Nous avons profité des journées froides et pluvieuses des semaines de novembre, décembre et janvier pour tester en conditions quatre protections, tous budgets, toutes utilisations.  

Arc’Teryx Norvan SL Insulated : la + extrême

Testée par Antoine Galewski 

Cette veste trail de la marque canadienne reprend la technologie Gore-tex Shakedry qui a largement fait ses preuves en matière d’isolation et de protection contre la pluie. Sur ce modèle, Arc’Teryx y a associé un isolant Coreloft Compact 40. Le tout fait de cette veste le must en rapport isolation/encombrementAvec cette Norvan, pas besoin de sous-couche thermique même par température négative. Sa doublure en tissu Dope Permeair la rend extrêmement douillette. C’est la veste idéale pour affronter les conditions les plus extrêmes pendant des heures. Elle peut parfaitement convenir à des activités de rando-trail en montagne et même de VTT l’hiver car elle laisse une excellente liberté de mouvement malgré une coupe ajustée. L’évacuation de la transpiration est efficace si on l’utilise par temps très froid. Dès que le climat se réchauffe la veste tient vraiment très chaud. Cette Norvan SL en version isolante est plus lourde (270 g) et plus encombrante que ses concurrentes utilisant la technologie Gore-Tex Shakedry mais elle est également plus résistante. On peut facilement porter un sac sans risquer d’usure prématurée. La capuche est ajustable est pratique à utiliser. Petit bémol : les rangements qui se résument à une petite poche intérieure dans laquelle il est difficile (mais pas impossible) de faire entrer des clés, un portefeuille et un portable. 

Prix : 400 €. A noter une version non « isolante », plus légère est proposée à 300 €. 

Poids : 270 g en taille M (homme).  

Le + Confort inégalé notamment en conditions extrêmes. Compatible matos ultra-tail.

Les – Design très voire trop sobre et le prix élevé (400 €). 

Notes Confort : 18/20 – Respirabilité 15/20 – Imperméabilité : 19/20 

The North Face Futurelight Flight Series : la + complète

Testée par A Antoine Galewski 

Futurelight, c’est le nom du tissu créé pour répondre aux exigences des athlètes en matière de protection contre les intempéries, de respirabilité et de légèreté. The North Face a utilisé une technique de maillage innovante, le « nanospinning », qui permet à la fois une porosité à l’air et donc une bonne respirabilité et une imperméabilité maximale. Dans la gamme Futurelight, la collection Flight Series est conçue au trail. Autant le dire tout de suite, c’est notre coup de cœur et les promesses affichées sont largement tenues. Cette veste est parfaitement aérée et imperméable. Nous avons pu pratiquer des séances longues, fractionnées ou en endurance fondamentale en plein hiver avec un simple t-shirt en dessous sans ressentir les effets du froid, du vent et/ou de la pluie. La capuche est ajustable et permet de se sentir à la fois protégé et libre de ses mouvements. Le poids est plus important sur la balance que ses concurrentes Gore-Tex par exemple mais cette veste est plus solide et permet facilement d’emmener un sac de trail sans craindre d’usure prématurée. D’ailleurs, Pau Capell en était équipé lors de sa victoire sur l’UTMB. La large poche arrière permet d’y glisser portable, clés et portefeuille sans problème et reste accessible même en portant un sac. Le confort est aussi au rendez-vous avec une veste parfaitement ajustée (mais attention elle taille grand) qui laisse une grande liberté de mouvement. Pour un premier essai c’est un coup de maître ! 

Le + Tout, c’est bien simple cette veste ne me quitte plus. Compatible matos ultra-trail.

Le – Rien, si ce n’est le prix. 

Confort : 17/20 – Respirabilité : 18/20 – Imperméabilité : 18/20 

Prix : 270 €. 

Poids : 254 g en taille M (homme). 

Kalenji Kiprun warm regul : la + pratique

Testée par Antoine Galewski 

Kalenji propose ici une veste complète avec différents accessoires intégrés bien utiles par temps froid et/ou pluvieux. On retrouve un tour de cou intégré que l’on peut facilement déclipser et des moufles étanches. Petit détail appréciable : l’existence d’une ouverture dans la manche qui permet de consulter sa montre sans laisser l’air pénétrer. A l’inverse de ses concurrentes cette veste est dotée de deux poches latérales zippées. Le tissu utilisé est déperlant (membrane Softshell) et protège du vent. Il est relativement épais, résistant et garde particulièrement bien au chaud. Le pendant négatif est le poids et l’encombrement plus importants par rapport à d’autres vestes du marché. On peut la glisser dans un sac mais elle occupera une bonne partie de l’espace. Autre point d’interrogation : les deux fermetures latérales sont présentes pour permettre une meilleure régulation de la température  mais il semble difficile de les utiliser par temps pluvieux ou neigeux sans risquer de se retrouver trempé. Néanmoins, cette veste présente un rapport qualité/prix imbattable pour ceux qui veulent s’équiper sans se ruiner tout en bénéficiant d’une protection optimale contre le froid et la pluie fine. Pour débuter et passer l’hiver bien au chaud, elle est idéale. Bonus : elle est soldée (jusqu’à fin février) à 40 € au lieu de 50 € car elle va laisser place à la collection printemps/été, mais elle reviendra en septembre pour la prochaine saison d’hiver. Raison de plus pour ne pas s’en priver ! 

Les + Toute équipée impossible d’être pris en défaut par la météo. 

Le – Le système d’aération inutilisable en cas d’intempéries. 

Confort : 14/20 – Respirabilité : 14/20 – Imperméabilité : 16/20 

Prix : 40 €. 

Poids : 524 g en taille L (homme). 

Salomon Elevate Aero FZ : la + douce 

Par Sandrine Nail-Billaud 

Présentée comme une couche intermédiaire pour le running par temps froid, cette veste se suffit à elle-même par-dessus une première couche chaude (manches longues) jusqu’à une température de 10 degrés. Sa matière stretch est légère (104 g). Elle possède des empiècements coupe-vent sur la poitrine, les épaules et la capuche, qui protègent efficacement du vent froid. Les poches pour les mains sont zippées, de même que la poche intérieure pour les clés. La capuche qui s’ajuste sans cordon, est légère. Sa conception minimaliste sans tirette tient d’ailleurs bien face au vent. Autre bon point, la coupe, critère toujours compliqué pour les femmes. On la souhaite ajustée, mais pas trop, ni trop peu. Là, on dirait ce modèle coupé pour moi, et je n’ai pas une taille standard ! Autres détails pratiques, un élastique au bas empêche l’entrée d’air froid et des marquages réfléchissants permettent de s’entraîner en sécurité à la tombée de la nuit. Ce modèle n’est pas à proprement parler imperméable, mais déperlant. J’ai enfilé cette veste pour la première fois sur le dernier Marathon Nice Cannes, qui a démarré sous l’orage et des trombes d’eau et s’est achevé sous le soleil naissant. Elle a fait le job pour me protéger, avant que je ne la roule autour la taille jusqu’à l’arrivée. J’ai apprécié ensuite en quelques sorties son confort général, et mais aussi la douceur de sa matière. Pas de bruit gênant en action ! Depuis, ma fille de 19 ans, athlète de haut niveau sur piste me l’a piquée et l’utilise non-stop pour ses trajets à vélo et ses entraînements sur piste au stade 4 fois par semaine. C’est qu’elle a tout bon. 

Le + Légèreté, confort, douceur, chaleur et prix raisonnable. 

Le – Pas de logo apparent, dommage car on est content de porter une marque française. 

Prix : 120 €. Modèle Fast Wind équivalent pour l’homme (130 €). 

Poids : 104 g en taille S (femme). 

Confort : 19/20 – Respirabilité : 16/20 – Imperméabilité : 16/20