

Les 10 km de Paris reviennent le dimanche 26 septembre 2021.

Touts les modalités d’inscriptions et les informations sur le parcours sont en ligne sur le site d’ASO.

Rendez-vous au début de l’automne 2021 pour cette course de 10 km sur un magnifique parcours, plat et propice à un chrono !

L’organisation des 20 km de Paris vient d’annoncer l’ouverture des inscriptions, avec les modalités de participation.


En plus de la classique distance de 20 km qui aura lieu le dimanche 10 octobre sur le parcours habituel, entre le pont d’Iena, le bois de Boulogne et les quais de Seine pour une arrivée au pied de la Tour Eiffel, il est également proposé plusieurs autres formats, ainsi que trois courses de préparation connectées, et ce dès le mois de juin 2021.



Vous pouvez retrouver sur le site de la course l’intégralité des propositions de l’organisation.



Le ” Harmony Genève Marathon for Unicef ”
aura lieu du 1er au 30 mai 2021.


Face aux fortes contraintes d’organisation d’une course classique, le marathon pourra se courir tout au long du mois de mai sur un parcours adapté.

Benjamin Chandelier, directeur de l’événement, est très heureux de lancer cette édition adaptée : “ Nous sommes très enthousiastes de pouvoir organiser notre événement cette année avec un concept très similaire aux éditions précédentes mais adapté à la situation sanitaire que nous vivons actuellement. Les participants pourront se mesurer individuellement sur une distance officiellement mesurée, le jour de leur choix tout au long du mois de mai. Nous remercions l’ensemble des participants, nos bénévoles, nos partenaires, nos prestataires et toutes les collectivités et administrations pour leurs messages de soutien qui nous vont droit au cœur et qui nous permettent d’avancer malgré la période difficile que nous traversons. ”



Cette année, les coureurs et marcheurs pourront participer à une ou plusieurs des six épreuves proposées : marathon, semi-Marathon, 10 km (course, marche ou marche nordique) et 5 km ” La Genevoise #LikeAGirl by Always ” qui cette année sera ouverte aux hommes également. Toutes ces épreuves sont accessibles aux athlètes en fauteuil.
Chaque challenge individuel pourra être effectué entre le 1er et le 30 mai, les jeudis, vendredis, samedis et dimanches, aux tranches horaires proposées par l’organisation et dans le respect des règles sanitaires en vigueur le jour de l’événement.
Afin d’éviter toute fermeture de route, de nouveaux parcours ont été imaginés, permettant ainsi aux participants de courir ou marcher en toute sécurité le long des quais et de bénéficier d’une vue continue sur le magnifique jet d’eau du lac Léman. Les départs se feront au jardin Anglais les jeudis et vendredis à partir de 6 heures et les samedis et dimanches à partir de 8h. Les dernières arrivées se feront au plus tard à 20 heures au même endroit.



Plus d’informations sur le site web de la course.

La 42e édition de la classique Marseille-Cassis est prévue le 31 octobre. 5 000 dossards restent à prendre, à réserver entre le 16 et le 18 mars.

Après l’édition 2020 annulée, La SCO Sainte Marguerite et la Ville de Cassis, co-organisateurs de la course, qui se projettent désormais avec optimisme vers l’avenir et l’organisation de Marseille-Cassis à l’automne prochain. La 42e édition est prévue le 31 octobre, en compagnie de 15 000 coureurs.

Dans la perspective d’une reprise adaptée des évènements de masse au second semestre, l’organisation se donne la possibilité de mettre en place un dispositif établi sur le modèle de 3 courses, avec 3 départs distincts, comptabilisant 5000 personnes chacune.

Dernière phase d’inscriptions

Suite à une première phase, du 8 février au 1er mars, consacrée à l’enregistrement en ligne des coureurs inscrits l’année dernière ayant opté pour le transfert de leur inscription vers l’édition 2021, soit plus de 65% des participants enregistrés en 2020, les nouvelles inscriptions de cette 42ème édition, représentant 5000 dossards, se dérouleront en trois temps à partir du mardi 16 mars :

• Inscriptions pour les groupes : Mardi 16 mars 2021 à 10h exclusivement en ligne sur www.marseille-cassis.com

> Session ouverte aux entreprises, associations et clubs sportifs avec réservation de 10 à 100 dossards maximum / Tarif unitaire 60€/dossard

• Inscriptions pour les licenciés FFA : Du mercredi 17 mars à 10h au jeudi 18 mars 2020 à 10h

> Session limitée à 500 places et au tarif exceptionnel de 58€ (hors options et frais de gestion)

• Inscriptions individuelles : Jeudi 18 mars 2021 à 12h exclusivement en ligne sur www.marseille-cassis.com

Tarif unitaire 60€/dossard

L’île espagnole de Gran Canaria est sous les feux de l’actualité trail avec pas moins de 6 distances au programme de ce dernier week-end de février !

De l’ultra distance de 360 km avec l’inusable Luca Papi à la bien plus accessible petite course de 17 km, il y en a pour tous les niveaux : 129 km, 65 km, 42 km et 30 km.

L’intégralité des courses est à retrouver sur le site Transgrancanaria.

Wings for Life World Run vous donne rendez-vous le dimanche 9 mai pour une course où la ligne d’arrivée se trouve… derrière vous ! Une course solidaire à courir partout dans le monde.



Le format de la course

Wings for Life ne ressemble à aucune autre course. Tout d’abord, le signal de départ se fera entendre en même temps partout dans le monde, à 11h UTC (13 heures en France).

Et surtout, n’y a pas de ligne d’arrivée ! À la place, une Catcher Car virtuelle sélance 30 minutes après le départ et rattrape les coureurs les uns après les autres. Si vous choisissez un rythme tranquille, vous serez peut-être rejoint au kilomètre 5, mais si vous préférez un rythme plus soutenu, vous transpirerez jusqu’au kilomètre 60. Vous avez un objectif précis en tête ? 
Le Goal Calculator vous aidera à déterminer le rythme que vous devrez maintenir pour effectuer la plus longue distance possible.

Votre résultat final ne sera pas le temps effectué, mais la distance parcourue. La ligne d’arrivée n’est pas devant vous, mais derrière vous.

Courir ensemble

Vous êtes un coureur professionnel ou un fun runner ? Vous voulez participer à la course en fauteuil roulant ? Vous aimeriez courir déguisé ou donner du fil à retordre à la Catcher Car ? Tout cela est possible ! Wings for Life World Run accueille tout le monde, quel que soit son niveau ou son âge. Ensemble, vous courez pour ceux qui ne le peuvent pas.

Votre départ, votre don

En participant à Wings for Life World Run, vous faites une bonne action, vos frais d’inscription et vos dons seront intégralement reversés pour soutenir la recherche sur les lésions de la moelle épinière. Ce projet est rendu possible par Red Bull et d’autres sponsors qui couvrent tous les frais administratifs.

Se retrouver à plusieurs

En fonction de l’évolution des conditions sanitaires, et sous réserve d’autorisation administrative, un rendez-vous est prévu en France, à Mulhouse, pour participer en groupe.

Rendez-vous le dimanche 9 mai à 13 heures précises pour un format de course inhabituel au profit de la recherche médicale.

Plus d’informations sur le site de la course.

Le marathon de Colmar aura lieu le dimanche 12 septembre 2021. Cet événement sportif 100 % bénévole et 100 % solidaire propose plusieurs distances en plus du marathon, pour permettre à tous les niveaux de participer, y compris des courses pour les enfants.



Le marathon de Colmar est organisé par l’association ” Courir solidaire “ composée d’une trentaine de membres bénévoles.Il s’inscrit dans une volonté de réduire son impact environnemental négatif. Cette démarche comprend toute une réflexion sur la gestion des déchets en partenariat avec la société Schroll, la proposition d’une solution de covoiturage sportif et de navettes avec la société LK Tours, la dématérialisation du retrait des dossards et de la publication des résultats.

En 2019, le marathon de Colmar c’était :

  • 600 marathoniens
  • 2100 semi-marathoniens
  • 180 équipes en relais
  • 115 équipes en escadrille
  • 330 enfants

LES + DES COURSES DU MARATHON DE COLMAR :

  • Services de secours et soins
  • Meneurs d’allure sur le marathon et le semi-marathon
  • Service de navettes en bus pour les participants au marathon en escadrille et Finisher au départ et à l’arrivée près du village marathon
  • Équipes médicales et kinés à l’arrivée
  • Animations musicales tout au long du parcours
  • Douches au gymnase du château d’eau

Inscriptions en ligne www.sporkrono.fr

Plus d’informations sur le site du marathon de Colmar.

Le grand rendez-vous messin est attendu le 18 octobre. Un petit tour au pays de la mirabelle en compagnie d’Hubert Ehrminger, président de l’évènement.

Les professionnels de santé seront vos invités d’honneur, expliquez nous votre démarche… 

« L’idée, c’est d’honorer médecins, anesthésistes, infirmières, aides-soignants, tous les professionnels de santé qui en hôpital, de façon indépendante ou en EPHAD, sont au front aujourd’hui. On offre un dossard et un t-shirt particulier à tous ces professionnels qui veulent s’inscrire au marathon, mais aussi le relais à 2 ou 4 et le 10 km. Nous allons aussi mettre à disposition des stands sur notre village pour valoriser leurs filières de formation et reverser 1 euro par dossard à une association caritative choisie avec eux.  

©P.Secco

Quelles sont les nouveautés prévues à la 11e édition ?

« Nous chouchouterons particulièrement ceux qui courront le premier marathon à Metz, avec un coaching en amont, un t-shirt personnalisé, un massage kiné après la course et des cadeaux. Autre nouveauté, comme Philippidès qui avait porté un message de Marathon à Athènes, chaque marathonien sera invité à déposer un message personnel qui défilera sur écran géant  à son arrivée pour créer une animation fun. Nous poursuivons aussi notre culture du service, avec garderie d’enfants, retransmission en direct en intégralité à la télévision du marathon sur les 20 chaînes locales du réseau Vià, arrivée filmée pour chaque concurrent, application de suivi, etc.   

Donnez-nous envie de venir courir à Metz le 18 octobre !

« On va vous promener à travers 3000 ans d’histoire ! Metz, que peu de Français connaissent, est une ville au patrimoine extrêmement riche qui a gardé des traces de l’époque gallo-romaine, Moyen-âge, Renaissance, notamment dans le centre historique. On va baliser tous les endroits sur lesquels les marathoniens passent pour leur indiquer les monuments, ici une voie gallo-romaine, là une cathédrale. Le départ sera d’ailleurs donné par un coup de canon de Gribeauval de l’armée napoléonienne, Metz ayant abrité dans son histoire l’école d’artillerie de l’armée française, avec les Hussards du 2ème Régiment de Hussard de Metz. »

Du 8 au 14 juillet prochains, le premier Trail de France s’annonce en 380 km en six étapes. Zoom sur ce “Tour de France” par les sentiers.

Au milieu des annonces d’annulations de course, enfin une nouvelle réjouissante : l’avènement d’un nouveau trail pour juillet 2021, un trail format XXL. Imaginé par l’agence Trail The World, ce premier Trail de France cumulera 380 km et 14 000m de dénivelé positif en six étapes sur six jours. Il sera possible de vivre cette épopée en solo intégral, par équipe de 3 ou 4 coureurs, ou bien à la carte, à la journée. Les inscriptions sont ouvertes et le circuit est désormais dévoilé : il traversera plus de trente communes, huit départements et trois régions.

Trail de France

Six étapes de l’Ain au Cantal

1e étape – 9 juillet : 51 km (1 800 mD+) à la découverte du Jura, de Valserhôme à Culoz (01)

2e étape – 10 juillet : 83 km (3 800 mD+) à l’état sauvage dans le Vercors, de Léoncel (26) à Lus-la-Croix-Haute (26)

3e étape – 11 juillet : 72 km (3 360 mD+) qui sentiront bon la Provence entre Buis-les-Baronnies (26) et Séguret (84) avec un aller-retour sur le Ventoux.

4e étape -12 juillet : 80 km (2 600 mD+) dans les Cévennes, avec ascension du Mont Aigoual de Lézan (30) à Meyrueis (48)

5e étape – 13 juillet : 78 km (1 770 mD+) entre lacs et rivières d’Aveyron, de Salles-Curan (12) à Saint-Cyprien sur Dourdou (12)

6e étape – 14 juillet : 11 km en contre-la-montre dans le Cantal, autour de la station du Lioran (15).

En pratique

Comment cela se passe ? L’organisation prend en charge ravitaillements sur les étapes, repas locaux midis et soirs, campement chaque soir et transports en navette d’une étape à l’autre.

Combien ça coûte ? 890 € pour la version solo en intégrale, 1790 € pour une équipe de 3 (soit entre 10 et 25 km par jour par participant), 2190 € pour une équipe de 4 soit entre 10 et 18 km par jour par participant. Entre 20 et 90 € pour participer à une étape à la journée.

Toutes les infos : https://letraildefrance.com

Le Marathon, les 10 et 20 km de Tours vous challenge avec une course virtuelle solidaire qui court jusqu’au 26 septembre. A vos chronos !

Faute de pouvoir courir le grand rendez-vous running tourangeau, l’organisation propose un défi connecté et solidaire. Le dossard virtuel coûte 5 € et votre participation sera entièrement reversée à l’association Vaincre la Mudoviscidose. Jusqu’au 26 septembre, on peut choisir son épreuve : 10 km, 20 km, marathon ou marathon duo, à courir dans la ville et sur le parcours de son choix. Il suffira ensuite d’enregistrer sa performance grâce à son application de running ou sa montre GPS. Le classement sera communiqué le 27 septembre, avec diplôme virtuel à chaque participant.

Dernier grand marathon du calendrier français, La Rochelle fête cette année son 30e anniversaire. Le 29 novembre, on retrouvera avec plaisir son parcours très rapide doublé d’une bonne dose de convivialité. Nicolas Mauny, responsable de l’organisation, nous en dit plus. 

La Rochelle, c’est un des plus anciens marathons français. On l’apprécie pour le décor, l’ambiance, autant que la qualité de son organisation, qui depuis 30 ans est une association…

Nicolas Mauny : « Oui, nous avons un statut associatif depuis 1991. C’est notre ADN qui va avec la volonté des 60 adhérents de l’association de conserver la même philosophie, en misant sur le partage et la convivialité. Comme association loi 1901, nous ne sommes pas la recherche de profit. Notre droit d’inscription, nous le maintenons le plus bas possible en fonction de l’organisation que l’on souhaite mettre en place. Cette année, le dossard était affiché à 56 euros pour le premier tarif et maintenant à 64 euros pour le deuxième tarif, ce qui reste plus que raisonnable par rapport à l’ampleur de l’événement et les dotations que l’on offre à l’arrivée. Depuis toujours, nous offrons l’inscription aux demandeurs d’emplois. Aider des personnes qui sont momentanément sans emploi en leur permettant de participer gratuitement, c’est une valeur qui nous est chère. » 

Que prévoyez-vous de particulier pour cette 30e édition ? 

« L’objectif c’est de fêter cet anniversaire comme il se doit. On l’a appelé 30e rugissante. Nous avons choisi le thème de la mer avec des animations au départ comme sur le parcours, et une retransmission en direct sur France 3 Nouvelle Aquitaine.  Il y aura des animations dans la ville tout le week-end mais aussi sur le village avec une rétrospective des 29 précédentes éditions, des surprises et cadeaux pour les coureurs et les bénévoles. »

Pour cette édition anniversaire, La Rochelle, 3e marathon le plus couru de France* passera un nouveau cap avec 8000 marathoniens attendus. 

« Oui, cette année, nous avons voulu mettre en valeur le marathon, notre épreuve phare avec 8000 dossards disponibles contre 6300 l’an dernier. Afin d’accueillir au mieux les marathoniens, nous avons décidé de mettre le duo entre parenthèse, mais il est reviendra l’année prochaine. »

* derrière Paris et le Médoc

Sur le 10 km, vous gonflez aussi le nombre de dossards ?

« Oui, ce sera la 10e édition de ce 10 km. Nous avons prévu 3000 dossards. Cette distance est accessible et pourra accueillir les accompagnateurs ou des coureurs qui n’ont pas l’entraînement pour le marathon. D’ailleurs le circuit de ce 10 km sera encore plus rapide, avec un dernier kilomètre identique au marathon. Pour le final : une descente de la rue du Palais, un passage sous la grosse horloge, sur le vieux port et une arrivée au pied des deux tours de La Rochelle ! » 

L’un des atouts du marathon, c’est son parcours performant qui le classe 2e marathon le plus rapide de France derrière Paris. 

« Oui, c’est un parcours « à record », idéal pour ceux qui souhaitent performer. Nous l’avons modifié il y a 3 ans, il ne changera pas cette année car son côté performant plaît beaucoup. L’an dernier, nous avons eu la 2e performance française sur marathon avec le premier en 2h08’22’’ et la première féminine en 2h29’51’’. Côté statistiques, nous avons de très bons scores avec 4,8% de coureurs en moins de 3h et  53% des coureurs en moins de 4h. »

Décrivez-nous dans les grandes lignes ce parcours

« Nous avons d’abord un départ atypique qui se fait à proximité du vieux port avec deux départs en sens opposé, de chaque côté du Canal Molbec. Les deux pelotons se retrouvent après 600 mètres. Cela permet de fluidifier les premières foulées. Ensuite, le circuit est tracé en hyper-centre, avec un peu de bord de mer. C’est tout simplement une visite touristique de la ville en deux boucles. Nous avons énormément de public. Le spectateur peut voir 5 fois son coureur sans trop se déplacer ! » 

A l’arrivée, au pied des deux tours, une belle récompense avec des huitres à déguster… 

« Oui, la bourriche d’huîtres à chaque arrivant, c’est notre spécialité. Il y aura aussi le traditionnel coupe-vent, qui sera modifié cette année, une belle médaille, et un cadeau surprise pour la 30eédition. » 

Jusqu’à quand peut-on s’inscrire ? 

Il faut penser à réserver son dossard d’ici début septembre car les places sont limitées. Nous avons une forte demande d’inscriptions, au-delà de la courbe pour atteindre les 8000 coureurs sur le marathon, avec un bel engouement pour la 30e édition. Le tarif pour le marathon est désormais à 64 euros et pour le 10 km à 15 euros. »

Si l’événement devait être annulé à cause du contexte sanitaire, vous avez déjà annoncé des mesures. Expliquez-nous.

« Notre volonté par rapport aux différentes demandes des coureurs et au contexte actuel, c’était de nous positionner sans plus attendre pour donner des garanties aux coureurs. Nous avons donc déjà communiqué qu’en cas d’annulation, nous proposerions soit le report du dossard sur 2021, soit le remboursement intégral du dossard sans pénalités (au plus tard 31 janvier 2021), soit la possibilité de faire un don à l’association du marathon. On ne voulait pas que les coureurs soient pénalisés, ils l’ont déjà bien été depuis ce printemps. Nous sommes une structure associative solide et nous avons le soutien de partenaires institutionnels et privés, ce qui nous permet de proposer le remboursement intégral sans pénalité. C’est un choix « politique » fort, c’est sûr. On sait qu’on a le soutien des coureurs. La moindre des choses, c’est de se mettre à leur place, d’aller dans leur sens, de leur donner des garanties. »

Concernant les mesures sanitaires, qu’envisagez-vous ? 

« Il est prématuré de prendre des décisions aujourd’hui pour un événement qui aura lieu dans 4 mois et demi. Pour l’instant, il y a des réflexions, des pistes de travail. Les décisions seront prises en septembre, octobre et nous nous y plierons. On s’adaptera à la situation en temps voulu. »

Ce challenge propose de cumuler 996 km, soit la distance totale de la route Nationale 7 entre Paris et Menton, jusqu’au 31 décembre.

C’est quoi l’idée ? Ce N7 Challenge vous propose de courir, marcher ou pédaler 5, 10, 21, 50, 100 km (ou plus !), où que vous soyez, quand vous le souhaitez, seul ou à plusieurs peu importe la vitesse, à la rencontre de la Nationale 7, en cumulant les 996 km de cette route mythique que vous avez tous empruntée au moins une fois sur un tronçon.

Cumulez vos sorties, vos entraînements et toutes les activités qui vous feront avancer en kilomètres pour atteindre 996 km. A la fin de chacune de vos séances, découvrez en images les villes que vous auriez traversées.

C’est quand ? Départ le 10 juillet à 6h, jusqu’à 31 décembre à minuit.

Où ? Partout et n’importe où.

Comment ? A votre rythme. vous devrez parcourir la distance totale de 996 km de la RN 7 en enchaînant plusieurs sorties ou entraînements. Si vous ne pouvez pas terminer, vous serez classés en fonction du nombre de km parcourus et de tronçons réalisés.

Exemple : si vous vous arrêtez la fin du challenge au kilomètre 595, vous aurez donc fini 7 tronçons du parcours.

Une fois franchie la ligne d’arrivée vous recevrez un e-diplôme et un e-médaille personnalisée que vous pourrez partager à tous vos amis et aux personnes qui vous auront suivi durant ces 996 km de Paris à Menton…

Azur Sport Organisation, à l’initiative de ce challenge annonce qu’une partie des inscriptions sera reversée à la Fondation du Souffle pour soutenir la recherche post Covid-19.

Inscriptions sur www.n7challenge.fr

Dominique Chauvelier l’avait dit : il faut réinventer les compétitions de running. C’est chose faite avec l’organisation par le club Run and Freedom qu’il préside d’une course en relais baptisée Sarthe en Courant. Une manière de rendre hommage à la traditionnelle France En Courant qui n’aura pas lieu cette année à cause du contexte sanitaire que l’on connaît.

Par Sandrine Nail-Billaud.

L’idée était d’organiser un week-end sportif et fédérateur avec les adhérents portant le maillot toujours très remarqué de couleur noire et floqué du R rose, avec l’envie de remotiver les troupes pour redonner vie au club, marqué par cette période “blanche”, sans entraînements collectifs ni compétitions.

©Run and Freedom

C’est donc un week-end complètement fou, concocté par Damien Veillon, adhérent du club et  spécialiste de l’organisation d’évènements qui s’est déroulé le 3,4 et 5 juillet. Avec à la base un nouveau défi sportif pour des équipes constituées par tirage au sort. Le hasard a bien fait les jours : les “teams” se sont révélées très hétérogènes comme le souhaitait “Chauchau”, le président. En effet des femmes et des hommes de tous âges et de tous niveaux avec des coureurs élites comme Mohamed Serbouti, Dominique Chauvelier mélangés avec des coureurs avec des palmarès moins prestigieux. 

Un air d’aventure

Au menu, 194 km en relais pour les 7 équipes de 7 coureurs qui se sont toutes élancées le vendredi 3 juillet au soir. Première étape : Un contre la montre de 6km autour du plan d’eau de Sillé-le-Guillaume. La suite ? Un florilège de surprises ? Les coureurs qui n’ont pas fait que courir ! Kayak, course d’obstacles et même une épreuve de poteaux, clin d’oeil à l’émission Koh Lanta. 3 jours intenses, ponctués de nuits sous tentes en camping . Les équipes ont outes dû faire preuve de stratégie pour arriver au bout, puisque le règlement avait prévu des relais de 3 km minimum à 10 km au maximum.

©Run and Freedom

Au final environ 200 km courus pour traverser le département de la Sarthe, le tout dans une ambiance à 50/50 hommes et femmes dans un bel esprit de convivialité et de partage. L’équipe qui l’emporte psur l’étape des 122 km affiche une belle moyenne de 15,7 km par heure ! On vous laisse juger le niveau ! En tout cas, à l’issue de ces trois jours, les participants en redemandent.