Comment soigner une tendinite d’Achille

La tendinite d’Achille est une blessure fréquente. Ses causes sont nombreuses : intensité de l’entraînement, changement de terrain, chaussures inadaptées… Symptômes, traitements et mode d’action : faisons le point, avec notre médecin le docteur Jean-Pierre de Mondenard.

Tendinite d'Achille, une blessure fréquente.
Une douleur au talon après l’entraînement ? C’est peut-être une tendinite d’Achille.

La tendinite d’Achille fait partie des 10 blessures les plus courantes chez les coureurs. Elle doit être bien connue afin de la soigner dès les premiers symptômes. C’est la période où le traitement est le plus performant. Il s’agit d’une douleur sourde du tendon qui va progressivement croissante. Le tendon est tout d’abord douloureux lors de la pression, puis il le devient en permanence et au moindre effort.

La tendinite d’Achille est le plus souvent en rapport avec un problème d’origine mécanique : type d’appui, surtension musculo-tendineuse, usure et/ou déformations exagérées des chaussures. Ainsi, pour être efficace, le traitement doit en priorité corriger cette erreur mécanique.

Le repos est indispensable mais non suffisant. Les médicaments, s’ils peuvent jouer un rôle d’appoint, sont insuffisants pour guérir une tendinite d’Achille chez un sportif.

Les 4 phases d’évolution de la tendinite

stade 1 : la douleur apparaît d’abord dans les suites de l’effort, même plusieurs heures après. C’est le lendemain en se levant que le coureur a du mal à marcher, surtout lorsqu’il a le pied complètement à plat sur le sol. Ainsi, marcher pieds nus au lever, lui est pénible.

stade 2 : un peu plus tard, la douleur se manifeste au cours des premières minutes d’une séance d’entraînement Elle disparaît après quelques hectomètres d’échauffement, et réapparaître à la fatigue.

stade 3 : si le coureur insiste, la douleur devient permanente pendant l’effort. Cela entraîne alors une diminution de l’activité sportive.

stade 4 : la douleur devient constante, même au repos, en position assise. Elle gêne les activités quotidiennes (montée d’escaliers) et impose l’arrêt de la course à pied.

Le piège, ce sont les deux premiers stades, souvent négligés. En effet, ils n’empêchent pas vraiment de courir alors que c’est dès ce moment-là qu’il faudrait stopper sa pratique pour que la guérison soit très rapide et la mise à pied de courte durée.

Causes et traitement

D’abord, rechercher la cause

Cela peut être un tendinite par hyperfonctionnement du geste sportif lié au surentraînement, à la reprise trop brutale après une période d’inactivité ou l’accumulation d’épreuve sans récupération suffisante. Mais aussi, une tendinite par dysfonctionnement avec une chaussure usée ou inadaptée, des sols bombés ou incliné. Ou alors, cette tendinite serait due à un trouble morphologique comme des pieds creux, une inégalité des membres inférieurs, une tendon d’Achille court. Enfin, il existe d’autres facteurs favorisants comme l’âge, l’état dentaire, le surpoids, l’abus de protéines animales (viande rouge), la raideur des muscles postérieurs ou encore une mauvaise hydratation.

Puis, traiter la blessure

Le repos sportif est impératif lors de la phase douloureuse par quelque moyen que ce soit : plâtre (exceptionnel), strapping (bandes élastoplastes). Pour vous soulager, faites aussi surélever les talons de vos chaussures de 3,5cm afin de ne pas continuer à « tirer » dans le tendon à chaque pas. Dès le réveil, portez ces chaussures surélevées. Pensez à la cryothérapie : appliquez régulièrement, deux à trois fois par jour, une poche de glace sur la zone douloureuse (Cold-Hot®, HyperIce® Ice Bag de Zamst® ). 

Protocole de soins de la tendinite d’Achille

Au cours de la phase aiguë de la tendinite d’Achille, le repos doit être complet, par quelques moyens que ce soit : plâtre, attelle rigide ou semi-rigide (strapping), mise en décharge (talon surélevé). On recommande un repos du tendon variant entre 20 et 60 jours. On diminuera aussi la tension du tendon en se munissant de chaussures à talons épais et en ajoutant une talonnette intérieure de 15 mm. Un décalage de 3,5 cm entre l’avant et l’arrière de la chaussure suffit le plus souvent.

Massage du tendon d'Achille
Les massages donnent de bons résultats pour soigner la tendinite d’Achille.

Les traitements locaux

  • Dans un premier temps, on traite par le froid. On applique de glace après avoir protégé la peau par un tissu. 
  • Ensuite par la chaleur avec des infra-rouges, de la boue, des emplâtres américains. 
  • On applique de la pommade anti-inflammatoire
  • L’électrothérapie avec ultra-sons, ionisation, courant statique, ondes courtes, laser, ondes de choc radiales est une solution. 
  • Les massages donnent de bons résultats, à condition d’être pratiqués par une personne compétente. Le masseur effectue avec le pouce sur le tendon mis en tension par la flexion dorsale du pied (orteils vers le haut), de petits mouvements réguliers de va-et-vient dans le sens transversal. Le majeur peut aussi effectuer de petits mouvements circulaires.
  • L’acupuncture et la mésothérapie, cela fonctionne aussi.
  • Enfin, citons les infiltrations locales péritendineuses. Elles sont toutefois à éviter car elles risquent de fragiliser le tendon et ce d’autant plus que l’infiltration est faite dans le corps du tendon. Cette technique, bien que très efficace sur l’inflammation, s’apparente un peu à l’utilisation de la bombe atomique pour tuer une mouche. 

Si ce type de thérapeutique peut avoir des effets bénéfiques dans l’immédiat, le danger de certains de ces remèdes impose un traitement très court. C’est là un inconvénient sérieux, car la tendinite est une lésion aux rechutes fréquentes. 

Les traitement par voie générale 

  • Injections intramusculaires ou comprimés, traitement qui ne peut être prescrit que par un médecin. 
  • Anti-inflammatoires ne contenant pas de cortisone. 
  • Antalgiques (médicaments qui luttent contre la douleur) 
  • Décontracturants

Rééducation et reprise

Après le retrait du strapping, il ne faut donc pas reprendre le geste sportif ayant entraîné la tendinite. On peut le remplacer, à condition qu’il soit indolore, par un mouvement d’une autre conception : cyclisme, natation, course dans l’eau, marche avec haltères. Pour la rééducation, il y a plusieurs solutions. Des massages transverses profonds, des ondes de choc radiales et assouplissements du tendon par un thérapeute compétent ou encore un travail de la cheville sur plateaux d’équilibre (instables).

Enfin, l’activité sportive sera reprise très progressivement. A partir du moment où le sujet peut marcher 6 km en une heure sans éprouver aucune gêne pendant et après, il sera autorisé à reprendre la course à pied. Il convient également d’alterner toujours marche et course pendant une période qui sera définie au cours de la consultation.