Petit florilège de nos caractères et travers en huit personnages imagés façon Blanche Neige et les sept nains. Un conte de fée revisité en mode « course à pied », juste pour se défouler. Une chronique du coureur lambda imaginée par Dominique Cado.

©Sebastien Lamart

Dominique Cado, c’est un marathonien breton d’un âge que les moins de de vingt ans ne peuvent pas connaître, auteur du site www.lalignebleue.net

Loin de moi l’idée de me prendre pour un des frères Grimm et Blanche Neige et les sept nains, célèbré par Walt Disney, mais il faut reconnaître que si on ne rencontre pas très souvent Blanche Neige dans les pelotons de courses à pied, la présence des sept nains ou plutôt de leur caractère et tempérament sont toujours bien présents. En attendant le départ la curiosité n’est pas un vilain défaut, tendre l’oreille et avoir les yeux aux aguets suffisent pour tous les reconnaître. 

Prof. Facile à repérer, à l’oreille, toujours à donner un conseil autour de lui ou les dernières nouvelles du dernier “Running Attitude”. Il nforme du savoir et non de ce qu’il sait, aucun danger à écouter et à mettre en application ce qu’il raconte parce que tout a été vérifié, testé, expérimenté. A tendance à être trop sûr de lui et peut devenir exaspérant s’il devient moralisateur et pas suffisamment diffuseur d’infos.

Timide. Le sourire gêné au coin des lèvres, le manque de confiance exprimé sur le résultat de la course qui va suivre, mais le temps réalisé sera celui prévu. La timidité peut le faire balbutier, peut l’handicaper, mais la timidité le fait avancer dans la voie de la réussite en faisant, bien évidemment, échouer toute action téméraire et là, la timidité devient un avantage.

Atchoum. Ou le malade, on se demande comment il fait pour être sur la ligne de départ avec un lumbago et des tendinites qu’il traîne depuis des semaines, en se demandant si la fracture de fatigue qu’il s’est fait récemment est bien guérie. Si vous êtes médecin, ne vous en vantez surtout pas, parce que vous êtes bon pour une consultation gratuite et il ne va pas comprendre que vous n’ayez pas sur vous quelques dolipranes pour son mal de tête qui commence à venir.

Simplet. Ou le crédule, le naïf, le “cul cul la praline” qui vient de se rendre compte qu’un semi-marathon c’est plus de vingt kilomètres. Il croit aussi que le gel dans les semelles de ses chaussures sert à lui maintenir les pieds au frais et sa hantise c’est que la puce chronométrique du dossard le pique et lui donne des rougeurs.

Gourmand. Dans le conte des frères Grimm il n’existe pas. Mais dans les pelotons de course à pied on le reconnait ! La ceinture Overstims bardée des gels, verts, jaunes, rouges en fonction des kilomètres à venir. Il vous raconte le régal de la pasta-party de la veille la bouche pleine de gâteau sport de sa fabrication, surtout ne pas l’interrompre dans l’exercice de ses mâchoires pour lui éviter d’avoir mal au cœur.

Grincheux. L’attente du départ est le moment idéal pour qu’il se soulage de choses pénibles lui entravant l’esprit, lui bloquant les muscles, comme l’inscription un peu onéreuse, encore que ce soit la moins chère qu’il est trouvé. Le temps légèrement ensoleillé mais un peu chaud quand même, en se souhaitant que la course soit vite terminée pour faire place à une autre. L’insatisfaction est sa principale qualité.

Joyeux. Toujours une histoire drôle ou une anecdote de course à pied au bord des lèvres. Généralement il enflamme son environnement de sourires et de rires. Accepte facilement l’autodérision. Lance des « Oooola ! » et « Ooooolé ! » à la volée. Doté d’un optimisme à toute épreuve, son seul objectif est de finir sa course dans le plaisir.

Dormeur. L’éternel fatigué qui se demande ce qu’il fait là, à plus envie d’être au fond de son lit qu’au départ de la course. Impossible pour lui de courir dans le désert, vous pensez, il voit le marchand de sable partout. Il s’installe généralement près d’une enceinte musicale pour entendre : «une chanson douce ….. que me chantait ma maman …..».

Être un sportif « green » c’est possible. Ravitos, vêtements, transports… quelques pistes pour bien faire.

À acheter moins tu t’astreindras, consommer mieux tu devras

L’industrie du textile est la deuxième industrie émettrice de gaz à effet de serre. Au lieu d’acheter ou d’accepter tout et n’importe quoi, demande toi : est ce vraiment nécessaire? Il existe des marques éco-responsables comme Gayaskin, une marque française de vêtements techniques, dont la production est 100 % européenne. Tu peux aussi acheter un déodorant 100 % recyclable, vegan et français chez une marque comme Respire. Garde en tête de moins consommer, et de le faire mieux.

©David Pereiras-Fotolia

Les emballages tu éviteras, le plogging tu pratiqueras

Choisis bien tes ravitaillements et parmi les critères : évite le suremballage, ramasse tes déchets pour les recycler chez toi et cours responsable en réalisant du plogging. Tu ne connais pas ? Tendance qui nous vient directement de Suède, le plogging (contraction de plocka upp et dejogging) est tout simplement l’action de ramasser des déchets rencontrés lors de ta sortie de course à pied. Le but ? S’offrir des endroits propres et dépolluer notre environnement. Beaucoup de mouvements comme celui de Run Eco Team fleurissent. Ce groupe encourage les personnes, via les réseaux sociaux, à ramasser un déchet par run et à se prendre en photo afin de sensibiliser les gens aux problèmes de ce que l’on jette et du recyclage.

Collectif, tu penseras et les transports en commun tu utiliseras

Se rendre à un entraînement, aller à une compétition ou encore à un rassemblement… oui, mais comment ? Pense à demander à ton entourage si quelqu’un va au même endroit que toi, si tu peux faire du covoiturage sportif (on te recommande les sites Cariocar et Mountain Go). Tu peux ainsi diviser les frais et limiter les émissions de gaz à effet de serre. Les transports en commun sont aussi une belle alternative et si tu as envie d’une journée vraiment sportive, opte pour le vélo, la course à pied ou pourquoi pas la trottinette (pas électrique hein, on te voit, tricheur !). 

Par Solène Masson, sujet publié dans Running pour Elles 52.

Adidas annonce la commercialisation d’une chaussure de running 100 % recyclable d’ici deux ans.

Durée de vie quasi infinie

La Futurecraft Loop sera composée d’un unique matériau entièrement recyclable, le polyuréthane thermoplastique, tricoté et assemblé sans colle, avec une semelle intermédiaire Boost. La paire, pour l’heure aux pieds de 200 influenceurs, aura une durée de vie quasi infinie du fait de sa fabrication circulaire. Une fois usée, elle pourra être rapportée en magasin, lavée, broyée, puis fondue afin d’en concevoir une nouvelle.

En parallèle, la marque affiche une ambiance : 100% de polyester recyclé pour ses produits en 2024.

 

Première édition de la Run Mate, les 28 et 29 septembre, autour de Vévey. Ce tour du lac Léman en relais, ce sera 200 km à parcourir, scindés en relais de 3 à 13 km. Cet événement franço-suisse reliera les cantons de Vaud, du Valais, de Genève et le département de Haute-Savoie. Pour participer, deux options : monter une Team de 6 à 9 personnes, ou bien opter pour la version « Ultra » de 2 à 5 coureurs. Une trentaine de points relais seront proposés, ainsi que des challenges fun et culturels.
www.runmate.org

Rien de tel qu’une session intensive entre passionnés pour rester dans la course ! 4 options pour coller à vos envies.

En mode « montagne » avec TeRDAV

TerDav, le spécialiste du voyage à pied propose une série de stages, en trois formules – découverte, aventure, expert. On peut s’élancer sur les plus beaux itinéraires de trek en courant (aventure) ou bien s’offrir une reconnaissance sur l’un des parcours de l’UTMB (expert). 

©Pascal Tournaire-Office du Tourisme de Chamonix-Mont-Blanc

En détail : catégorie « aventure », au programme à partir du 30 juin: Tour des Aiguilles Rouges en 3 jours, lac Léman-Chamonix en 5 jours, tour du mont-blanc intégral en trail en 7 jours, Briançon-Méditerranée en 8 jours, Chamonix-Briançon en 8 jours. Catégorie « expert », l’ OCC (Orsières-Champex-Chamonix) en 2 jours, la CCC (Courmayeur-Champex-Chamonix) en 3 jours, le tour du Mont-Blanc en 4 jours. Egalement un nouveau stage dans le Puy de Dôme, encadré par le roi des Templiers, Thomas Lorblanchet. 

Combien ça coûte ? A partir de 380 €.

Les + La logistique est adaptée, on court avec un sac léger la journée, on passe la nuit en refuge ou en gîte et l’on profite de conseils avisés de trailers professionnels. 

En mode « perf » avec Bruno Heubi 

L’un de nos coachs référents, Bruno Heubi, entraîneur depuis 27 ans et ancien champion du monde de 100 km propose des stages pour progresser sur quelques week-ends de l’année au CREPS de Reims, à 45 minutes en TGV de Paris. 

En détail : quel que soit votre niveau, vous serez évalué (test de VMA et d’EMA), conseillé dans vos objectifs, vous apprendrez à progresser en comprenant les sens des entraînements. Vous repartirez avec des outils et documents personnalisés pour vous aider à gérer votre entraînement de manière autonome. 

Combien ça coûte ? 390 € pour le stage du vendredi soir au dimanche après-midi avec hébergement, repas au CREPS de Reims et installations techniques à disposition (salle de cours, piste intérieure).
Prochains stages : du 12 au 13 octobre, du 9 au 10 novembre (sous réserve de modification)

En mode « cure » avec Thalasso Pornic 

©Thalassocraties Pornic

Rééditée depuis des années, cette cure spéciale running de Thalasso Pornic associe aquatraining, jogging et  musculation, le tout encadré par un coach sportif et un kiné. 

En détail : le matin des séances variées (sortie longue, fractionné, footing sur la plage), préparation physique en salle, test de VO2 max, renforcement musculaire et postural. Et l’après-midi de soins thalasso (massages tonifiants, douches au jet, séances pressothérapie et de cryothérapie, hydromassages).  

Combien ça coûte ? Formule 6 jours et 23 soins à 1824 € avec hébergement ou 4 jours et 11 soins à 1 236 €.  

Le + Une vraie parenthèse running et bien-être. 

En mode « semaine complète » avec Bernard Faure

Ancien champion de France (2h12’53’’ sur marathon en 1983) et entraîneur, Bernard Faure propose des sessions de 6 jours dans sa maison de charme du Périgord, entre Brive-la-Gaillarde et Périgueux. 

En détail : du samedi après-midi au vendredi matin, on alterne la pratique avec des séances variées, et la théorie, en abordant tous les principes de la progression (VO2, VO2 max, VMA, seuils, etc…) et les fondamentaux aux nécessités spécifiques que sont les domaines de la santé, du marathon et du trail. On élabore son propre plan d’entraînement et travaille sa foulée. 

Prochains stages : du 13 au 19 juillet, du 27 juillet au 2 août, du 10 août au 16 août, du 24 août au 30 août, du 14 au 20 septembre. 

Combien ça coûte ? 812 € pour la première personne, 656 € pour la deuxième personne, en chambre et table d’hôte. 

En plus d’un nouveau nom, la chaussure Nike Zoom Vaporfly 4%, fétiche sur marathon, a été intégralement remaniée, des orteils jusqu’au talon, en vue d’y intégrer le retour d’expérience des plus grands champions mondiaux Nike running.

Le topo
La deuxième version de ce modèle est dotée d’une tige améliorée, notamment grâce au retourne Shalane Flanagan dont la course avait été ralentie par la pluie à Boston, d’une semelle intermédiaire remaniée, solution proposée par le Nike Sport Research Lab qui s’appuie sur l’expérience de plusieurs coureurs d’élite Nike) et d’un tout nouveau mode de traction, demande spécifique du coureur Eliud Kipchoge suite à une course dans des conditions particulièrement humides à Berlin).

Pourquoi NEXT% ?
Lorsque Nike a lancé le modèle Nike Zoom Vaporfly 4%, cette chaussure a permis en moyenne d’améliorer de 4 % l’économie de course par rapport à la précédente chaussure de marathon la plus rapide de Nike, la Nike Zoom Streak 6. Le passage à la NEXT% permet d’anticiper chaque nouvelle course avec la perspective de franchir la ligne d’arrivée encore plus rapidement. Comme l’a récemment déclaré Mo Farah : « En tant qu’athlète, tu es toujours en quête de ces quelques pourcents supplémentaires qui feront la différence. »
Combinées, ces améliorations techniques font de la Nike ZoomX Vaporfly NEXT% la chaussure la plus rapide jamais conçue par Nike.

Les nouveautés dans le détail:
– Le Vaporweave, une matière que l’on retrouve au niveau de l’empeigne est plus légère que le Flyknit de Nike, elle est respirable et, plus important encore, elle absorbe beaucoup moins d’eau ou de transpiration et reste donc aérée et sèche tout au long d’un marathon.
– Le léger décalage des lacets permet de soulager la pression le long des parties sensibles du pied. (C’est une des principales qualités qui a retenu l’attention de Mo Farah).
– La présence d’une fine couche à l’intérieur du talon permet de garantir un confort optimal au niveau du talon d’Achille au fur et à mesure que les kilomètres s’accumulent.
– La semelle intermédiaire a bénéficié d’un ajout de mousse Nike ZoomX, ce qui permet d’augmenter encore le rendement énergétique, comme ont pu le prouver les tests réalisés dans le Sport Research Lab de Nike.
– La mousse a été redistribuée de façon à réduire l’offset de 11 mm à 8 mm afin de fournir une sensation plus stable et d’aider à maximiser le rendement énergétique au moment essentiel de l’impulsion donnée par les orteils.
– Les designers ont combiné les modèles de traction personnalisés de Kirui, Kipchoge et Farah afin d’améliorer l’adhérence au niveau de l’avant-pied pour que la chaussure se comporte mieux par temps humide.
De profondes rainures sur la semelle extérieure permettent de faciliter les mouvements lors des virages.

Ce que l’on retrouve de l’ancien modèle :
La mousse est toujours pourvue d’une plaque de fibre de carbone courbée sur toute sa longueur qui permet d’augmenter la rigidité et de procurer une sensation de propulsion.La chaussure fait le même poids, même avec 15 % de mousse en plus.
Ce modèle sera disponible dès le 25 avril à Londres et au Japon.

Les 18, 19 et 20 septembre 2020, le Grand Trail de Serre-Ponçon (170 km et 10 000mD+) débarquera au calendrier. Ce sera le premier trail des Hautes-Alpes de plus de 160 km. L’épreuve tracée autour d’Embrun au cœur du Parc national des Ecrins pourra se courir en équipe de 2 à 3 coureurs. A l’affiche également, un 45 km (3000mD+) au départ de Savines-le-Lac ainsi qu’un 15 km, au départ d’Embrun.
Photo : ©Damien Rosso

Le calendrier printanier s’étoffe d’un nouveau marathon à Dijon. Premier Marathon des Grands Crus, le 12 mai. Il se disputera entre le centre historique et de grandes appellations du vignoble bourguignon comme Gevrey-Chambertin, Chambolle-Musigny ou encore Clos de Vougeot. Le circuit sera ouvert aux coureurs le dimanche matin sur une formule « open », non classante. Il sera possible de courir de 1 à 42 en fonction de sa forme du jour. Des navettes postées sur différentes zones du parcours assureront le rapatriement. L’après-midi, le Marathon Roller, étape de la coupe du monde, prendra le relais. Les plus motivés pourront enchaîner les deux épreuves. Une belle journée de sport en perspective !

www.marathondesgrandscrus.com

Au salon high-tech de Las Vegas, début janvier, Withings a présenté son nouveau tensiomètre connecté destiné aux particuliers.
Il mesure à la fois la tension artérielle, réalise un électrocardiogramme et écoute le son du cœur grâce à un stéthoscope électronique. Autre nouveauté, une montre analogique capable d’enregistrer un électrocardiogramme et les fibrillations auriculaires – qui sont responsables d’un tiers des AVC. Commercialisation prévue en fin d’année 2019.

Withings, tensiomètre BPM Core, 250 €, montre Move ECG, 130 €.

Pour sa 43e édition, le 14 avril, le Marathon de Paris ajoute deux monuments à son circuit : la Place Vendôme, et l’Opéra Garnier. Voilà qui complète à merveille la « balade » touristique au départ des Champs-Elysées… 60 000 coureurs – dont 34 % d’étrangers – ont réservé leur dossard pour ce marathon capital.

Opéra Garnier Paris

Dans ce jeu mobile en réalité augmentée on doit courir pour conquérir et contrôler un empire virtuel. Au départ, une hutte préhistorique. Plus on court, plus l’empire évolue jusqu’à devenir une cité futuriste façon science-fiction que l’on peut personnaliser. Un mix entre Pokémon Go et Age of Empires qui devrait amuser les runners geek. Compatible avec un compte Strava, disponible sur iOs et Androïd.

Ce bracelet fin, avec écran tactile en couleurs, intègre un GPS et la prise de fréquence cardiaque au poignet. On retrouve les fonctions VO2Max, âge fitness, la fonction LiveTrack qui suit les activités et la localisation en temps réel, les smart notifications (emails, SMS, appels), la gestion de la musique et la synchronisation automatique sur Garmin Connect. Disponible fin 2017, en 3 coloris. 199,99 €.

« On y arrivera plus vite en courant », tel est le slogan de cette course Enfants sans cancer, organisée depuis six ans par Imagine for Margo. Depuis 2011, 4,5 millions pour la recherche contre les cancers pédiatriques ont ainsi été collectés. Mobilisez-vous en courant 10 ou 5 km au cœur du Domaine National de Saint-Cloud et en vous engageant à collecter au minimum 200 euros pour financer les programmes de recherche pour les enfants et adolescents atteints de cancer. Rendez-vous le 24 septembre à Sèvres (92).