Chantal Haton, athlète de 72 ans originaire de Cumières, dans la Marne, a bouclé son 60ème et dernier marathon. Après un parcours fantastique en ultra, entre 1992 et 2010.  

Chantal Haton, 60 marathons au compteur
Chantal Haton, 72 ans, 60 marathons au compteur et plus de 180 000 km parcourus. ©Elizabeth Fraissenon

Le 28 novembre dernier, Chantal Haton a bouclé son 60ème et dernier marathon. Cette Marnaise de 72 ans a tiré sa révérence. Piazza del Duomo sur le marathon de Florence (Italie), site classé au patrimoine mondial de l’humanité. « Les sept derniers kilomètres dans les ruelles du centre-ville de ce berceau de la Renaisssance resteront inoubliables. Il y avait beaucoup de monde, d’encouragements et de joyaux architecturaux ». La Cumariote a ainsi bouclé ce marathon toscan en 5h08. « Je m’étais dit que j’arrêterais les épreuves de 42,195 km si je ne parvenais plus à les courir en moins de 5 heures. Je suis arrivée à ma limite. C’était déjà le cas sur le précédent, à Paris (5h03). Mais j’avais eu le bonheur de le disputer avec ma petite-fille, Laura Beaulieu, qui effectuait ses débuts sur la distance ». 

750 courses depuis 1984

Chantal Haton continuera de s’engager sur 10 km et semis. Mais sa vie de marathonienne est derrière elle. « Cela représente 60 marathons, 22 100 km, 7 compétitions de six heures, 5 épreuves de 24 heures et 110 trails longs bouclés en 37 ans ». Ses statistiques sont tenues par son mari Francis, alias Doudou, ancien footeux qui pratiqua le running dix ans avant d’être l’accompagnateur fidèle. Depuis ses premières foulées en 1984, elle a parcouru 180 000 kilomètres, participé à 750 courses et décroché 550 podiums. Impressionnant ! 

« Pourtant, je n’ai commencé à courir qu’à 37 ans. A la suite d’une rencontre chez mon coiffeur. Auparavant, ma vie de couple, mes deux enfants (Carole et Franck) et mon travail dans une usine de fabrication de bouchons laissaient peu de place au loisir. C’était une autre course… », raconte-t-elle. « Après des débuts pour arrêter de fumer, j’ai obtenu de bons résultats sur les courses locales. Puis j’ai rejoint le Jogging Club d’Épernay. Christian Lhotte m’a initiée au marathon et aux ultras ». Chantal boucle ainsi son premier marathon à Paris en 1990 (en 3h27). Bientôt son premier 50 km en Auxerre en 1991. Puis son premier 100 km à Amiens en 1992 (en 9h34). 

Victoires et aventures

Son plaisir de s’entraîner à l’ombre des chênes de la montagne de Reims, le long du canal de la Marne, en lisière des vignes de Cumières lui insufflent un sentiment de liberté. Et l’aident à progresser. Ses records : 3h14 sur marathon, 8h24 sur 100 km et 194 km sur 24 heures. Un cocktail parfait de recherches de chronos et d’aventures a favorisé sa belle longévité. « Le plaisir de partir avec des copains marathoniens sur de grandes épreuves a entretenu la flamme ». En effet, Chantal Haton a été lauréate des 100 km de Rimaucourt (1996), Migennes (1997) et Cléder (1999). Mais aussi des 24 heures d’Éppeville (de 1998 à 2000) et de Monaco (2002), du Grand Raid 56 (2005) et des éditions 2004 et 2006 de l’Olympian Race (le 186 km Neméa-Olympie, en Grèce). 

10 pays en 10 ans pour Chantal Haton

Ses plus grandes fiertés ? Le Grand Raid de La Réunion, avec une 24e en 1997. Et bien sûr le Spartathlon (2000) terminé en 7e position. Première féminine de plus de 50 ans à boucler ce 245 km entre Athènes et Sparte. Ses titres de championne de France (en vétéran 3, en 2010) et de vice-championne du monde (en V2, en 2008) sur 100 kilomètres sont aussi chers à son coeur. « À partir de 2011, j’ai privilégié le marathon à la suite de deux talonnades et pour voyager avec mon mari. J’ai effectué des marathons dans dix pays avec Elizabeth Fraissenon, la directrice de l’agence Sportifs à bord. Cette amie de longue date nous a menés entre autres sur les marathons d’Istanbul, La Havane, Washington, Riga, Athènes, Porto, Cap Town, Prague, Valence et Florence où j’ai presque toujours décroché un podium dans ma catégorie ». Un sacré baroud d’honneur.