Après avoir testé l’Altra Paradigm il y a quelques mois, voici la nouvelle version de la Torin, l’un des modèles les plus vendus de la marque US. Il y a un vrai parallèle à faire entre ces deux modèles : confort, amorti, dynamisme, légèreté. Cette Torin est pensée pour vous accompagner du 5 km au marathon, des séances de fractionnés au marathon. Niveau confort il n’y a pas de (mauvaise) surprise : semelle de 28 mm d’épaisseur hyper protectrice, à l’accroche irréprochable même par temps humide.
Nouveauté Altra la Torin est proposée en deux versions : une version mesh (tissu) et une version Knit (tricot non testée). Le mesh Quick-Dry Air tient parfaitement le pied tout en le laissant respirer. On se sent maintenu mais pas compressé.
Mais l’énorme point fort de cette Torin 3.5 c’est à la fois son laçage hyper efficace et son maintien de la cheville inégalé parmi toutes les chaussures déjà testées. La languette intégrée et le travail sur le rembourrage sont parfaits. Altra a développé un système baptisé “A-Strap” qui sangle au niveau du cou-de-pied : on se sent maintenu sans jamais se sentir gêné. La sensation est extrêmement agréable notamment sur sorties longues sur lesquelles un mauvais maintien peut venir exacerber la sensation de fatigue.
Pas de grosse innovation sous la chaussure : des rainures internes sont incorporées dans la semelle intermédiaire. Elles favorisent la flexibilité globale et la transition du pied et réduisent également le poids de la chaussure.
Cette Torin 3.5 est une paire zero drop idéale pour les coureurs de moins de 85 kg à la recherche du bon compromis confort/dynamisme. De ce point de vue elles surpassent les Paradigm pourtant déjà très performantes.

Poids : 287 g en 44.5 / 184 g en 8.5 39
Drop : 0 mm
Prix : 140 €

Usage : toutes distances sur route pour coureur à foulée universelle de poids légers (moins de 85 kg) adeptes du zéro drop.

Amorti : 18/20
Confort : 17/20
Stabilité : 19/20
Souplesse : 18/20
Note moyenne : 18/20

Les + Le poids (244g en 42) et le look de la chaussure moins massif que d’autres modèles de la catégorie.

Les – Les petits cailloux qui viennent parfois s’intercaler dans les rainures de la semelle.

Paire testée dans le numéro 195 par Antoine, 38 ans, 1,89 m, 78 kg, meilleure perf : 3h14 sur marathon (2012).
Conditions du test : 150 km avec séances de 30/30, 400 m sur pistes, seuil, sorties longues, par temps sec et sous la pluie.

Fort du succès de son circuit mondial 2018, le Golden Trail Series porté par Salomon fait des petits. Des challenges trail-running seront proposés en 2019 dans plusieurs pays européens, notamment en France et Belgique. Cinq étapes sont programmées, du Ventoux à l’Ardenne Belge, en passant par les Alpes et le pays basque. Les meilleurs athlètes (homme et femme) des 4 premières étapes seront invités à participer à la finale et pourront tenter de s’envoler pour la finale mondiale de 2020.

17 mars – Ergysport Trail du Ventoux à Bédoin (84) – 46 km
27 avril – Bouillonnante à Bouillon (Belgique) – 49 km
26 avril – Salomon Gore-Tex Maxi-Race à Annecy (74) – 42 km
30 juin – Marathon du Mont-Blanc à Chamonix (74) – 42 km
21 septembre – Skyrhune à Ascain (64) – 21 km

Photos : marathon mont-blanc ©Fabian Bodet – Ventoux ©jmk consult

Face aux équipementiers japonais, allemands ou américains, la marque VEETS (acronyme de Vendée Technical Shoes) est une alternative proposant des runnings partiellement fabriquées en France. Concrètement, sur ce modèle, les formes de montage sont réalisées dans le Maine-et-Loire, et, à partir de 2020, l’entreprise compte proposer un modèle dont 80 % du temps de main d’œuvre consacré à la fabrication sera effectué en France (seuls les blocs semelle viendront d’Asie).
 Par ailleurs, l’empeigne et la tige sont réalisées à partir de matériaux recyclés (bouteilles et granules en plastique). 

Sur ces Inside 2.0 : les finitions sont bonnes, le poids est limité (310 g en 44) et le chaussant est accueillant avec une empeigne plutôt large. La semelle assez crantée permet des escapades sur des chemins, toutefois leur stabilité sur revêtement changeant est juste dans la moyenne. Leur relative légèreté est un atout sur piste, en revanche l’amorti bien présent et privilégiant le confort n’en fait pas un modèle vraiment adapté à cet exercice. Ce qui semble le mieux leur convenir, c’est courir sur route ou chemins, changer un peu de rythme, le tout dans un confort très correct et avec un amorti présent mais sans être mollasson.
 Pour courir « différemment », en privilégiant une marque soucieuse de valoriser des produits plastiques (récupération) et visant à court terme à produire en France, ces chaussures méritent d’être découvertes !

Prix : 145 €
Poids : 280 g en 42
Drop : géométrie exclusive en 3 points 18/22/15 mm.

Les + Polyvalence
, utilisation de produits recyclés
, volonté de fabrication française
.
Les – 
 Modèle peu diffusé, peu de retour sur la durabilité.

Amorti : 16
Confort : 16

Souplesse : 17

Stabilité : 15

Note moyenne : 16/20

Utilisation : toutes distances sur route pour coureur à foulée universelle de tous poids, privilégiant le confort.

Paire testée dans le numéro 194 par Frédéric, 53 ans, 1,77 m, 69 kg, 2h47’ sur marathon (2013).
Conditions du test : 150 km sur route (70 %), chemins stabilisés (20 %) et piste (10 %), tous types de séances.

Le Marathon du Golfe de Saint-Tropez revient le 31 mars 2019, pour sa deuxième cuvée. Son tracé relevé mais de toute beauté marie bord de mer, vignobles, collines et garrigue entre Sainte-Maxime et Cavalaire-sur-mer, en passant notamment par, Saint-Tropez et son port ainsi que Ramatuelle et La Croix-Valmer. L’organisation promet de faire déguster (vin et tarte tropézienne), propose une formule duo 2 x 21 km, mais aussi une nouvelle course de 18 km, la Transgolfe, entre Sainte-Maxime et Saint-Trop’. Attention, les places sont limitées.