Le champion jurassien est venu à bout du mythique GR 20 corse (180 km et 13 000mD+) en 32h32, signant le 3e chrono sur ce sentier mondialement connu. S’il n’a pas battu le record de François D’Haene (31h06 en juin 2016), le coureur du Team Asics a vécu une superbe aventure et démontré toute sa force mentale.

Sur la ligne d’arrivée du GR 20, à Conca, dans le sud-est de la Corse, l’émotion est forte ce mardi 7 juillet. Longtemps, très longtemps, les applaudissements ont résonné. Après 32h32 d’un effort extrême, Xavier Thévenard vient d’en terminer avec un périple entamé, lundi 6 juillet, à 4 heures, à Calenzana, au nord-ouest de l’île. Sa famille, ses amis, tous sont là pour le féliciter et saluer sa performance. Certes, le record établi par François D’Haene en 2016 n’a pas été vaincu. Mais en cet instant, peu importe.

Sur les 15 derniers kilomètres, je n’en avais jamais autant bavé depuis 10 ans où je pratique l’ultra ! En marche arrière, je serais allé plus vite. 

“Franchement, le chrono, la performance on s’en fout un peu”

« Je ne sais pas comment je pourrais remercier la communauté corse à la hauteur de ce qu’elle m’a offert, confie Xavier, la voix étranglée par l’émotion. C’était un partage permanent, une convivialité de chaque instant. Il n’y a pas de mots pour décrire les émotions vécues. C’est vraiment très fort. C’est dans ces instants que l’on prend conscience de la force de la passion et que l’être humain a vraiment des bons côtés. Tous ces gens qui nous aident, qui sont passionnés par la montagne… Franchement, le chrono, la performance on s’en fout un peu. On est des passionnés de montagne. Ce qui est le plus important c’est de faire des trucs dehors avec tout le monde. Le record, c’est pas ça qui compte. Ce qu’on a vécu, c’était tellement fort. J’aurai la Corse dans mon cœur jusqu’à la fin de mes jours. »

©Ben Becker

Longtemps, le Jurassien de 32 ans, déjà vainqueur des plus grands ultra-trails mondiaux (dont trois fois l’Ultra-Trail du Mont-Blanc) fut en avance sur le record. Parti sur un tableau de marche devant le conduire à un chrono d’environ 30 heures, Xavier a tenu la cadence jusqu’à un peu plus de la mi-course. Malheureusement, sous une grosse chaleur, le rythme allait ensuite baisser. Si la nuit lui permit de retrouver davantage de fraicheur et de lucidité, l’avance sur le temps du record finit par fondre au fil des kilomètres. Les dernières heures scellèrent ses espoirs de faire tomber la marque référence. « Nous avons lancé la traversée avec de solides coureurs et nous sommes partis sur un bon tempo, analyse-t-il. Nous avons fait de belles descentes et nous avions un peu d’avance à Vizzavona (km 83). Ensuite j’ai eu un passage dans le dur mais le monde à côté m’aidait beaucoup. J’en ai bavé sur des parties techniques bien dures. Je me suis quand même fait bien plaisir après la mi-course sur une partie roulante. Sur la fin, c’était un chemin de croix. Sur les 15 derniers kilomètres, je n’en avais jamais autant bavé depuis 10 ans où je pratique l’ultra ! En marche arrière, je serais allé plus vite. » 

Avec le soutien des coureurs corses

©Ben Becker


Encouragé par les « pacers » officiels (30 coureurs dont 27 coureurs locaux étaient présents pour assister Xavier), mais aussi par de nombreux traileurs venus partager la foulée du champion pendant quelques kilomètres, Xavier a pu bénéficier d’une véritable escorte tout au long de son périple. Parmi les pacers, Guillaume Peretti, qui en 2014 avait fait tomber le record de Kilian Jornet (32h54, 2009) en bouclant le GR 20 en 32 h, avait lui aussi tenu à apporter son aide dans ce projet où le Jurassien avait souhaité associer un maximum de coureurs corses. « Ça m’a vraiment fait plaisir d’être là, commente le « pacer » de luxe, présent aux côtés de Xavier pendant une soixantaine de kilomètres. C’était important de l’accompagner et de montrer que dans notre sport, nous sommes solidaires, que l’esprit trail existe vraiment. Et puis c’est mon île alors c’était cool. » L’ex recordman a également pu apprécier de très près la performance sportive. « Il a eu le cran de partir sur des bases de 30 heures, insiste-t-il. C’était audacieux, il a eu ce courage. Mais le GR 20, c’est vraiment différent de tout le reste. Il a quand même réussi une superbe performance. Il s’est accroché et a montré qu’il avait un mental d’acier. Il m’a vraiment impressionné. C’est un très grand champion. » « Je sais ce que ça représente d’abnégation, poursuit Pierre Santucci, « légende » du sentier dont il fut longtemps recordman, en 36h53, présent lui aussi sur le bord des chemins. Il faut tout le temps être présent sur deux fronts : la fatigue musculaire et la fatigue mentale. Alors quand il y a une tentative de record, je viens apporter mon soutien car c’est important de sentir les gens autour. »

Dans le top 3 du GR 20


Avec ce chrono, Xavier s’inscrit parmi les trois athlètes les plus rapides sur ce sentier mythique (François D’haene en 31h06 ; Guillaume Peretti en 32h). Avant son départ, il avait résumé le projet en quelques mots : « C’est l’amour de la montagne, la passion de l’activité, le partage, la convivialité et puis cet aspect de la compétition-performance avec l’envie de se rapprocher des temps réalisés par des coureurs de haut niveau. Je ne prétends pas forcément les battre mais je vais faire du mieux possible pour être dans leurs temps. » Malgré l’absence du record, le « cahier des charges » a donc été pleinement rempli.

« Pour les prochains qui s’attaqueront au GR 20, je leur conseille de ne pas trop réfléchir, glisse-t-il à l’arrivée. Et puis il faut vraiment rester calme et lucide tout au long de la course car sinon, on peut vite péter les plombs, parce que les cailloux, à un moment, on en a marre ! Je n’avais jamais couru plus de 24h et les parcours techniques ne sont pas trop ma tasse de thé. Cela faisait donc deux défis à relever et j’étais curieux de voir comment j’allais réagir. C’est un projet qu’on ne fait qu’une fois dans sa vie. Je reviendrai faire des parties mais pas sûr que je le referai en entier. C’est un sacré morceau. Mais c’était une aventure incroyable. J’aurai plein de belles histoires à raconter. »

Pour que les événements sportifs perdurent et que le sport triomphe en cette année si particulière, ChronoCompétition et Le-Sportif.com proposent la Run Again. Plus qu’une course virtuelle, c’est un message de soutien positif à envoyer à sa course de cœur et à l’ensemble des acteurs du milieu. Au choix : 5 km, 10km ou 21.1km à courir près de chez vous, jusqu’au 14 juillet.

Cette Run Again est née d’un constat. Les coureurs ont besoin des organisateurs (et inversement) pour vivre des expériences sportives et humaines fortes. Les plus grands événements ont besoin des plus petits (et inversement) pour faire découvrir l’activité aux néo-pratiquants et offrir un nombre incroyable d’événements sur l’ensemble du territoire. Les organisateurs ont besoin des prestataires (et inversement) pour rendre possible leurs projets les plus fous.

L’idée de cette course virtuelle, c’est donc d’envoyer un message de soutien aux organisateurs d’événements. Afin d’apporter un objectif supplémentaire et de participer à la relance du secteur, la Run Again reversera une partie des droits d’inscriptions (7 €) aux manifestations sportives ayant remportées les différents “challenges organisateurs” pour les aider à préparer au mieux leur prochaine édition.

Comment ça se passe ?

L’évènement se déroule jusqu’au 14 juillet à 23h59. N’importe où, partout, autour de chez vous. Au choix : 5 km marche, 5 km, 10 km, 21,1km.

Lors de l’inscription en ligne, le coureur déclare la manifestation sportive qu’il souhaite soutenir (sa course “de cœur”, sa course “préférée”) et qui pourra donc être l’une de celles qui gagnera l’un des “challenges organisateurs”. 

Tout le monde a sa chance : organisateurs, coureurs. Pour chacune des épreuves, les manifestations sportives les plus soutenues seront récompensées. 4 épreuves, ce sont donc 4 manifestations minimum qui seront récompensées.

Des “challenges coureurs” seront organisés sur les réseaux sociaux. Chaque soir, des dossards cadeaux à gagner (valables sur la prochaine édition des courses partenaires) sont mis en jeu.

Informations & inscriptions sur www.run-again.com

Facebook : https://www.facebook.com/runagain2020/

Instagram : https://www.instagram.com/runagain20/

Le champion Jurassien de 32 ans s’est élancé sur le mythique GR 20 qui traverse la Corse du nord au sud sur 180 km (13 000 m de dénivelé positif). Objectif du coureur Asics : battre le record détenu depuis juin 2016 par François D’haene, en 31h06’.

Xavier Thévenard, déjà vainqueur de quelques-unes des plus grandes classiques mondiales de trail (Ultra Trail du Mont-Blanc à trois reprises, Trail des Templiers, Ultra trail du Mont Fuji etc.), a attaqué son nouveau défi, ce lundi 6 juillet, à 4 heures du matin.

©Ben Becker

En plein cœur de la nuit, une trentaine de supporters sont venus à l’oratoire Saint-Antoine de Padoue de Calenzana, au nord-ouest de l’île de beauté, pour l’encourager. Un compte-à-rebours du responsable de la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME), seule habilitée à valider les records, avant d’enclencher les chronos et très vite, seuls le souffle des coureurs et le bruit de leurs bâtons sur les pierres pour interrompre le silence de la nuit. Et pour éclairer les premiers kilomètres de ce GR 20 qui fait rêver les randonneurs et coureurs du monde entier, la lune encore presque pleine était venue en renfort des frontales avant que le soleil ne prenne le relais.

© Ben Becker

Pour cette tentative de record, les conditions devraient être optimales avec un terrain sec, un vent modéré et un grand soleil. Seule la chaleur, avec des températures proches de 30 degrés, pourrait venir compliquer la quête de Xavier, très heureux de se lancer dans cette aventure. « C’est un parcours qui fait très envie, confie-t-il. C’est montagnard donc ça me correspond bien. Il faut rester vigilant et lucide notamment sur la première partie car il y a beaucoup de cailloux. La vigilance, la lucidité, la fluidité seront essentielles. C’est une nouvelle aventure qui commence et ça y est, on y est. Y a plus qu’à… ». Pour l’accompagner, trente « pacers », dont 27 coureurs locaux, vont se relayer régulièrement tout au long du parcours par groupe de trois ou quatre. Objectif : boucler les 180 km jusqu’à Conca, point final du GR 20 au sud-est de la Corse, avant mardi, 11h06.

Running Heroes et Puma proposent le 10K Free To Race : une course virtuelle et solidaire organisée sur deux jours, les 20 et 21 juin, partout en France.

Le principe : courir 10km entre le 20 juin 00h01 et le 21 juin 23h59, où l’on veut, quand on veut. Les performances seront mesurées grâce à une montre GPS ou une application de tracking. Il faudra courir 10km (pas plus, pas moins) en une seule fois, sans pause et veiller à bien s’inscrire préalablement au challenge Running Heroes.

Tout au long du week-end, un classement en temps réel permettra aux runners de suivre leurs performances (classement général, par sexe et par catégories d’âges)À la clé des dotations premium Puma pour les femmes et hommes les plus rapides (les trois premiers du classement général et les trois premiers de chaque catégorie), et de nombreux lots de la collection Puma x First Mile faite à partir de plastique recyclé seront à gagner, grâce à un tirage au sort parmi tous les participants.

page1image16012928

Participer au 10K Free to Race, c’est aussi un geste solidaire, puisqu’une partie des bénéfices seront reversés à l’UNICEF pour répondre à l’urgence liée au Covid-19.

Les runners auront des adversaires de choix puisqu’une partie des athlètes Puma participeront aussi à la course : des assets tracks & fields aux joueurs de football, toute la Puma Fam s’engage pour soutenir l’UNICEF via la course à pied. L’occasion de se mesurer aux meilleurs, tout en courant près de chez de soi ! Une course totalement green puisque sans ravitaillement ni transport.

Inscriptions sur http://runningheroes.10kfreetorace.com/ 

A partir de 10€

Cette année, la No Finish Line Paris aura lieu en connecté du mercredi 10 au dimanche 14 juin. Un challenge universel, sportif et solidaire de 5 jours avec un seul objectif : récolter un maximum de dons pour combattre l’épidémie en cours en soutenant l’Alliance « Tous unis contre le virus », la Chaîne de l’Espoir et le Samu social de Paris.


En raison de la situation sanitaire connue ces derniers mois, la No Finish Line Paris n’aura pas lieu en physique comme initialement prévue sur le Champ de Mars, mais elle se déroulera bien du mercredi 10 au dimanche 14 juin 2020 via un événement connecté grâce à une application mobile « No Finish Line Paris ». 

1 km = 1 € de don

L’épreuve a décidé de soutenir l’alliance « Tous unis contre le virus », en plus de la Chaîne de l’Espoir et du Samu social de Paris, associations historiquement soutenues l’évènement. Pour chaque kilomètre parcouru, c’est 1 € de promesse de dons qui est reversé aux trois associations soutenues. Les dons sont financés grâce aux partenaires, Atos et la Banque de France, aux entreprises participantes et aux dons récoltés lors des inscriptions. Chaque participant peut également faire un don de son choix pour financer les kilomètres qu’il effectuera.

Comment participer ?

  • Rendez-vous sur le site :  https://inscription-event.com/no-finish-line-paris-connectee/select_competition pour vous inscrire
  • Recevez votre mot de passe par email suite à votre inscription
  • Téléchargez l’application No Finish Line Paris sur  PlayStore pour Android et AppStore pour iOS
  • Connectez-vous et parcourez des kilomètres pour les associations soutenues. ll s’agit de courir ou marcher quand et où vous voulez, du 10 juin au 14 juin et le plus possible, pour la bonne cause.
  • Chaque activité, marche et course à pied, rapporte, en plus des promesses de dons par kilomètre, un nombre de points en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Ces points permettront d’établir un classement des différentes équipes mobilisées durant ces 5 jours. Les participants pourront faire gagner encore plus de points à leur équipe grâce aux QUIZ, aux BOOSTS et aux MISSIONS qui rythmeront ce challenge virtuel. 

NN Running proposera un marathon virtuel les 6 et 7 juin, à courir en relais à 4. Dans les starting-blocks : Kenenisa Bekele, Eliud Kipchoge, Joshua Cheptegei et Geoffrey Kamworor. 

Encore une course virtuelle en vue, mais celle-là, donnera peut-être à ses participants la possibilité de faire équipe avec les plus grands champions. Ce MA RA TH ON organisé par NN Running est un marathon relais à 4. Chaque participant devra courir 10,5 km entre le 6 juin et le 7 juin avant minuit. 

Pour participer, il est possible de monter sa propre équipe de 4 ou bien de s’en remettre au hasard, auquel cas, l’un de vos co-équipiers sera peut-être Eliud Kipchoge (premier marathonien de moins de deux heures de l’histoire), le champion olympique Kenenisa Bekele, le recordman du monde du semi-marathon Geoffrey Kamworor ou encore Joshua Cheptegei, recordman du monde 5K et champion du monde du 10 000m.

La course est enregistrée sur Strava, et chaque membre de l’équipe devra publier son meilleur temps de 10,5 km en ligne pour être officiellement inclus dans le classement final. Selon les règles du site NN Running, on peut publier autant d’entraînements 10,5K que l’on veut sur deux jours. Le meilleur temps comptera pour le résultat de l’équipe. 

@nnrunningteam

##RUNASONE

Les “Superhalfs”, circuit qui regroupe les semi-marathons les plus populaires de la planète (Lisbonne, Prague, Copenhague, Cardiff et Valence), proposent aux coureurs de participer à un semi virtuel entre juin et juillet.

Pour entretenir notre motivation sans dossard à l’horizon, les Superhalfs, qui ont fait équipe avec realbuzz.com, proposent à chacun un semi-marathon virtuel entre le 1er juin et le 31 juillet. L’inscription coûte 15 euros (+ 5 euros de frais de port) pour l’envoi d’une médaille exclusive du semi-marathon virtuel SuperHalfs, envoyée partout dans le monde, et une photo “finisher”. Il est possible en inscrivant de s’engager à soutenir une cause parmi la liste des organismes de bienfaisance proposée.

Pour s’inscrire, quelques clics :


1/ Rendez-vous sur realbuzz.com pour vous inscrire

2/ Courez la distance de 21.1 km entre le 1er juin et le 31 juillet, en une ou plusieurs fois, sur tapis comme en extérieur.

3/ Enregistrez votre chrono (ou le cumul de vos chronos) sur realbuzz.com.

4/ Telechargez un selfie pour l’envoi de votre photo officielle.

5/ Recevez votre médaille et votre photo dans la foulée par voie postale.

The 2.6 Challenge, initié par l’organisation du Marathon de Londres pour soutenir les organismes caritatifs du pays a fait exploser les compteurs. Le but : courir ou marcher 2,6 miles, 2,6 km ou 26 minutes en s’engageant pour aider une cause. Lancé le 26 avril, date initiale du marathon (reporté au 3 octobre), ce défi viral a généré en quinze jours 10 millions de livres sterling (soit plus de 11,3 millions d’euros) de dons au profit de 3 961 associations. Ce bel élan solidaire vient combler le déficit, estimé à 4 milliards de livres sterling, lié aux annulations d’évènements ce printemps. Rappelons que ce marathon majeur avait à lui seul généré l’an dernier plus de 66 millions de livres sterling de dons en une journée. 

Nouvel exploit pour Zach Bitter. Déjà détenteur du record du monde des 100 miles parcourus sur piste, l’Américain ambassadeur Altra s’est aussi adjugé celui sur tapis roulant.

Distanciation sociale et annulation des courses obligent, les athlètes tentent de rester motivés en relevant toutes sortes de défis. Depuis son domicile, l’ultrarunner et ambassadeur Altra, Zach Bitter, s’est attaqué au record du monde des 100 miles (158 km) sur tapis roulant. Une tentative réalisée samedi et entièrement diffusée sur Youtube. 1500 personnes ont assisté en direct à sa performance. 250 coureurs étaient connectés via Zoom pour participer à l’expérience “Run with Zach”.

12h09′ d’efforts

Après 12h09’15’’ d’effort (7’17 de moyenne), l’Américain s’est offert un nouveau chrono de référence battant le record précédent de Dave Proctor de plus de 20 minutes.

Cet événement était destiné à lever des fonds pour l’association “Fight for the forgotten” qui aide une tribu pygmée du Congo. Zach a utilisé l’Escalante Racer pour la première partie de la course, puis la Torin 4 Plush pour la dernière partie.

L’inimitable marathon du Médoc, grand carnaval de la course à pied n’aura pas lieu à Pauillac cette année. L’organisation nous donne rendez-vous le 11 septembre 2021.

Voici le communiqué de l’organisation : ” Après avoir consulté les autorités du monde médical, les membres de l’association, les bénévoles, et le monde du vin, l’AMCM, association organisatrice a préféré reporter l’édition 2020 qui devait se dérouler le samedi 12 septembre prochain, au samedi 11 septembre 2021.

La fête d’accord, la santé d’abord

« C’est probablement la décision la plus importante prise depuis la création de notre belle épreuve. Elle a été prise avec tristesse et chagrin parmi toute l’équipe des bénévoles, mais c’est aussi la plus raisonnable pour la santé de tous. » Les organisateurs du marathon des châteaux du Médoc ont décidé après une longue et sage réflexion, de reporter la 36e édition de l’épreuve la plus festive au monde, en 2021, le samedi 11 septembre, plus précisément.

Particulièrement attaché à la santé des coureurs depuis sa création, l’organisation du marathon du médoc a conclu unanimement, après concertation avec les autorités, du monde médical, des membres de leur association, des bénévoles et du monde du vin, que le marathon du Médoc, exemple d’organisation et de convivialité, ne pouvait se dérouler dans des conditions optimales, cette année, en raison de la « nécessaire distanciation physique » et des incertitudes liées à l’évolution de l’épidémie du virus Covid-19.

Cette décision permet aussi aux coureurs de prendre leurs dispositions, bien en amont de la date prévu de l’événement. L’organisation reviendra dans les prochains jours vers les participants, pour préciser les modalités de ce report. Il sera possible de décaler son inscription, gratuitement, sur l’une des 3 prochaines éditions.

Un même thème en 2021

La 36e édition du marathon des  Châteaux du Médoc, conserve pour thème, « Le Médoc fait son cinéma », « saison 2 », précise l’organisation, qui ne perd ni son sens de l’humour, ni son désir de faire vivre aux participants, une expérience inoubliable.Rendez-vous, donc, le samedi 11 septembre 2021, au départ de Pauillac.

Envie de reprendre la course en vous sentant utile ? Envie de vous fixer de nouveaux objectifs ? Azur Sport Organisation, qui organise notamment le Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes, propose une course connectée et solidaire.

C’est quoi l’idée ?

Cette “Course du Déconfinement” regroupe 4 challenges pour tous en 5 km, 10 km, 21.1 km ou 42.195 km. On peut marcher ou courir ces distances en une ou plusieurs fois.

Quand ? Entre le 16 mai à 6h du matin et le 24 mai à 19h.

Où ? N’importe où ! Où vous voulez, avec ou sans montre connectée.

Cet événement sera solidaire

100% des bénéfices seront reversés à la Fondation du Souffle pour soutenir les chercheurs dans la lutte contre le COVID-19.

Solidarité en prison aussi. Sur le bitume de la cour, entre les deux bâtiments de la Maison d’Arrêt de Nice, les détenus vont chausser leurs baskets afin de prendre part à cette course solidaire sur les différentes distances.

Plusieurs personnalités sont déjà engagées comme Christian Estrosi, Sébastien Camus, Dominique Chauvelier, Christophe Pinna, Nathalie Simon ou encore Paul Belmondo…

Infos et inscriptions sur : la coursedudeconfinement.fr

Pour cette édition anniversaire, la fête s’annonce complète sur ce dernier beau marathon du calendrier avec cadeaux et animations à gogo autour du vieux port.

Ce marathon d’automne, on l’aime autant pour la qualité de son organisation – toujours aux petits oignons – que son décor, iodé et rythmé, autour du vieux port. C’est aussi un parcours à record : l’an dernier, les vainqueurs avaient signé les 2e meilleures performances de l’année ! Une belle occasion de taper un “RP”.

©La Rochelle

Cette année, le duo sera mis entre parenthèses pour gonfler les rangs de l’épreuve phare avec 8 000 dossards disponibles pour l’occasion. On pourra aussi carburer sur le 10 km (3 000 dossards) sur un tracé plus roulant partageant l’arrivée du marathon : rue du Palais, passage sous la grosse horloge, vieux port et finish au pied des fameuses tours. Les inscriptions sont ouvertes. Dossard affiché à 56 € jusqu’au 15 juin pour le marathon. Pour s’inscrire sans tarder, c’est par ici .

La Fédération Française d’Athlétisme a choisi de suspendre jusqu’à fin juillet l’ensemble des compétitions nationales et propose une saison athlétique courant d’août à fin octobre si les conditions sanitaires le permettent. Différentes mesures d’accompagnement des clubs sont, par ailleurs, actuellement en cours de discussion.


Plusieurs décisions importantes sont à retenir du bureau fédéral, réuni à titre exceptionnel en visioconférence le 7 avril, en conséquence de la crise sanitaire mondiale.

Sur le calendrier des compétitions

Toutes les compétitions nationales sont suspendues jusqu’à fin juillet. S’il reste envisageable que la sortie du confinement permette une reprise de la pratique sportive avant cette date, un retour trop rapide des compétitions pourrait entraîner un grand nombre de blessures. Le bureau fédéral a pu prendre cette décision suite aux recommandations de la Commission médicale de la FFA.« Bien sûr, nous devons encore composer avec de nombreuses incertitudes, liées à l’évolution de la pandémie et aux différents scénarios de sortie du confinement encore à l’étude par les autorités, précise André Giraud, président de la FFA. Mais cela ne nous empêche pas de pouvoir anticiper en prenant certaines décisions, grâce notamment aux recommandations fournies par le Ministère des Sports et le Comité national olympique et sportif français, avec qui nous sommes en contact permanent. Les compétitions nationales, qu’il s’agisse des différents championnats de France, meetings ou courses running, sont donc suspendues jusqu’à la fin du mois de juillet. Sur le plan des compétitions régionales et départementales en revanche, nous avons la volonté de laisser à chaque territoire la liberté de prendre les initiatives qu’il souhaite, dès lors que les conditions sanitaires le permettront. Certaines zones pourront peut-être reprendre une activité avant d’autres, en fonction des annonces faites par les autorités, et auront donc la possibilité d’organiser des rassemblements locaux. »

©Sportpoint_Adobestock


Sur la date et le lieu des Championnats de France Elite

La nouvelle programmation des championnats de France Elite, initialement prévus du 19 au 21 juin à Angers, est conditionnée à la date de reprise possible de l’activité sportive et au choix du maintien ou non des Championnats d’Europe Paris 2020 du 25 au 30 août. Les championnats de France Elite pourraient, en effet, constituer le support de qualification de ces championnats continentaux. L’engagement de la Fédération Française d’Athlétisme auprès de la ville d’Angers, unis par une convention prévoyant la tenue sur le territoire angevin de Championnats de France Elite qui soient supports des Jeux Olympiques, induit que les championnats de France Elite 2020 ne se tiendront vraisemblablement pas dans la Ville d’Angers.



Sur la tenue des Championnats d’Europe Paris 2020

L’Association Européenne d’Athlétisme est propriétaire de l’évènement. La Fédération Française d’Athlétisme travaille étroitement avec les services de l’Etat et le Comité d’Organisation Paris Athlé 2020 sur plusieurs scénarios, basés sur l’analyse des enjeux sanitaires, économiques, techniques, sociaux, et sportifs, afin d’optimiser la livraison de l’événement en fonction de la sortie définitive du confinement sur le continent européen.


Sur le plan de relance post-crise sanitaire

La Fédération travaille d’ores et déjà à l’élaboration d’un plan d’action de sortie de crise sanitaire, avec pour volonté de se positionner comme actrice de la reprise du lien social, convaincue par l’idée que le sport peut et doit contribuer à la bonne remise en marche de la société.Plus encore dans pareil contexte, les clubs auront un rôle majeur à tenir pour assurer cette mission qui dépasse le seul cadre sportif. La FFA ntend ainsi apporter à l’ensemble de ses 2 485 clubs les moyens et outils nécessaires à leur reprise d’activité et au bon accomplissement de cette mission d’envergure. La FFA travaille avec plusieurs acteurs sur un dispositif d’optimisation de la licence 2020 ainsi que la mise en place d’un fonds de solidarité pour les accompagner dans cette relance d’activité.« Nous voulons contribuer à l’après-confinement en animant nos clubs et notre communauté, en proposant une autre façon de consommer l’athlétisme, explique André Giraud. Je dis souvent que dans toute crise il y a une opportunité. En l’occurrence ici, une opportunité pour la population de mieux prendre soin d’elle-même. On n’a, en effet, jamais vu autant de personnes se mettre à la pratique de la course ou de la marche que depuis cette période de confinement. Les outils de coaching sportif à domicile que nous diffusons pour toutes les catégories d’âges depuis le début de la crise rencontrent d’ailleurs également un grand succès. Il est désormais de notre devoir, en tant que fédération délégataire de service public, de permettre à ces nouveaux pratiquants de pérenniser leur pratique et de profiter sur le long terme des bienfaits de l’activité physique, pour le corps, l’esprit, et le lien social. Nous sommes en effet persuadés que les personnes vont vouloir se retrouver, partager du lien après ces longs moments d’isolement. Toutes nos structures déconcentrées (nos clubs, mais aussi nos comités départementaux et nos ligues régionales) sont là pour les y aider. La famille de l’athlétisme doit rester unie afin que notre sport puisse jouer à plein son rôle de locomotive lorsque viendra l’heure de prendre un nouveau départ. Si aucune fédération ne va sortir indemne de cette crise, nous avons la volonté d’aller de l’avant et de réinventer l’athlétisme de demain. »

Les défis sportifs solidaires se multiplient ces temps-ci et l’on s’en réjouit. Nous relayons celui de jumeaux marathoniens. Ils ont récolté près de 3 000 euros pour les soignants de l’hôpital de Lens en une matinée. Un bel appel du pied. 

David et Guy devaient participer dimanche dernier au Marathon de Paris. Ces jumeaux marathoniens et ultra-trailers ne sont pas restés les bras croisés ce 5 avril, se lançant un défi sportif mais surtout solidaire. «  Nous ne voulions pas rester sans rien faire face à ce coronavirus et aider nos soignants, nos héros. Nous avons lancé une cagnotte Leetchi en nous engageant à reverser 1 euro par 1 kilomètre parcouru pour le personnel soignant de l’hôpital de Lens, où nous habitons », raconte David.

150 participants

Leur initiative, relayée par la presse locale et France 3 a été largement partagée. « A la base ce défi était juste pour nous et notre entourage, mais la solidarité a été grandiose » s’enthousiasme le coureur : « Nous avons été plus de 150 à participer ce dimanche à ce projet #jecourssolidairele5avril. C’est énorme à nos yeux, 150 participants, quasi 3000 euros récoltés, pour un projet qui a été mis en place mercredi dernier ! ».

Les jumeaux, qui pour leur part ont couru 42.195 km en 820 tours sur leur gazon avaient une grosse motivation pour tenir bon « nous avons pensé très fort à nos soignants » explique David, qui nous a contacté dans le but de faire passer ce message : « Si nous, à notre petit niveau, nous avons réussi à récolter 3000 euros en 1 journée avec un run solidaire, pourquoi pas d’autres, avec des appels aux dons pour les hôpitaux, les soignants, les pompiers près de chez eux ? ». 

La 10e édition de la Maxi-Race d’Annecy, prévue les 30 et 31 mai est reportée au mois de juillet suite à l’épidémie que nous connaissons. Les précisions de l’organisation sur ce report, les nouveaux formats proposés et les dédommagements envisagés.

(Communiqué de l’organisation)

A défaut d’organiser la course comme prévue, l’organisation s’est littéralement pliée en 4 pour pouvoir proposer une alternative, la meilleure possible, pour les coureurs. Et ne pas se cantonner seulement à un remboursement partiel. Un important travail mené en collaboration avec la ville d’Annecy permet d’envisager un report de l’évènement les 11 et 12 juillet, sous un format différent (lieu d’arrivée, formats, parcours…)

Ce report reste néanmoins conditionné aux nouvelles réglementations concernant la levée du confinement et aux autorisations accordées pour l’organisation d’événements sportifs en Juillet. Dans ces conditions, l’organisation ne sera pas en mesure de prendre une décision définitive (report ou annulation) avant le 20 avril, en fonction des informations officielles communiquées. 
– Si les dispositions permettent l’organisation de l’évènement, chacun pourra alors choisir entre un report de l’inscription sur le week-end du 11 et 12 juillet ou un dédommagement.
– Si l’évènement ne peut pas avoir lieu, les coureurs seront tous dédommagés.

Stéphane Agnoli, Directeur de course confirme : « Cette décision ne fut pas facile à prendre et toutes les équipes ont été très mobilisées depuis plus de 15 jours pour pouvoir réagir au plus vite et sadapter aux informations qui arrivent au compte-gouttes et qui sont parfois contradictoires : « les certitudes dhier ne sont pas celle daujourdhui »  Cette édition, sera évidemment un peu spéciale, mais nous souhaitons tous quelle garde ses objectifs initiaux annoncées pour 2020, avec des nouveautés, de la solidarité, et une évolution vers plus deco-responsabilité comme laction 0 bouteilles plastiques menées avec le Grand Annecy. Léquipe de la MaXi-Race souhaite, malgré les difficultés rencontrées, proposer un rendez-vous sportif et festif pour partager ensemble la passion de courir ! »

MaXi-Race, juillet 2020 : une édition solidaire et spéciale

Les courses seront condensées sur une seule journée en réduisant les formats proposés avec 4 formats au choix : la Short Race – 16km, 950 m D +, la Marathon-Experience – 42 km, 2500m D+, la Marathon-Race – 39km, 3200m D+ et nouveau format de 75km – 4900m D+ avec un départ depuis Doussard.

Il s’agit bien de s’adapter aux difficultés à sentrainer durant le printemps mais également de réduire la durée de mobilisation des personnels de secours sur l’évènement, ceux-ci étant actuellement en première ligne pour lutter contre cette épidémie.

L’organisation de cet évènement sera aussi l’occasion de remercier l’ensemble du personnel de santé, durement touché. Un partenariat a été crée avec le Rotary Club d’Annecy qui se rapprochera, une fois l’épidémie terminée, des services hospitaliers locaux afin de mettre en place une opération de remerciements et d’aide. L’organisation reversera une partie des recettes de l’évènement au Rotary afin de financer des actions en fonction des besoins. Les coureurs pourront également participer à la cagnotte solidaire.

Les modalités de reports ou de dédommagement

La situation actuelle et exceptionnelle impacte tout le monde, sportif, personnel, mais également professionnel. L’organisation d’un évènement comme la MaXi-Race représente une année entière de travail pour le staff, les bénévoles. C’est également un moment important pour la vie économique locale et pour les fidèles prestataires.

Les modalités de reports et de remboursements proposées par l’équipe de la MaXi-Race semblent être le meilleur équilibre entre la volonté d’offrir un dédommagement important tout en permettant d’honorer les frais déjà engagés.
Les coureurs auront le choix entre un report de l’inscription ou un dédommagement, le choix se fera une fois que l’évènement sera confirmé.

Détails et infos sur le nouveau site dédié: https://www.2020.maxi-race.org/fr/france/