Les défis sportifs solidaires se multiplient ces temps-ci et l’on s’en réjouit. Nous relayons celui de jumeaux marathoniens. Ils ont récolté près de 3 000 euros pour les soignants de l’hôpital de Lens en une matinée. Un bel appel du pied. 

David et Guy devaient participer dimanche dernier au Marathon de Paris. Ces jumeaux marathoniens et ultra-trailers ne sont pas restés les bras croisés ce 5 avril, se lançant un défi sportif mais surtout solidaire. «  Nous ne voulions pas rester sans rien faire face à ce coronavirus et aider nos soignants, nos héros. Nous avons lancé une cagnotte Leetchi en nous engageant à reverser 1 euro par 1 kilomètre parcouru pour le personnel soignant de l’hôpital de Lens, où nous habitons », raconte David.

150 participants

Leur initiative, relayée par la presse locale et France 3 a été largement partagée. « A la base ce défi était juste pour nous et notre entourage, mais la solidarité a été grandiose » s’enthousiasme le coureur : « Nous avons été plus de 150 à participer ce dimanche à ce projet #jecourssolidairele5avril. C’est énorme à nos yeux, 150 participants, quasi 3000 euros récoltés, pour un projet qui a été mis en place mercredi dernier ! ».

Les jumeaux, qui pour leur part ont couru 42.195 km en 820 tours sur leur gazon avaient une grosse motivation pour tenir bon « nous avons pensé très fort à nos soignants » explique David, qui nous a contacté dans le but de faire passer ce message : « Si nous, à notre petit niveau, nous avons réussi à récolter 3000 euros en 1 journée avec un run solidaire, pourquoi pas d’autres, avec des appels aux dons pour les hôpitaux, les soignants, les pompiers près de chez eux ? ». 

La 10e édition de la Maxi-Race d’Annecy, prévue les 30 et 31 mai est reportée au mois de juillet suite à l’épidémie que nous connaissons. Les précisions de l’organisation sur ce report, les nouveaux formats proposés et les dédommagements envisagés.

(Communiqué de l’organisation)

A défaut d’organiser la course comme prévue, l’organisation s’est littéralement pliée en 4 pour pouvoir proposer une alternative, la meilleure possible, pour les coureurs. Et ne pas se cantonner seulement à un remboursement partiel. Un important travail mené en collaboration avec la ville d’Annecy permet d’envisager un report de l’évènement les 11 et 12 juillet, sous un format différent (lieu d’arrivée, formats, parcours…)

Ce report reste néanmoins conditionné aux nouvelles réglementations concernant la levée du confinement et aux autorisations accordées pour l’organisation d’événements sportifs en Juillet. Dans ces conditions, l’organisation ne sera pas en mesure de prendre une décision définitive (report ou annulation) avant le 20 avril, en fonction des informations officielles communiquées. 
– Si les dispositions permettent l’organisation de l’évènement, chacun pourra alors choisir entre un report de l’inscription sur le week-end du 11 et 12 juillet ou un dédommagement.
– Si l’évènement ne peut pas avoir lieu, les coureurs seront tous dédommagés.

Stéphane Agnoli, Directeur de course confirme : « Cette décision ne fut pas facile à prendre et toutes les équipes ont été très mobilisées depuis plus de 15 jours pour pouvoir réagir au plus vite et sadapter aux informations qui arrivent au compte-gouttes et qui sont parfois contradictoires : « les certitudes dhier ne sont pas celle daujourdhui »  Cette édition, sera évidemment un peu spéciale, mais nous souhaitons tous quelle garde ses objectifs initiaux annoncées pour 2020, avec des nouveautés, de la solidarité, et une évolution vers plus deco-responsabilité comme laction 0 bouteilles plastiques menées avec le Grand Annecy. Léquipe de la MaXi-Race souhaite, malgré les difficultés rencontrées, proposer un rendez-vous sportif et festif pour partager ensemble la passion de courir ! »

MaXi-Race, juillet 2020 : une édition solidaire et spéciale

Les courses seront condensées sur une seule journée en réduisant les formats proposés avec 4 formats au choix : la Short Race – 16km, 950 m D +, la Marathon-Experience – 42 km, 2500m D+, la Marathon-Race – 39km, 3200m D+ et nouveau format de 75km – 4900m D+ avec un départ depuis Doussard.

Il s’agit bien de s’adapter aux difficultés à sentrainer durant le printemps mais également de réduire la durée de mobilisation des personnels de secours sur l’évènement, ceux-ci étant actuellement en première ligne pour lutter contre cette épidémie.

L’organisation de cet évènement sera aussi l’occasion de remercier l’ensemble du personnel de santé, durement touché. Un partenariat a été crée avec le Rotary Club d’Annecy qui se rapprochera, une fois l’épidémie terminée, des services hospitaliers locaux afin de mettre en place une opération de remerciements et d’aide. L’organisation reversera une partie des recettes de l’évènement au Rotary afin de financer des actions en fonction des besoins. Les coureurs pourront également participer à la cagnotte solidaire.

Les modalités de reports ou de dédommagement

La situation actuelle et exceptionnelle impacte tout le monde, sportif, personnel, mais également professionnel. L’organisation d’un évènement comme la MaXi-Race représente une année entière de travail pour le staff, les bénévoles. C’est également un moment important pour la vie économique locale et pour les fidèles prestataires.

Les modalités de reports et de remboursements proposées par l’équipe de la MaXi-Race semblent être le meilleur équilibre entre la volonté d’offrir un dédommagement important tout en permettant d’honorer les frais déjà engagés.
Les coureurs auront le choix entre un report de l’inscription ou un dédommagement, le choix se fera une fois que l’évènement sera confirmé.

Détails et infos sur le nouveau site dédié: https://www.2020.maxi-race.org/fr/france/

Le 5 avril devait se dérouler le marathon de Paris, repoussé au 18 octobre prochain pour les raisons que l’on connaît. La Fondation du Souffle et la marque américaine de chaussures de running Altra, vous proposent de participer ce dimanche 5 avril au marathon de Paris de manière virtuelle pour faire avancer la recherche contre le Coronavirus.

Comment participer ?

 Inscrivez-vous sur la plateforme GoFundMe et faites un don de votre choix à La Fondation du SouffleAltra s’engage à verser 5 euros pour chaque participant inscrit sur Google Form.

Qu’est-ce que la Fondation du souffle ? Fondation reconnue d’utilité publique, elle se mobilise au quotidien sur plusieurs fronts pour lutter contre toutes les maladies respiratoires. Dans un contexte sanitaire bouleversé par le coronavirus, il est plus que jamais important pour la Fondation du Souffle de financer la Recherche sur le Covid-19 qui affecte toute particulièrement les personnes atteintes de pathologies respiratoires.

42 squats, 42 marches à chacun son défi

En amont de l’événement, ce vendredi 3 avril à 18h, Gregory Herlez, coach et blogueur de course à pied et trail depuis plus de 10 ans, vous prodiguera quelques conseils sur son compte Instagram (@greg_runner) dans le cadre d’une pratique sportive en confinement.

Préparez vos tenues les plus insolites et réalisez votre dossard spécial marathon virtuel en utilisant le #virtualbib. Les plus créatifs seront récompensés.

Le jour de l’événement, soyez imaginatif et respectez ce chiffre qui nous obsède tous en tant que runner : le 42. Sautez 42 fois, faites 42 squats, montez 42 marches, etc. 

Partagez vos expériences sur les réseaux sociaux en taguant @altrarunning_europe et en utilisant le #virtual42

Seul impératif : respectez les soignants en faisant du sport chez vous pour soutenir la cause.

Pour plus d’informations sur les missions de la Fondation du Souffle : https://www.lesouffle.org/la- fondation/nos-missions/

Les industries textiles du Trentin, province située au Nord-Est de l’Italie, reconvertissent leur production afin de faire face dans la région au manque de dispositifs médicaux sanitaires tels que blouses et masques certifiés.

Comme d’autres industries textiles italiennes, La Sportiva, entreprise de Ziano di Fiemme, connue dans la production de chaussures et de vêtements outdoor, reconvertit une partie des machines de son site de production pour couper et coudre des matériaux tels que le cuir et le caoutchouc afin de produire des masques et des blouses au service de la Protection civile de Trente.

L’usine, implantée depuis 1928, qui en temps normal accueille 369 employés et produit environ 2 000 paires de chaussures par jour, a rappelé huit personnes parmi les ouvriers et les techniciens de R&D mis au chômage technique dans le but de réaliser les prototypes de masques conformes aux normes requises par l’Institut supérieur de la santé de Turin. La production lancée depuis vendredi dernier n’attend plus que la certification officielle. L’objectif est d’atteindre 3 000 pièces par jour une fois que la machine sera pleinement opérationnelle.

Objectif 55 000 masques

« Notre grand sens de la responsabilité nous a fait dans un premier temps contribuer à l’effort collectif pour contenir la contagion, en décidant d’anticiper la fermeture de notre site de production. Aujourd’hui, nous sommes appelés à nous engager pour faire face à la deuxième phase de cet état d’urgence. Pour cela, nous nous sommes équipés des matières premières appropriées pour pouvoir produire un premier lot de 55 000 masques qui iront à la Protection civile de Trente par l’intermédiaire d’Allergo System à Rovereto. En parallèle, nous sommes de notre côté en train d’essayer de certifier d’autres matériaux afin de produire indépendamment des blouses et autres équipements de protection pour pouvoir passer à une production industrialisée qui permettra en très peu de temps d’atteindre des productions quotidiennes beaucoup plus importantes. Bien évidemment, en convertissant plus de machines et en rappelant progressivement plus d’employés à l’usine. En espérant que cela contribuera à sécuriser les centaines d’agents de santé qui travaillent dans la région du Trentin et qui ont aujourd’hui besoin de tout notre soutien. Même si nous sommes séparés, nous sommes unis, et nous gravirons ensemble cette montagne, c’est ce que j’ai dit à mes collaborateurs au début de l’urgence et c’est ce message que je veux transmettre aujourd’hui également à tous ceux qui sont en première ligne pour mener cette bataille. La Sportiva est là et vous soutient.» a déclaré Lorenzo Delladio, PDG et président de La Sportiva.

Elisha Nochomovitz, coureur de la banlieue Toulousaine, a terminé hier un marathon sur son balcon, preuve qu’on peut bien se challenger chez soi !


Elisha Nochomovitz @ Marathonman1987, restaurateur de 32 ans habitant dans la banlieue de Toulouse n’est pas du genre à se laisser aller. “Comme toutes mes compétitions ont été annulées, j’ai voulu soutenir le corps médical en prouvant qu’il est possible de faire du sport en restant à la maison.”, explique-t-il à Eurosport.
” J’avais la possibilité de sortir pour courir autour de la maison, mais si tout le monde pense pareil on aurait été nombreux dehors…Mon travail a été reconnu d’inutilité public,donc le meilleur moyen de ne passe laisser abattre c’est de faire du sport. La consigne était de rester à la maison, c’est ce que j’ai fait. Juste pour vous montrer qu’on a pas d’excuses, et s’il vous plaît penser à toutes ces aides soignants qui sont en première ligne face à ce virus “ explique le coureur sur son mur Facebook.

Son GPS a craqué

Pari réussi en 6h48′ minutes selon les coordonnées de son GPS, lequel a “littéralement craqué” devant tant de kilomètres parcourus dans un si petit espace, son balcon mesurant 7 mètres de long par 1 mètre de large. Près de 6000 allers-retours pour boucler son 37e marathon avec Brooks et sa Run happy Team.

Pandémie oblige, la saison sera blanche, sans dossard. Certaines courses annulées donnent rendez-vous au printemps 2021, d’autres organisations ont opté pour le report à l’automne 2020. Voici les dates de reports annoncées. Gardons le cap, la rentrée s’annonce rouge…

Grande Course du Grand Paris Express (75) – 14 juin

Semi de Paris (75) – 6 septembre

Semi de Lisbonne (Por) – 6 septembre

Marathon de Boston (Usa) – 14 septembre

Marathon des Sables (Mar) – 18-28 septembre

Marathon de Montpellier (34)  – 27 septembre

Marathon d’Ajaccio (20) – 27 septembre

Foulées du Grand Angoulême (16) – 12 septembre

EcoTrail Paris (75) – 3 octobre

Marathon de Londres (Gbr) – 4 octobre

Semi-marathon de Nancy (54) – 4 octobre

Aix-en-Foulées (13) – 11 octobre

Foulée impériale de Fontainebleau (77) – 11 octobre

Mondiaux de semi-marathon Gdynia (Pologne) – 17 octobre

Marathon de Paris (75) – 18 octobre

Marathon de Barcelone (Esp) – 25 octobre

Marathon de Nantes (44) – 25 octobre

Lyon Urban Trail by Night (69) – 31 octobre

Lyon Urban Trail (69) – 1er novembre

Marathon de Madrid (Esp) – 15 novembre

Run in Marseille (13) – 22 novembre

Solution alternative à la Spartan Race initialement prévue au Stade de France ce samedi 21 mars, un entraînement chaque jour à domicile avec les accessoires de son salon afin d’accomplir un défi ouvert à tous, depuis son appartement, sa maison, son garage, son jardin… rendez-vous samedi sur ses réseaux.

Spartan Remake Workout. C’est le titre des postes sur les réseaux sociaux pour annoncer le top départ des entrainements avant samedi 21 mars. Chaque jour, les équipes Spartan Race proposent de faire du sport avec ce que l’on trouve chez soi : bouteille d’eau, sac de riz, du mobilier, des livres… : tout est bon pour se muscler ! Basé sur les mouvements de Crossfit, l’entrainement débute avec 30 burpees que l’on enchaine avec un « AMRAP 30′ », traduit littéralement par « autant de répétitions que possible » en 30 secondes, avec 10 pompes, 10 Dumbbell Thruster puis 2 fois 10 Mountain Climber. On travaille ensuite les abdos avec 5 rounds composés de 5 hollow rocks, 20 Superman, 5 V Ups et 20 Superman.

Pour celles et ceux qui souhaitent relever le défi, la liste de petit matériel nécessaire à sa réalisation disponible sur les réseaux dès jeudi 19 mars. Ensuite, la règle est simple : rendez-vous devant son écran, prêt à se dépasser pour un challenge d’environ 1h, samedi 21 mars à 9h du matin : les meilleurs seront récompensés !

À suivre sur Facebook et Instagram : @SpartanRaceFrance

Courir, c’est bon pour le système immunitaire ? Oui et non, répond le docteur Jean-Pierre De Mondenard, qui appose des conditions en cette période de confinement.

On le sait tous, l’activité physique régulière et bien conduite est favorable à notre système immunitaire. En cette période de confinement, nous avons tous intérêt à nous remuer. C’est le moment de se gainer, de bosser sa PPG à la maison, en utilisant vélo d’appartement, stepper, tapis de course, en profitant des nombreuses vidéos de fitness en ligne pour s’exercer.

©Syda Production-Adobestock

En extérieur, il est permis de sortir trottiner un ou deux kilomètres mais pas dix comme l’a précisé la Ministre des Sports, à proximité de son domicile, seul, muni de l’attestation de déplacement requise. Il s’agit là d’entretien physique, sans quête de performance. Pas question de profiter du chômage partiel et de la souplesse du télétravail pour enfiler les kilomètres. D’abord – surtout et avant tout ! – parce qu’il convient de garder à l’esprit qu’il s’agit d’avoir le moins de contact possible afin de limiter la propagation du virus. Ensuite, parce que les longues sorties en endurance fragilisent nos défenses immunitaires.

Non aux sorties longues !

©GaudiLab-Adobestock

« Ce n’est surtout pas le moment de sortir courir 20 bornes », prévient ainsi le docteur De Mondenard. «  La longue sortie n’est d’une manière générale pas terrible pour le système immunitaire. A se pousser trop loin, à se rentrer dedans, on épuise son corps et ses défenses immunitaires. »

Concrètement, quelle bonne conduite alors pour les jours à venir ? « Il convient d’adapter la dose de sport en extérieur. Pas de sorties longues et intenses mais des sorties courtes, pourquoi pas avec quelques variations d’allures. D’une manière générale, on peut recommander de couper en deux la durée de l’entraînement habituel et de sortir courir deux fois plutôt qu’une, sans augmenter l’intensité de sa sortie et toujours à un rythme de liberté respiratoire. Il conviendra aussi de veiller à bien récupérer entre ses séances, avec un temps de retour au calme, une douche, un repos allongé d’une dizaine de minutes. » recommande le médecin, qui rappelle que la lutte contre le coronavirus est bien la priorité numéro un du moment.

L’idée de cette Trail Elite Factory ? Permettre de dénicher les nouveaux talents trail de France. Les deux vainqueurs auront la possibilité d’intégrer le Team Asics Trail pendant un an et évoluer aux côtés de Xavier Thévénard et des athlètes du team.

Vous avez entre 18 à 25 ans ? Un gros potentiel en trail ? Cette nouvelle Trail Elite Factory d’Asics & I-Run devrait vous plaire. Deux heureux sélectionnés se verront offrir un contrat athlète d’un an pour intégrer le Team Asics Trail, et bénéficier d’un encadrement professionnel : dotations produits, stages, suivi médical Quartz Elite…

Trois journées de sélections

Pour dénicher les futurs talents, trois journées de sélections seront organisées, sur les traces des champions du Team Asics Trail : Sylvaine Cussot, Xavier Thévenard et Benoît Girondel. Les participants seront jugés sur un parcours trail de 10km, leur technique et leur motivation. A l’issue de chaque journée de sélection, 4 participants seront qualifiés pour la phase finale. Les 12 finalistes s’affronteront en juin dans les Alpes sur une ultime épreuve, à l’issue de laquelle les 2 lauréats seront désignés pour intégrer, fin août, le Team ASICS Trail à Chamonix.

Rendez-vous… le 21 mars à Saint-Rémy-Lès-Chevreuses (78), sur les traces de l’EcoTrail de Paris avec Sylvaine Cussot, le 28 mars à Crest (26) sur les traces de Benoît Girondel, 12 avril à Nantua (01)sur les traces de Xavier Thévenard. Du 19 au 21 juin à Samoëns (74), ce sera l’épreuve finale.

Comment participer ?

Comment participer Remplis le questionnaire ICI si tu penses répondre aux critères requis. Si ta candidature est validée par notre jury de sélection, tu recevras alors une convocation pour la journée de détection choisie. Le jury de sélection désignera 4 finalistes par journée (soit 12 finalistes). Les 12 finalistes auront la chance de prendre part à la phase finale dans les Alpes à l’issue de laquelle les 2 gagnants seront désignés pour être intégrer, fin Août, au Team ASICS Trail à Chamonix.

Démarche circulaire pour Circle Sportswear, nouvelle marque française qui invente le vêtement technique multi-vies en fibres recyclées et recyclables.

Via un abonnement, il sera possible d’échanger ses vêtements une fois usés contre ceux de la dernière collection. La collection running a été co-designée par 500 sportifs pour allier performance et exigence environnementale. Les fibres sont recyclées, recyclables, issues de déchets sourcés en Europe.

Par Dominique Cado, marathonien Breton  d’un âge que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. www.lalignebleue.net

L’épine sur la tige de la rose est présente pour qu’elle puisse s’épanouir en la protégeant des prédateurs. Chez le runner la douleur des épines du corps sont là aussi pour le protéger, à condition qu’il obéisse aux picotements annonciateurs de la souffrance de la blessure en se désintéressant, en s’anesthésiant d’un cerveau toujours prêt à toutes les folies.

Le corps, la bonne âme, alerte par des signes douloureux quand on dépasse les bornes supportables. Pourtant, aux premières sensations la douleur est encore sous contrôle et on a le pouvoir de décider de l’instant où l’on souhaite qu’elle cesse, avant de découvrir le chemin de croix de la souffrance de la blessure.

Grimace de douleur, sur le dernier marathon Nice-Cannes. ©Ben Becker

Si Cicéron est votre philosophe préféré et que vous écoutez tout au long de l’année ce qu’il relatait : « Les douleurs sont supportées sans rechigner par les athlètes des jeux gymniques* malgré la dureté des épreuves », c’est que vous n’avez pas entendu vraiment son précepte : « Souffrir pendant l’épreuve ». Ça c’est normal, mais tout au long de l’année ce ne l’est plus.

Quand les sensations ne sont plus à la hauteur des runnings, que des douleurs récurrentes deviennent le quotidien et que vous persistez à pratiquer votre sport favori, la porte devient béante pour consacrer du temps aux souffrances de la blessure, physique et psychologique ; les deux étant épinglées comme un dossard inutilisable au corps éreinté, endommagé, cabossé, mutilé, contusionné (vous rayez les verbes inutiles) souvent pour de longues semaines ; tandis que la douleur précoce était là en amont comme le meilleur professeur pour apprendre la patience.

Il est dommage que le monde du running manque d’un soupçon d’hypocondrie pour que les douleurs du corps soient entendues. Alors, en ce début d’année prendre de bonnes résolutions de sagesse, la seule voie pour arriver enfin à mettre en évidence ce que vous rêvez d’être.

Prévu le 1er mars, le Marathon de Tokyo, premier des World Marathon Majors de l’année ne sera pas ouvert aux amateurs par mesure de précaution liée au coronavirus.

“Maintenant que le cas de Coronarvirus a été confirmé à Tokyo, nous ne pouvons pas continuer à lancer l’événement à l’échelle que nous avions initialement prévue et nous regrettons de vous informer que le marathon de Tokyo 2020 aura lieu uniquement pour les élites du marathon et les élites en fauteuil roulant.”, déclare l’organisation dans un communiqué adressé ce jour.

©TOKYO MARATHON FOUNDATION. 2019.

Seuls 200 athlètes professionnels s’aligneront donc au départ le 1er mars, sans les 38 000 coureurs “amateurs” ayant réservé leur dossard.

L’organisation indique que les 38 000 coureurs inscrits peuvent reporter leur inscription au Tokyo Marathon 2021. Aux conditions suivantes : les coureurs qui ont différé leur inscription au Marathon de Tokyo 2021 doivent payer les frais d’inscription pour l’épreuve 2021. Conformément au règlement d’inscription, les frais d’inscription et les dons reçus pour le Tokyo Marathon 2020 ne seront pas remboursés. Les Coureurs ayant acheté le T-shirt Signature Tokyo Marathon 2020, l’article sera expédié après l’événement.

Faites-vous partie des 65 000 inscrits du prochain Marathon de Paris ? Avez-vous préféré un autre marathon de France ou d’ailleurs ? Que ces bons mots de Dom Cado, du site lalignebleue.net soient vos crédos.

Prochaine grand-messe complète pour le 5 avril.

1) C’est une distance pleine d’histoires ….. historiques.

2)     L’occasion de saluer les Anglais, qui paraît-il, ont créé la distance.

3)     Parce que l’on est du matin et le départ est souvent donné aux aurores.

4)     Visiter une ville sans voiture et la campagne sans tracteur.

5)     Justifier auprès de sa famille que l’on doit courir au moins quatre fois par semaine.

6)     Parce que l’on est collectionneur de médailles pacifiques.

7)     L’opportunité de manger des pâtes sous toutes leurs formes.

8)     Courir la course la plus longue qui se court vite.

9)     Avoir, enfin, une ligne de conduite …. de préférence bleue.

10)  Etablir une relation avec le métier de maçon aux trois-quarts du parcours.

11)  Changer des troisièmes mi-temps festives des sports collectifs.

12)  Perdre deux cent grammes de matières grasses superflus.

13)  Se donner l’envie de récidiver.

14)  Tester ses limites physiques, psychologiques et physiologiques.

15)  Parce que l’on aime se déguiser et goûter du vin … sans prendre de médocs.

Avant l’inimitable Marathon du Médoc (12 septembre), première étape du Challenge de la Convivialité le 4 avril sur le Marathon des vins de la côte chalonnaise à Givry (71).

16)  Essayer d’aller loin en allant le plus vite possible.

17)  Visiter les capitales du monde entier pour apprendre le mot xénophilie.

18)  Faire la preuve par 42 que l’on n’en est capable.

19)  Porter la broche de Vincent Dogna au revers de la veste http://artandrun.com/  .

20)  Donner envie à d’autres d’en faire au moins Un.

21)  Courir deux semis en négative split dans la même journée.

22)  Voyager loin en ménageant son glycogène.

23)  Pour que le maillot du sponsor soit vu le plus longtemps possible.

24)  Pour avoir quelque chose à raconter le lendemain à la machine à café.

25)  Pour se sentir  encore jeune tout en étant “même” pas vieux.

On parie sur votre négativ split sur le Marathon d’Annecy, super roulant. Rendez-vous le 19 avril. ©Photorunning

26)  Pour se sentir respirer, exister, vivre.

27)  Parce que l’on aime l’odeur de la transpiration dans l’embouteillage de l’arrivée.

28)  Faire la fête au village et récupérer un maximum de flyers.

29)  Parce qu’un kilomètre à pied ça use, ça use ….. les souliers.

30)  Etre un jour meneur d’allure.

31)  Etre un numéro enfin reconnu au moins par ses proches.

32)  En préparation d’un prochain 100 kilomètres, d’un 24h ou d’un Ultra-Marin.

33)  Combattre la peur de la foule qui nous emporte dans la ruée du départ.

34)  Comparer la précision de son Gps avec la distance officielle.

35)  Pour se restaurer gratuitement aux ravitaillements.

36)  S’autoriser du houblon sous forme liquide la ligne d’arrivée franchie.

Sur le Beer Lovers Marathon de Liège (17 mai) on n’attend pas l’arrivée pour déguster une petite mousse. Bières aux ravitos !

37)  Se sentir comme un champion ordinaire au moins une fois dans sa vie.

38)  Mettre en application le mot humilité.

39)  Pour être porteur d’une puce qui ne rougit pas la peau.

40)  Parce que l’on n’aime pas marcher.

41)  Parce que l’important n’est pas de participer, mais de partager.

42)  Transformer l’envie en réalité.

Et les derniers 195 mètres ? Prendre le temps de se dire : JE SUIS MARATHONIEN.

Avec 65 000 coureurs inscrits pour son édition 2020 (nouveau record), le 5 avril prochain, le Marathon de Paris confirme son rang de deuxième plus gros marathon au monde, juste derrière New York.

À plus de deux mois de son départ sur les Champs-Élysées, le Schneider Electric Marathon de Paris affiche complet.

Lancées en septembre, les inscriptions se sont achevées ce weekend avec le départ des derniers sésames. Après un record de 61 000 participants l’an dernier, ils sont cette fois 65 000  à s’être engagés dans l’aventure parisienne dont 22 130 étrangers (35% du peloton) de 150 nationalités.  

Comme chaque année, les coureurs profiteront d’un parcours de rêve autour des plus beaux sites de la capitale. Ils contourneront la place de la Concorde puis longeront le Musée du Louvre par la rue de Rivoli, avant de tourner direction Place Vendôme, Opéra Garnier, Hôtel de Ville, Bastille, pour ensuite traverser le bois de Vincennes, passer sur les quais de Seine avec vue sur la Conciergerie, le Musée d’Orsay et bien sûr la Tour Eiffel, entrer dans le Bois de Boulogne, admirer la fondation Louis-Vuittonavant de filer vers l’arrivée avenue Foch. Cette expérience hors norme dans les rues de la plus belle ville du monde, attire chaque année de plus en plus de coureurs, avec pour tous des ambitions et des motivations différentes (37% découvriront la distance) mais surtout la même envie et la même certitude de vivre un moment exceptionnel.

©ASO-Aurélien Vialatte

Dans l’élan des précédentes éditions, le Schneider Electric Marathon de Paris 2020 confirme la montée en puissance de la présence des femmes. Présentes à hauteur de 25% en 2017, plus de 16 000 en 2019 (27%), elles seront cette fois 17 200 coureuses soit 27% des participants, à s’élancer pour cette aventure de 42,195 km.

Un peu partout dans le monde, 65 000 coureurs ont coché le 5 avril dans leur agenda. Dans un peu plus de deux mois, ils s’élanceront à la conquête de leur rêve.

En attendant le retour prochain de l’émission « Koh-Lanta » à l’écran, on peut mouiller le maillot et participer au #KohlantaRunChallenge. L’idée : dessiner un totem en courant et peut-être vivre une petite aventure…

L’émission culte de TF1 revient bientôt avec une « l’île des héros » où 14 nouveaux aventuriers seront rejoints par cinq anciens héros des saisons précédentes : Sara, Jessica, Téheiura, Claude et Moussa. Pour la première fois, anciens et nouveaux aventuriers devront faire équipe ! En attendant, on peut participer à #KohLanta RunChallenge.TF1 propose aux sportifs aventuriers de commencer l’entrainement dès maintenant en participant au #KohLantaRunChallenge !

Dessine-moi un totem…

Le principe est simple grâce au GPS drawing, la technologie des applications de running (Strava, Nike Run, Runtastic…), chaque apprenti aventurier devra courir la distance de son choix, dans la ville de son choix, en prenant soin de dessiner le fameux totem de Koh-Lanta ! 10 participants gagneront par tirage au sort une rencontre avec Denis Brogniart et une place pour assister à la prochaine finale de l’émission culte.

Exemple d’un totem dessiné dans Paris en 14,9 km et 1h32′.

Le top départ de ce challenge a eu lieu hier, 26 janvier, alors que Denis Brogniart et les 5 héros de Koh-Lanta sont allés courir dans Paris pour réaliser leur tracé du TOTEM Koh-Lanta.

Chacun peut tracer son propre parcours et y participer en dessinant son TOTEM, puis le poster sur Instagram et l’ensemble de ses réseaux sociaux avec le hashtag #KohLantaRunChallenge en taguant Denis Brogniart et le compte @TF1.

Afin de faciliter l’entrainement de chacun, le siter www.tf1-et-vous.com propose différents parcours de 5 à 10 km dans plus d’une trentaine de villes en France. Vous pourrez créer votre propre parcours sur www.strava.com

L’Arc’Teryx Academy  réunira la communauté urbaine passionnée d’aventure le 25 janvier 2020 dans le 10e arrondissement de Paris. L’Academy est un événement majeur pour vivre et échanger avec des athlètes professionnels (Martin Kern, Nina Caprez) de classe mondiale et experts sur divers sujets autour de l’univers lié à la « Montagne ». Un programme gratuit de qualité qui proposera des talks, des projections, des démonstrations, de la musique live et beaucoup d’autres activités liées à l’univers outdoor. L’Arc’teryx Academy n’est pas seulement synonyme de connaissances, de technologie et d’apprentissage, mais aussi de rencontres inspirantes avec des athlètes et des professionnels partageant les mêmes passions. 
En plus de toutes ces animations, il y aura un atelier pour coudre des accessoires unique à partir de morceaux de tissu recyclés. L’équipe d’Arc’teryx Outdoor Repair Center aidera avec la coupe et la machine à coudre. (tu pourras faire des access comme des sacoches, sac ….)

Programme de l’après-midi à partir de 13h :

Des ateliers gratuits dispensés par les ambassadeurs Arc’teryx à propos du trail, de la photographie avec smartphone et bien plus encore.


14h – 15h : L’athlète de trail running, Martin Kern livrera ses conseils pour appréhender une sortie de trail running. Les sujets abordés seront la préparation d’une séance et le contenu de l’entraînement. Le tout sera suivi d’une petite séance de running en ville.

15h – 16h30 : Workshop photos sur smartphone avec Yann Bervas (@yann__b) qui partagera ses connaissances et compétences en photographie sur smartphone.

18h – 18h20 : « ELECTRIC GREG » – L’alpiniste Greg Hill n’a jamais reculé devant un défi. Grâce à son temps passé en montagne, il a vu les effets du changement climatique et a réalisé que sa façon d’approcher les sports de montagnes ne faisait qu’aggraver le problème. Il y a deux ans, il a changé son approche et s’est donné comme objectif de gravir 100 sommets sans brûler de combustibles fossiles. Mais la question reste : cela fera-t-il une différence ?

18h20 – 19h20 : 52 FOIS PAR AN : LE BONHEUR DE LA MICRO-AVENTURE – AVEC LES OTHERS & FRIENDS. Faire cohabiter vie citadine et déconnexion en pleine nature sur le même emploi du temps : voilà ce que propose la micro-aventure. Un concept que Matthieu et Yann mettent en pratique dans leur vie Parisienne. Lorsqu’il ne travaille pas entre quatre murs, Matthieu est photographe d’aventure, Yann cycliste et trail runner. Ils viendront débattre de ce buzzword et nous raconter leurs dernières péripéties, une discussion animée par Thomas Firh, rédacteur en chef du média Les Others, première communauté de fans d’outdoor en France.

20h – 20h20 : « SPEARHEAD » – Ce court-métrage donne un coup de projecteur sur le développement d’un territoire et de son impact sur l’environnement. La voie « Spearhead » traverse un joyau jadis caché et devient aujourd’hui un paradis récréatif. Cet essor donne lieu à des discussions sur l’accès, la gestion et l’impact de ces milieux.

20h – 21h : « MERCI LA VIE » avec Nina Caprez – La grimpeuse se confiera sur le développement d’une nouvelle route périlleuse sur le pilier genevois de la face nord du Cervin (CH).

21h00 – 21h20 : « FULLMOON » – Un film qui offre pour la première fois du freeride progressif pendant une nuit de pleine lune. Les protagonistes : Max Kroneck et Jochen Mesle.

21h20 – 23h : PARTY !