Sans forcément le connaître, vous avez sans doute déjà entendu Steve Kondo au micro. Il met l’ambiance, (r)échauffe les corps, encourage sans relâche du départ à l’arrivée. Rencontre avec cet « ambianceur » des pelotons de Paris et d’ailleurs. 

CV « Flash ».  20 ans d’animation et d’évènementiel sportif, bénévole actif depuis plus de 10 ans pour « Lisafor ever », musculation quotidienne pour arriver à suivre ces gens qui courent partout

Steve Kondo est tombé dans le micro quand il était tout gamin. Animer la fin de sa colonie de vacances à 8 ans avec un micro devant ses camarades a été pour lui une véritable révélation. Quand il a vu le pouvoir que donnait à sa voix ce micro, le pouvoir de faire rire et applaudir ses copains.

Au grand dam de sa maman… Qui lui a toujours dit que le micro ne l’emmènerait nulle part. Mais Steve y croit, baba devant Michel Drucker, Jean pierre Foucault soulevant des tonnes d’applaudissements. C’est alors l’époque des radios libres. Steve crée la sienne et sur sa propre radio, il passe de la musique et fait le show… 

Steve Kondo, meilleur DJ du 95 

Son matériel de fortune tombant souvent en panne, chez le dépanneur, il entend des extraits de musique mais aussi des voix donnant des consignes :  “lever les bras”, “taper dans vos mains”… De quoi éveiller une vocation plus marquée dans l’animation. Ce réparateur lui propose bientôt voir à quoi correspondent ces bandes sonores. Lui est DJ dans une boite de nuit de la région. Nouvelle révélation !

Steve enchaine alors les animations. Soirées, mariages, départs en retraite… jusqu’à gagner le concours de meilleur DJ du Val d’Oise. Il a alors 17 ans. C’est décidé, Steve laisse les études de côté pour devenir DJ. Un DJ très demandé dans le boites parisiennes ! Puis, bientôt, une rencontre… Un homme lui parle d’un concept prêt à débarquer en France : la Color Run.

Sur les 20 km de Paris. ©Didier Lefebvre

Baptême du feu au Troca’

Steve Kondo va ainsi monter pour la première fois sur la scène au Trocadéro, sur la première Color Run. 13 00 personnes “à ses pieds”, un véritable baptême du feu. A partir de ce moment-là, Steve devient ambianceur sur de très nombreuses courses. Un comble pour lui qui ne court pas du tout ! Mais reste très admiratif des performances réalisées par chacun !

L’organisation du Marathon de Paris le contacte, il y a 5 ans, pour se positionner au 30ème kilomètre. Objectif : rebooster les coureurs. Steve se poste là, au niveau de ce mur, avec un mot gentil pour chacun, quelques pas de course échangés avec un autre, de quoi faire oublier quelques instants que les jambes coincent.

Depuis, Steve met le feu dans les sas d’attente des 20 k de Paris, du semi-marathon de Boulogne, de l’Ecotrail Paris, de la Parisienne ou encore du triathlon des roses à Paris et Toulouse. 

Et c’est aussi le grand frère des participants au Raid des Alizées. Au réveil (souvent très matinal) son énergie débordante met d’emblée de bonne humeur.

Un check sur l’EcoTrail Paris.

Fournisseur officiel d’énergie

« Un ambianceur doit pouvoir donner de l’énergie à tous. Faire naitre un sourire dans le sas d’attente, encourager quand vous êtes dans le dur, féliciter, écouter aussi. Alors vous comprenez qu’au final après mes sessions d’animations, j’ai fait moi aussi mon propre marathon !  Je ne fais pas de course à pied mais j’ai trottiné comme Bambi dans la prairie à une époque… Je sais donc qu’un coureur peut ressentir. Et c’est important pour pouvoir l’aider et l’accompagner », explique Steve Kondo. Un vrai fournisseur officiel d’énergie !